Infrastructure à Bamako : la nécessité de protéger et d’entretenir le réseau routier

Date:

Share post:

Alors que le Mali fait partie des pays disposant d’importants réseaux routiers dans la zone ouest-africaine, le constat reste amer quand à l’état et la durée des routes dans ce pays sahélien. Surtout dans la capitale Bamako, au point que la circulation devient de plus en plus un calvaire pour les usagers de ces voies.

Au Mali, on assiste à une dégradation accélérée des voies publiques. Aussitôt construites, les routes se dégradent. Une situation qui donne souvent lieu à une grogne sociale. Un phénomène qui suscite des interrogations aussi bien sur la construction que l’entretien de ces réseaux routiers.

« Aujourd’hui, c’est un calvaire de circuler à Bamako à cause de l’état lamentable de certaines artères », déplore Khalifa, taximan basé à Kalaban Coro, quartier au sud-est du district de Bamako.

Risques

Bien que le réseau routier joue un rôle vital dans l’économie malienne, l’état des infrastructures routières laisse à désirer. Surtout à Bamako, capitale politique et économique du pays, où toutes les activités importantes se passent. Si ces routes, autant urbaines que rurales, ne sont pas correctement entretenues en temps opportun, elles se dégradent inexorablement, entraînant ainsi une augmentation des coûts d’exploitation des véhicules, un accroissement du nombre d’accidents et une baisse de la fiabilité des services de transport.

Ces routes, qui constituent un très important investissement national, doivent être entretenues pour que leur état demeure satisfaisant et pour qu’elles offrent une sécurité suffisante à des vitesses appropriées et à un faible coût pour les usagers. Leur entretien tardif ou insuffisant se traduira par une augmentation des coûts et réparation, par des coûts de circulation plus élevés, des désagréments accrus pour les usagers et une détérioration de la sécurité.

Principales causes

Au Mali, il n’est pas rare de voir des citoyens rendre les travaux des routes potentiellement dangereux tant pour les ouvriers que pour les usagers de ces rues. Cette situation constitue une charge énorme pour l’État qui fait face à leur entretien ou reconstruction. Mais face à ces pratiques nuisibles, les autorités semblent ignorer leur rôle.

Au cours d’une séance plénière du Conseil national de transition (CNT), tenue le 21 octobre 2021, les principales causes de dégradation de nos routes ont été évoquées.Pour la Commission des Travaux publics des Douanes, de l’Habitat et des Transports de l’organe législatif de la transition, « le mauvais état général du réseau routier s’explique notamment par un déficit d’entretien ; l’insuffisance des ressources allouées au secteur ; la mauvaise qualité des travaux de construction des routes ; les effets de la surcharge des véhicules de transport qui accélèrent la dégradation des routes ; l’insuffisance du contrôle et de la pénalisation des surcharges ». À ceux-ci, s’ajoutent d’autres facteurs dégradants, comme l’eau constituent également des causes de destruction des routes au Mali.

Mais, à en croire Mme Dembélé Madina Sissoko, ministre des Transports et des Infrastructures « l’état défectueux des routes au Mali n’est pas une fatalité ». Elle pense que « cet état peut être changé avec le concours de tout le monde ». Pour une meilleure sécurité routière et la pérennité des voies publiques, la prise en charge des voies publiques doit être une priorité pour tous les usagers. La nécessité de protéger le réseau routier et le conserver en bon état est d’une importance capitale, même si leur entretien exige un certain nombre de compétences aussi bien techniques qu’organisationnelles.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Salif Sacko, enseignant-chercheur : « Le conflit est une négation des droits de l’homme »

Le conflit est une négation des droits de l’homme. En temps de conflit, la violation des droits de l’homme est très fréquente, car les personnes civiles sont massacrées, elles sont violées, torturées, leur dignité est bafouillée.

Mali : A 6 ans, Alioune a été amputé de la jambe

Alioune, 6 ans, encore insouciant et rêveur, a vu sa vie basculer lorsqu’il a été amputé de la jambe à la suite d’une blessure par balle.

Tchad : les inondations à N’Djamena renforcent la crise humanitaire et font craindre l’apparition d’épidémies

Depuis mi-août, le centre et le sud du Tchad sont frappés par des graves inondations, les dernières touchant la capitale, N’Djamena, où deux fleuves ont débordé, laissant des quartiers entiers submergés par les eaux.

Portrait : Mohamedoun Ag Mohamed, un modèle pour les personnes de petite taille

Entrepreneur, activiste, prêcheur, Mohamedoun Ag Mohamed est un ressortissant de la partie septentrionale du Mali. Il est membre de l’Association malienne des Personnes de Petite Taille (AMPPT), pour qui le handicap ne constitue nullement un frein à l’épanouissement et l’autonomie.
%d blogueurs aiment cette page :