Environnement : désertification et sécheresse, perte annuelle estimée à 12 millions d’hectares 

Date:

Share post:

Organisé dans le cadre de la COP15, le Sommet sur la sécheresse et la restauration des terres a ouvert  ses portes le 9 mai 2022.  A Abidjan, en Côte d’Ivoire. 

En prélude à l’ouverture officielle de la 15e Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification (COP15), un sommet regroupant des chefs d’État et de gouvernement sur la sécheresse et la restauration des terres, a ouvert ses portes à Abidjan, le 9 mai 2022. Le thème retenu à cette occasion est : « Terres. Vie. Patrimoine : d’un monde précaire vers un avenir prospère ». Thème qui suscite de « grands espoirs au sein des populations »

A Sofitel Abidjan – Hôtel Ivoire, en plus des chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que de hautes personnalités du système des Nations Unies, des bailleurs de fonds, des partenaires au développement, d’experts et délégués, des Présidents d’Institutions et des membres du Gouvernement ivoirien ont tous souligné l’urgence d’agir contre la désertification. « La dégradation des sols affecte 52 % des terres agricoles, menaçant ainsi l’existence de 2,6 milliards de personnes qui dépendent directement de l’agriculture », selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), rapportées par le président ivoirien, Alassane Ouattara.

Au cours de cette cérémonie d’ouverture, qu’il a présidée, le président Ouattara a indiqué que « la désertification et la sécheresse causent la perte de 12 millions d’hectares chaque année, soit près de 23 hectares par minute ». Il ajoute : « La dégradation des terres affecte directement 74 % des personnes pauvres dans le monde ; et le désert progresse de 5 km, chaque année, dans les zones semi-arides d’Afrique de l’Ouest ».

« L’Initiative d’Abidjan », mobilisation de 1,5 milliard de dollars

Une telle situation nécessite des actions urgentes. C’est pourquoi tous les espoirs sont portés sur la COP15 qu’accueille la capitale ivoirienne du 9 au 20 mai 2022. Son ouverture officielle est prévue pour le 11 mai. C’est un cadre qui « doit être celui de l’espoir, de la mobilisation collective des États et des partenaires au développement, en faveur des initiatives de restauration des terres et de reconstitution du patrimoine forestier de nos pays », a estimé Alassane Ouattara.

Au cours de ce sommet des chefs d’État et de gouvernement, « L’Initiative d’Abidjan ou Abidjan Legacy Program » est  présenté(e) et adopté(e). Ce qui constitue, selon Ouattara, « un message fort qui devrait inspirer les travaux de la COP15 ». 

Il s’agit d’une initiative visant à « permettre à la Côte d’Ivoire d’intégrer dans ses stratégies de développement, les approches de gestion durable des sols et de restauration de nos écosystèmes forestiers fortement dégradés ». La mise en œuvre de cette initiative nécessitera la mobilisation de 1,5 milliard de dollars, au cours des cinq (5) prochaines années.

Fousseni Togola 

Fousseni TOGOLA
Fousseni TOGOLAhttps://saheltribune.com
Né à Fana, dans la région de Dioïla, Fousseni TOGOLA est professeur de philosophie de formation, journaliste-blogueur et écrivain. Après un Master obtenu à l’Ecole normale supérieure (ENSUP) de Bamako sur la théorie de la « falsifiabilité » de Karl Popper, il se tourne vers l’écriture, à travers le blogging et ensuite le journalisme. D’abord membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG), ensuite contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Il est également membre du Réseau des journalistes africains spécialisé sur le développement durable et le changement climatique (Africa 21). M. TOGOLA servira ensuite au quotidien malien Le Pays comme rédacteur en chef adjoint et éditeur. Il a également servi, comme pigiste, au premier site d’informations au Mali, Maliweb. Fousseni est aujourd’hui fondateur du site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes saheltribune.com. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA). La même année, il est lauréat du « Prix de Reconnaissance des Médias « Restez à la Maison », de la fondation Merck, dans la catégorie presse en ligne au Mali. Comme centre d’intérêt, M. TOGOLA s’intéresse au sujet touchant le climat, l’environnement et la biodiversité. Il a un intérêt assez particulier pour les questions sécuritaires et éducatives au sahel. Ouvrages publiés Féminitude, Innov Editions, 2018 (Essai) La société close et ses militants, 2019 (Essai politique) L’homme sirène, Prostyle Editions, 2020 (Fiction) Bintou, une fille singulière, 2020 (Roman philosophique)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Tribune des Nations Unies : réaction des partis politiques et mouvements syndicaux au discours d’Abdoulaye Maïga  

Le secrétaire général des Nations unies, le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), le Chef d’État nigérien, la politique française au Mali ainsi que le président ivoirien, tous les partenaires récalcitrants à la vision souverainiste du Mali ont eu leur dose dans le discours du col. Maïga à la tribune des Nations unies.

22 septembre 2022 : retour sur 24 h de commémoration

La République du Mali a 62 ans. Les Maliens ont célébré, jeudi 22 septembre 2022, le 62e anniversaire de l’indépendance du pays. À Bamako, notamment au niveau de la présidence malienne, cette commémoration a débuté depuis le mercredi soir.

Kenekanko : un nouvel instrument contre la corruption et les violations des droits humains au Mali

Kenekanko, une application et aussi une plateforme web qui donne désormais aux citoyens maliens de l’intérieur comme de la diaspora la possibilité de dénoncer des cas de corruption et de violation des droits de l’homme dans leur pays
%d blogueurs aiment cette page :