Home Actualités Mali : la détermination d’un gouvernement en guerre contre les atteintes environnementales

Mali : la détermination d’un gouvernement en guerre contre les atteintes environnementales

0 comment 388 views

Dans le splendide cadre du Palais de Koulouba, le mercredi 8 mai 2024, le gouvernement malien, sous la direction ferme du Colonel Assimi Goïta, Président de la Transition, s’est penché sur des questions critiques lors de sa séance ordinaire. La réunion a mis en lumière les efforts concertés pour aborder les défis environnementaux qui minent le pays, démontrant une volonté politique forte de faire face aux agressions incessantes contre les écosystèmes maliens.

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a pris la parole pour informer le Conseil de plusieurs initiatives importantes. Parmi celles-ci, la 25e édition de la Quinzaine de l’environnement se démarque comme une pierre angulaire des efforts de sensibilisation et d’action environnementale. Cet évènement, ancré dans la tradition depuis l’an 2000, sert de plateforme pour une vaste campagne de communication visant à instaurer un changement de comportement en faveur de la protection de l’environnement. 

Menace l’écosystème local à Kassela et à Faraba

La Quinzaine s’étend entre deux dates significatives : le 5 juin, Journée mondiale de l’Environnement, et le 17 juin, Journée internationale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Pour l’édition 2024, les thèmes « la restauration des terres, la désertification et la résistance à la sècheresse » ainsi que « Unis pour les terres : Notre patrimoine, Notre avenir » ont été judicieusement choisis. Ces thèmes reflètent non seulement les défis spécifiques au Mali, mais aussi une volonté de rassembler les citoyens autour d’une cause commune qui est la conservation des terres.

Au-delà des campagnes de sensibilisation, le ministre a également reporté sur des actions concrètes menées sur le terrain pour contrer les agressions environnementales. Parmi les exemples cités, les missions de contrôle menées à Kassela et à Faraba ont révélé des activités hautement préoccupantes. À Kassela, l’exploitation intensive et illégale du bois, souvent transformé en charbon, pose un grave problème de déforestation, tandis qu’à Faraba, une exploitation semi-industrielle illégale de l’or menace l’écosystème local.

Collaboration étroite entre toutes les parties prenantes

Ces constats alarmants ont conduit à des interventions directes, incluant la saisie et la confiscation de produits frauduleux ainsi que de matériels et équipements utilisés dans ces exploitations illégales. Ces actions démontrent une prise de conscience et une réactivité de la part du gouvernement, bien que la route vers une gestion durable des ressources naturelles soit encore longue et semée d’embûches.

Si la Quinzaine de l’environnement et les actions de répression sont louables et nécessaires, elles rappellent la difficulté des défis environnementaux auxquels le Mali est confronté. L’engagement du gouvernement doit être soutenu par une volonté collective de préservation et une vigilance continue, pour garantir un avenir où le patrimoine naturel du Mali est non seulement préservé, mais valorisé. Cela nécessite un effort continu, une collaboration étroite entre toutes les parties prenantes, et un engagement renouvelé de chaque Malien à protéger et à chérir leur environnement.

Chiencoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate