Home Actu Galerie des Arts : lieu de promotion et de découverte des travaux artistiques  

Galerie des Arts : lieu de promotion et de découverte des travaux artistiques  

0 comment 98 views

En marge de la célébration de la Journée internationale des droits des Femmes, la Galerie des arts a officiellement ouvert ses portes au public, le 8 mars 2023. Un café littéraire, le vernissage des œuvres artistiques et l’exposition des extraits d’œuvres littéraires, ont été les activités marquant de cette cérémonie d’inauguration, à quelque pas de la maison d’édition Gafé.

Quand la littérature se connecte à la peinture, des innovations à l’image de la Galerie des arts, nouvellement inaugurée au cœur de Bamako, à Quinzambougou, voient le jour. L’odeur collant du vernis s’empare de cet endroit où les œuvres d’art multiformes de Boukounta Armand captent directement les regards des visiteurs. À côté, les extraits des œuvres littéraires d’Aïcha Diarra, faites en tableau, poussent forcément à lire.  

Aïcha Diarra et Boukounta Armand
De gauche à droite. Aïcha Diarra et Boukounta Armand. Mohamed Camara/ Sahel Tribune.

« Cette galerie est faite pour les arts. C’est une connexion entre la peinture et la littérature. C’est un lieu qui peut servir de plusieurs cadres et évènements. Que cela soit les cafés littéraires, les ateliers, séminaires, rencontres… », explique Aïcha Diarra, directrice des éditions Gafé.

Boukounta Armand, artiste peintre ivoiro-malienne, a pour sa part indiqué qu’il s’agit d’un lieu de promotion et de découverte des travaux artistiques divers.

Café Littéraire 

Au cours de cette cérémonie d’inauguration, Claire Paul Coulibaly, écrivaine et militante pour les droits des femmes, a animé une mini conférence autour de son recueil de poèmes, «  Ainsi va le Monde ». Une œuvre qui dresse le tableau de la situation des femmes maliennes. Dans ce recueil de poèmes, l’auteure, qui se trouve dans le troisième âge, opte pour la « révolte » afin que les femmes puissent jouir de leurs droits.

Claire Paul Coulibaly a dédié un poème à la Journée internationale des droits des femmes, en retraçant son historique. Elle fustige certaines pratiques des femmes africaines, particulièrement la « Dépigmentions », et à la fin elle est conciliante entre les hommes et les femmes, et projette son lectorat vers l’avenir.

Mohamed Camara

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate