Home Actu Première confédération du Sahel : l’AES dévoile ses ambitions

Première confédération du Sahel : l’AES dévoile ses ambitions

0 comment 357 views

Ce 6 juillet 2024, s’est tenu à Niamey un événement historique : le premier sommet des chefs d’État de l’Alliance des États du Sahel (AES). Dans une ambiance empreinte de solidarité et de détermination, les dirigeants du Mali, du Niger et du Burkina Faso se sont réunis pour concrétiser une vision ambitieuse et commune. Cette rencontre marque un tournant décisif pour ces nations qui, après avoir traversé tant de défis, montrent aujourd’hui une unité et une volonté sans faille de bâtir un avenir meilleur pour leurs peuples.

La devise de cette alliance, créée en septembre 2023, « L’Alliance des États du Sahel : un espace souverain, de sécurité et de prospérité », a résonné tout au long de ce sommet. Le Colonel Assimi Goïta du Mali, le Capitaine Ibrahim Traoré du Burkina Faso et le Général Abdourahamane Tiani du Niger ont souligné l’importance de cette collaboration inédite, non seulement pour renforcer leur sécurité commune, mais aussi pour poser les bases d’un développement économique durable.

Banque d’Investissement de l’AES et d’un Fonds de stabilisation

L’une des décisions phares de ce sommet est la création d’une Confédération « Alliance des États du Sahel » (AES). Cette étape significative vers une intégration plus poussée entre les pays membres montre la profondeur de l’engagement de ces nations à travailler ensemble pour leur prospérité mutuelle. En effet, les trois chefs d’État ont adopté un traité instituant cette Confédération, marquant ainsi leur détermination à renforcer la coopération et l’unité dans la lutte contre les menaces sécuritaires et pour le développement socio-économique.

Un autre moment fort a été la mise en place d’une Force unifiée des États du Sahel. Cette force conjointe, créée pour lutter efficacement contre les groupes armés terroristes et la criminalité transnationale organisée, est un symbole puissant de l’unité d’action et de la volonté de ces nations de protéger leurs populations. Les succès déjà enregistrés grâce à la mutualisation des moyens des trois États, notamment la libération de la ville de Kidal au Mali, témoignent de l’efficacité de cette coopération militaire. Les chefs d’État ont exprimé leur satisfaction pour les succès enregistrés, saluant « le professionnalisme, le courage exemplaire et le sens élevé du patriotisme » des Forces de Défense et de Sécurité.

Sur le plan économique, les chefs d’État ont pris des décisions salvatrices. Ils ont instruit leurs ministres compétents de mettre en place des projets structurants dans des secteurs stratégiques tels que l’agriculture, l’énergie, les infrastructures, et la communication. La création d’une Banque d’Investissement de l’AES et d’un Fonds de stabilisation est également une mesure clé pour soutenir les projets de développement et assurer la stabilité économique de la région. En particulier, les discussions ont mis en lumière l’importance de l’exploitation responsable des ressources souterraines, un potentiel immense pour générer des revenus et créer des emplois dans la région.

Des nations unifiées

Les chefs d’État ont également insisté sur la libre circulation des personnes, des biens et des services, un objectif longtemps prôné mais rarement réalisé. Ils ont instruit leurs ministres de travailler d’arrache-pied pour éliminer les obstacles bureaucratiques et faciliter les échanges entre les populations. Cela reflète une vision énergique où les citoyens du Burkina Faso, du Mali et du Niger pourront se déplacer librement, se sentant chez eux dans chaque pays de l’AES. Comme l’a souligné le Colonel Goïta, « nous ne dirons bientôt plus “les populations respectives de nos pays” mais plutôt “nos populations AES” ».

Ce premier sommet a également mis en lumière l’importance de l’inclusion sociale. Les dirigeants ont réaffirmé leur engagement à améliorer la cohésion sociale, à soutenir la jeunesse, à promouvoir le sport et la culture, et à renforcer l’éducation et la formation professionnelle. Ces initiatives sont essentielles pour bâtir une société résiliente et prospère.

Chiencoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate