COP26 : plusieurs pays engagés pour des systèmes de santé résilients

Date:

Share post:

Face à l’urgence du changement climatique, la résilience des systèmes de santé demeure une nécessité. Plusieurs pays se sont engagés pour des systèmes de santé résilients lors de la COP26.

« L’avenir de la santé doit reposer sur des systèmes de santé résilients aux impacts des épidémies, pandémies et autres urgences, mais aussi aux impacts du changement climatique, y compris les événements météorologiques extrêmes et le fardeau croissant de diverses maladies liées à la pollution de l’air et notre planète qui se réchauffe », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

Selon les précisions du ministre de l’Europe et des Amériques, au ministère des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement du Royaume-Uni, « le message de l’OMS et des professionnels de la santé du monde entier est clair : le changement climatique est un énorme défi sanitaire et nous devons agir maintenant ». À l’en croire, « un leadership fort du secteur de la santé est essentiel pour nous assurer que nous protégeons nos populations des impacts du changement climatique en améliorant la résilience climatique des systèmes de santé et en réduisant les émissions du secteur de la santé ».

Résilients au changement climatique et sobre en carbone

Face à cette urgence, les gouvernements de 47 pays, parmi lesquels des pays plus vulnérables aux dommages sanitaires causés par le changement climatique, mais aussi de plus gros émetteurs de carbone au monde, ont pris l’engagement de prendre des mesures concrètes pour créer des systèmes de santé résilients au climat. Quarante-deux d’entre eux ont promis de transformer leurs systèmes de santé pour qu’ils soient plus durables et sobres en carbone. « Douze ont fixé une date cible pour atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050 », indique l’OMS.

Cet engagement est salué par l’Organisation mondiale de la santé. Son directeur général déclare à ce propos : « Nous applaudissons les pays qui se sont engagés à mettre en place des systèmes de santé résilients au changement climatique et sobre en carbone, et nous espérons voir de nombreux autres suivre leur exemple dans un proche avenir ».

Notons que plusieurs leaders de la santé prennent part à la conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), et plus de 45 millions de professionnels de la santé ont signé une lettre pour inciter les gouvernements à prendre des « mesures plus énergiques », notant que « les hôpitaux, les cliniques et les communautés du monde entier ont déjà réagi aux dommages pour la santé causés par le changement climatique ».

La rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

CANAM : La liste des produits pharmaceutiques AMO révisée !

La Direction Générale de la CANAM a mis en place une commission technique chargée de la mise à jour de la liste des médicaments. Dans le souci de la rendre plus inclusive, la CANAM a organisé un atelier de validation de la liste des médicaments avec la participation de tous les acteurs impliqués, notamment les sociétés savantes.

Gao : après des mois de rupture, une première livraison de médicaments annoncée

Depuis mai 2022, les groupes armés terroristes avaient imposé un blocus sur l’axe Douentza-Hombori. Une situation qui avait entraîné une pénurie de médicaments dans les pharmacies et centres de santé de référence tributaires de ce tronçon. Les populations de Gao, Kidal et Ménaka étaient les plus affectaient par ce blocus.

Afrique : comment l’exploitation illégale des forêts affecte-t-elle la sécurité ?

L’exploitation forestière illégale affecte la sécurité en Afrique. La pratique est pourtant encouragée par de hauts fonctionnaires dans les pays concernés.

Prévention du paludisme : le premier médicament africain approuvé par l’OMS

En vue de prévenir le paludisme chez la femme enceinte et le nourrisson, l’OMS a approuvé un premier médicament de qualité fabriqué en Afrique.
%d blogueurs aiment cette page :