[Opinion] Transition au Mali : la pratique de la démocratie en question

Date:

Share post:

Dans cet article, Mikailou Cissé, professeur de philosophie d’enseignement secondaire au Mali, s’exprime sur la pratique démocratique dans le pays depuis le coup d’État du 18 août 2020.

L’équation Mali n’arrive pas encore à être résolue par les acteurs impliqués aux côtés des autorités maliennes de la transition. Bamako et ses partenaires traditionnels ont une vision différente sur les voies et moyens pour sortir de la crise dans laquelle le pays est tombé depuis le 18 août 2020. Les tiraillements continuent quant au délai à accorder pour poser les jalons du « Mali Koura », à l’image de l’aspiration du peuple malien.

Acte fondamental de la transition non respecté

La difficulté à trouver un accord avec la Cédéao autour d’un calendrier raisonnable de retour à l’ordre constitutionnel a conduit à tous les problèmes auxquels les citoyens maliens sont confrontés de nos jours. Le pouvoir militaire en place au Mali justifie pourtant les calendriers de cinq à quatre ans, qui n’ont pas été acceptés, comme l’émanation de la volonté générale du peuple malien.

Les conclusions des Assises nationales de la refondation, qui ont décidé le maintien du pouvoir militaire pendant 6 mois jusqu’à cinq ans, ne respectaient pas l’Acte fondamental de la transition, qui a été plus tard taillé sur mesure et accommodé à la nouvelle donne. Cela ne montre-t-il pas que l’application des principes de la démocratie — inspirée en grande partie du modèle français — souffre désormais dans ce pays d’Afrique de l’ouest ?

Le peuple raffermi dans sa position ?

Cette désobéissance à la parole donnée rend difficile le rapprochement des positions autour de l’équation Mali. Les organisations sous-régionales ainsi que des pays de la communauté internationale ont branlé des armes dissuasives de répression afin de contraindre les autorités maliennes à ne pas durer au pouvoir.

Ces sanctions révèlent pourtant un paradoxe dans l’acception de la démocratie : régime dans lequel le peuple est celui qui décide de la marche à suivre par les autorités en charge de veiller sur leur bien-être. Seulement, cette acception de la démocratie semble aujourd’hui différente de la perception des interlocuteurs du Mali, dans la résolution de la crise dans ce pays.

Une leçon assez démocratique ?

Cette situation livre pourtant une leçon assez démocratique. Elle montre l’obligation de respecter ses engagements et l’inconvénient de désapprouver certaines décisions. Le risque est de se retrouver comme un paria. Cette situation au Mali souligne également la possibilité de manipulation de cette volonté générale du peuple, fondement de la démocratie.

Toutefois, à la surprise générale, les mesures adoptées par les décideurs de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) contre les autorités maliennes de la transition ont raffermi l’état d’esprit du peuple malien et sa foi en ses autorités.

Mikailou Cissé


Les opinions exprimées dans cet article ne sont pas forcément celles de Sahel Tribune.

Mikailou Cissé
Mikailou Cissé
Mikailou Cissé est professeur de philosophie de niveau secondaire au Mali. Après des études de Master à l'Ecole Normale supérieure (ENSUP) de Bamako, quelques mois de stage à Phileingora lui ont suffi pour faire de l'écriture sa passion. Mikailou produit des articles d'analyse sur la politique et la société.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Salif Sacko, enseignant-chercheur : « Le conflit est une négation des droits de l’homme »

Le conflit est une négation des droits de l’homme. En temps de conflit, la violation des droits de l’homme est très fréquente, car les personnes civiles sont massacrées, elles sont violées, torturées, leur dignité est bafouillée.

Sadiques, ils sont ! [Editorial]

À la faveur du mois d’octobre désormais consacré à la solidarité nationale, en rendant visite à la doyenne d’âge de Bamako, Mme N’Diaye Maïmouna Sangaré, 113 ans (née vers 1909), ce qui fait d’elle, en quelque sorte, la sœur cadette d’un Amadou Hampâté Ba, le Chef de l’État a signifié que, dans la continuité de l’État et de la nation, tout ce qui est bien doit être pérennisé, voire devenir un patrimoine sur lequel chaque génération doit veiller jalousement.

Mali : pour les populations dans le besoin, tout devient un combat [interview]

Au Mali, les conséquences humanitaires du conflit continuent de peser lourd sur le quotidien des populations. Martin Schüepp, nouveau directeur des opérations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et Sarah Epprecht, nouvelle directrice de la Protection et des Services Essentiels pour le CICR se sont rendu sur place en septembre pour prendre le pouls d’une situation humanitaire qui ne cesse de se dégrader.

62e anniversaire d’indépendance : « Le Mali recouvre petit à petit sa souveraineté » (micro-trottoir)

Au Mali, le 62e anniversaire d’indépendance est placé sous le signe de l’union dans la souveraineté retrouvée. Nombreux sont les Maliens qui se disent satisfaits de la gouvernance actuelle et estiment que le colonel Goïta se trouve sur la voie tracée par le premier président Modibo Kéïta.
%d blogueurs aiment cette page :