Home Actu Cap sur la réforme : les États généraux redessinent l’avenir scolaire au Mali

Cap sur la réforme : les États généraux redessinent l’avenir scolaire au Mali

0 comment 250 views

Au Mali, les états généraux de l’éducation émergent en tant que phare d’espoir pour un système éducatif longtemps ébranlé par des décennies de crises. Les autorités de la transition s’engagent dans une démarche ambitieuse pour diagnostiquer et remédier aux défis majeurs qui entravent l’épanouissement de l’école malienne, visant à restaurer la qualité de l’enseignement et à assurer un accès équitable à l’éducation.

Dans un contexte où l’éducation au Mali a traversé des périodes tumultueuses, les États généraux de l’éducation se présentent comme une bouffée d’air frais. Les autorités de la transition, conscientes des enjeux cruciaux, mobilisent une concertation nationale rassemblant tous les acteurs de l’éducation. Cette initiative, portée par l’ambition de sortir l’école malienne de l’impasse, vise à ériger un nouveau socle éducatif solide, capable de répondre aux besoins spécifiques de chaque élève, et à hisser le pays vers des horizons éducatifs plus prometteurs.

Sortir de l’impasse

De 1991 à nos jours, l’école malienne a été régulièrement marquée par des séries de grèves avec diverses revendications en fonction des corporations et de la particularité des différents régimes. Pour sortir de l’impasse, les autorités de la transition sont déterminées à trouver une solution pérenne aux problèmes éducatifs du Mali. Lors de sa visite à Kayes, 1re région administrative du Mali, le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, avait annoncé, le 23 juillet 2023, la tenue des États généraux de l’éducation. Il s’agit d’une initiative importante pour le Mali, d’autant plus que le système éducatif malien est en crise depuis plusieurs décennies. 

En plus de la faiblesse du taux de scolarisation en milieu rural, la qualité de l’enseignement est souvent critiquée au Mali. Cette concertation nationale reste une occasion pour dresser un diagnostic précis des problèmes et proposer des solutions pour y remédier.

Etats généraux de l’éducation: impliquer tous les acteurs de l’éducation

Au regard de la complexité du problème, cette concertation nationale devra impliquer tous les acteurs de l’éducation, y compris les parents d’élèves, les enseignants, les universitaires et les professionnels. Elle devra également prendre en compte les besoins spécifiques des différents groupes sociaux, notamment les filles, les enfants en situation de handicap et les enfants des zones rurales. Il s’agit d’une chance de relancer le système éducatif malien. 

C’est ainsi que si la concertation est bien organisée et si elle débouche sur des mesures concrètes, elle pourrait contribuer à améliorer l’accès à l’éducation pour tous et à garantir une éducation de qualité pour tous les enfants du Mali. Ces échanges consistent surtout à proposer des stratégies de renforcement des ressources enseignantes pour des besoins du système éducatif dans un contexte de refondation de ce système.

À travers cette concertation nationale sur l’éducation, il s’agit ainsi de s’inspirer de l’historique du secteur et de la place de l’éducation dans le jeu politique du Mali. Tout en conservant les acquis et les revaloriser, il faut prendre davantage en compte les sensibilités des acteurs de l’éducation. 

L’application stricte des réformes à venir

Il n’échappe à personne que des réformes scolaires ont plusieurs fois été opérées au Mali sans résultats palpables. Ces réformes qui avaient des objectifs très ambitieux pour l’école malienne, bien qu’ayant suscité beaucoup d’enthousiasme et d’espoir, n’ont malheureusement produit que des effets inverses, finissant toutes en queue de poisson. 

Avec toutes ces différentes réformes précédentes, la montagne a toujours accouché d’une souris. De la Pédagogie convergente au Curriculum en passant par le projet « un village, une école », les solutions préconisées ont été, dans la plupart des cas, pires que les problèmes. 

Cependant, pour aller au-delà de cette situation, l’application stricte des réformes à venir dans toutes les écoles du pays sans exception. Le retour de l’autorité de l’enseignant et la cessation de la course effrénée aux taux de passage des élèves qui ne reflète pas les réalités restent tout de même nécessaires.

Bakary Fomba

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate