Mali : « œuvrer à un développement durable et à la restauration de la paix », invite Alain Noudéhou

Date:

Share post:

Face à l’énorme croissance des déplacés internes, le Coordonnateur de l’action humanitaire du Bureau OCHA-Mali, en visite à Mopti, invite à « œuvrer à un développement durable et à la restauration de la paix ».

La détérioration de la situation sécuritaire, la persistance des attaques contre les civils et les violences intercommunautaires, dans un contexte d’impunité, augmentent le nombre de personnes déplacées internes au Mali. À la date du 31 mai 2021, le pays comptait 386 454 personnes déplacées internes, selon Ocha Mali. L’agence onusienne montre ses inquiétudes face à cette tendance croissante de mouvements des populations, qui dépasse la situation en 2013. En 2013 où le pays comptait déjà 353 455 personnes déplacées.

La région de Mopti totalise le plus grand nombre des personnes déplacées internes avec 157 415, uniquement dans la région de Mopti et ses régions voisines (Bandiagara, Douentza). Elle est suivie des régions de Gao avec 91 811, Tombouctou avec 57 850, Ségou avec 39 795 et Ménaka avec 19 916 personnes. Malgré les difficultés d’accès et les contraintes sécuritaires, ces hommes, femmes et enfants ne méritent point d’être oubliés, mais soutenus, selon le nouveau Coordonnateur de l’action humanitaire d’OCHA Mali, Alain Noudéhou.  

Cohérence entre les initiatives

À travers une mission dans la région de Mopti, la semaine dernière, Alain Noudéhou s’est imprégné de la situation humanitaire, culturelle et du développement de la zone et ses régions environnantes. S’il a été rassuré par « l’investissement dans des activités communautaires permettant aux plus vulnérables d’avoir des revenus et d’assurer leurs moyens de subsistance », il a jugé important de renforcer la « cohérence entre les initiatives humanitaires, de développement et celles en faveur de la cohésion sociale vers des solutions durables ».  

Au cours de sa rencontre avec la société civile, M. Noudéhou n’a pas manqué de rappeler le rôle crucial que doit jouer chaque partie, sur tous les plans. « Nous avons tous un rôle fondamental, le Gouvernement, les organisations humanitaires et de développement, la société civile, pour œuvrer à un développement durable et à la restauration de la paix », a-t-il laissé entendre.

Le nouveau coordinateur humanitaire était accompagné, lors de cette mission, de responsables des Nations Unies, de la Banque mondiale, du Groupe de Travail humanitaire du Forum des ONG internationales au Mali (FONGIM).

Fousseni Togola  

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Kenekanko : un nouvel instrument contre la corruption et les violations des droits humains au Mali

Kenekanko, une application et aussi une plateforme web qui donne désormais aux citoyens maliens de l’intérieur comme de la diaspora la possibilité de dénoncer des cas de corruption et de violation des droits de l’homme dans leur pays

Coopération bilatérale: le président Damiba au Mali

Le président de la transition, colonel Assimi Goïta a accueilli son homologue burkinabè de la transition, le mieutenant-colonel Paul Henry Sandaogo Damiba, ce samedi 3 septembre 2022, à l’aéroport international Président Modibo Kéïta de Bamako. Le chef d'Etat burkinabè est au Mali une visite d'amitié et de travail de 24h.

Mali : Formation des journalistes et blogueurs sur la lutte contre la corruption et la violation des droits humains

Malgré la rupture annoncée par les autorités de la transition, depuis leur arrivée au pouvoir, des pratiques comme la corruption et la violation des droits de l’homme ont la peau dure en République du Mali.

Justice malienne : vers la nomination du président et du vice-président de la Cour suprême

Au Mali, la première session du conseil supérieur de la magistrature, au titre de l’année 2022, s’est tenue le 31 mai dans la salle des Banquets de Koulouba. Les noms du président et du vice-président de la Cour suprême seront bientôt dévoilés.
%d blogueurs aiment cette page :