Home Actualités Ousmane Sonko : « Nous ne lâcherons pas nos frères du Sahel »

Ousmane Sonko : « Nous ne lâcherons pas nos frères du Sahel »

0 comment 497 views

Dans un monde où la souveraineté des nations est souvent bafouée par des ingérences extérieures, Ousmane Sonko, Premier ministre sénégalais, se dresse comme un défenseur inflexible de l’autonomie et de l’intégrité de son pays. Jeudi dernier, lors d’un discours poignant, Sonko a dénoncé avec vigueur la présence militaire française au Sénégal, une relique de l’époque coloniale qui continue de peser lourdement sur la souveraineté nationale.

Sonko, connu pour ses positions tranchées contre l’hégémonie politique et économique de l’ancienne puissance coloniale, a réitéré son respect pour le peuple français, mais a fermement critiqué « l’élite gouvernante actuelle« . Il a souligné que, bien que la coopération avec d’autres gouvernements, y compris celui de Macron, soit nécessaire, elle ne devrait jamais se faire au détriment de la souveraineté sénégalaise, qu’elle soit monétaire ou sécuritaire.

« Nous devons nous interroger sur les raisons pour lesquelles l’armée française bénéficie toujours de plusieurs bases militaires dans nos pays et sur l’impact de cette présence sur notre souveraineté nationale et notre autonomie stratégique », a-t-il déclaré. Cette réflexion critique sur les bases militaires françaises à Dakar résonne comme un appel à l’émancipation et à la réappropriation de l’avenir du Sénégal.

« Nous ne lâcherons pas nos frères du Sahel »

Sonko ne s’est pas arrêté là. Il a également fustigé les doubles standards de l’Occident et de ses alliés africains vis-à-vis des États du Sahel. Depuis les putschs au Mali, au Burkina Faso et au Niger, les réactions internationales ont été sévères, parfois hypocrites. « Ceux qui aujourd’hui condamnent des régimes considérés comme militaires ou dictatoriaux sont pourtant enclins à aller dans d’autres pays qui ne sont pas démocratiques lorsque leur intérêt s’y trouve pour négocier du pétrole et du marché », a-t-il souligné avec justesse.

La position de Sonko est claire : les sanctions contre les autorités sahéliennes sont « inadmissibles« . Dans un geste de solidarité sans équivoque, il a affirmé : « Nous ne lâcherons pas nos frères du Sahel ». Cette déclaration réaffirme l’engagement du Sénégal aux côtés de ses voisins sahéliens, unis dans leur lutte pour une véritable indépendance et contre l’ingérence étrangère.

Le discours de Sonko est un cri de ralliement pour tous ceux qui croient en la capacité de l’Afrique à tracer son propre chemin, loin des influences néocoloniales. Le Sénégal, avec à sa tête un leader aussi visionnaire, montre la voie. C’est un appel à l’émancipation, à la solidarité et à la construction d’un avenir où les nations africaines peuvent enfin disposer d’elles-mêmes, en toute indépendance et avec une autonomie stratégique intacte.

Oumarou Fomba

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate