Zambougou-Sanando : une route ou un merdier ?

Date:

Share post:

Seule voie publique assurant le désenclavement des villages de cet arrondissement de Sanando, la route reliant Zambougou à Sanando, au lieu de faire le bonheur des ruraux, est devenue plutôt une voie de merde.

Route caillouteuse, bourbeuse, fendillée, voilà entre autres quelques caractéristiques qu’on pourrait donner à cette voie qui mène de Zambougou (sur la route de Ségou) à Sanando, dans le cercle de Barouéli. Cette route longue d’une trentaine de kilomètres est devenue un cauchemar pour les habitants de Sanando et ses environs ainsi que pour les quelques commerçants qui fréquentent la foire de ce village, les mercredis.

Si ce joyau économique est décrié, depuis quelque temps, par les ruraux, c’est en raison de son état. Cette route a été la source de plusieurs blessures graves causées à des usagers dudit tronçon.  

Mercredi, jour de foire à Sanando. Un jour durant lequel cette voie Zambougou-Sanando est hautement sollicitée. Les commerçants arrivent de Bamako, Ségou, Fana, etc., pour vendre sur ce marché. Mais avec cet état désastreux de la route, le voyage leur coûte de plus en plus cher. En plus de la fatigue que ce merdier leur cause, ils sont souvent victimes d’accidents de circulation causés par les trous béants épars et remplis d’eau sur cette voie.

Le mercredi 16 septembre 2020, alors que les ruraux, tout heureux, se rendent au marché pour les préparatifs de la fête d’indépendance du pays, plusieurs accidents ont été enregistrés sur cette voie de merde. Selon nos informations, deux véhicules se sont renversés et plusieurs motocyclistes ont mordu la poussière ce jour-là sur cette voie. « Des blessés évanouis ont été transportés d’urgence au centre de santé du cercle dans des ambulances », nous a expliqué notre source. À l’en croire, le bilan fait état de 8 blessés, dont des enfants. 

Pourtant les autorités de la zone n’ont pas besoin d’être informées de ce mauvais état de cette route, puisqu’elles la pratiquent tous les jours ; elles entendent les échos quotidiennement. Mais elles font la sourde oreille. Une manière de montrer leur indifférence. En attendant qu’elles agissent, la route Zambougou-Sanando est devenue un merdier. 

Chiencoro

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Sécurité routière : ce que pensent les Maliens du port obligatoire du casque 

À partir de janvier 2023, le gouvernement malien entend rendre obligatoire le port du casque pour les motocyclistes. Cette décision est diversement appréciée par les Maliens, en cette période de grande inflation des produits de première nécessité.

Tchad : une dizaine de militaires tués dans l’ouest du pays

Une unité des Forces de défense et de sécurité tchadienne a fait l’objet d’une attaque « surprise », menée par des éléments de la « secte Boko Haram »

Qatar 2022 : Al-Qaïda appelle au boycott de la Coupe du monde

À la veille de la coupe du monde, Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) a exhorté les musulmans à boycotter la compétition.

Mali : camp des déplacés de Faladiè, dures conditions d’accouchement pour des femmes

Au centre du Mali, de nombreuses personnes, dont des femmes et des enfants ont fui les conflits pour trouver refuge, pour la plupart, dans les nombreux sites aménagés à Bamako pour les accueillir. Dans ces camps de déplacés, des femmes donnent naissance sans avoir les moyens de recourir à des services médicaux.
%d blogueurs aiment cette page :