« Au service de l’école » ou comment sortir l’école malienne de la crise

« Au service de l’école » ou comment sortir l’école malienne de la crise
Au service de lécole scaled

« Au service de l’école », un récit autobiographique écrit par Sema dit Sadia Keita pour interpeller les responsables des programmes scolaires. Composé de plus de 140 pages, cet ouvrage a été préfacé par l’ancien ministre de l’Éducation, Salikou Sanogo et édité par les éditions La Sahélienne.

« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. » Cette citation d’Aimé Césaire a toute la peine d’être reprise à propos de ce livre de Séma dit Sadia Kéita.

La voix des sans voix

Véritable œuvre autobiographique, « Au service de l’école » fournit aux lecteurs, notamment aux responsables de programmes scolaires des outils leur permettant de mieux penser le système éducatif malien. Comme pour paraphraser Aimé Césaire, en parlant de lui, Sema dit Sadia parle de tous les enfants du Mali, de l’école malienne en général.

Lire aussi Littérature : Defoe, Poe et Shelley en terrain contaminé

À travers la description de ses apprentissages jusqu’à sa vie professionnelle, les obstacles qu’il a rencontrés ainsi que les multiples découvertes qu’il a eu à faire dans le domaine de l’entrepreneuriat et de la gestion scolaire, l’auteur se fait la voix des sans voix. Car les difficultés décrites sont celles de maints enfants maliens. Mais l’originalité de cette œuvre, c’est surtout les solutions évoquées pour transcender ces épreuves présentées comme des défis.

Ce livre « contribue [ndlr] à la formation de notre jeunesse en quête de repères et outille nos administrateurs scolaires afin qu’ils assument un leadership pédagogique puissant au niveau de leur établissement pour une éducation de qualité ». Voilà présenté en quelques mots toute la portée de ce livre par son préfacier, Pr Salikou Sanogo. 

Pour une meilleure gestion scolaire

« Au service de l’école » est certes un récit autobiographique, mais qui livre des messages importants pour la gestion de la crise scolaire que traverse notre pays depuis quelques années. Il s’adresse non seulement aux administrateurs scolaires, aux élèves, mais aussi aux parents, à un plus haut niveau, aux décideurs politiques en charge de l’éducation. Même les entrepreneurs peuvent y trouver leur compte. Il s’agit d’une œuvre dense qui ne laisse personne sur ses faims.

« Systèmes éducatifs en Afrique : Forces et faiblesses »

La lecture du livre de Sema dit Sadia Kéita nous fait rappeler de cet autre ouvrage publié chez La Sahélienne : « Systèmes éducatifs en Afrique : Forces et faiblesses ». Dans cette œuvre, Daouda Tékété décrit également les problèmes dont souffre l’école malienne. Tout comme Sadia Kéita, M. Tékété fournit aux responsables des programmes scolaires des outils pour mieux penser le système éducatif malien pour l’adapter aux réalités du pays. « Le défi pour les États africains est aujourd’hui, la conception et/ou l’adoption de politiques éducatives qui prennent mieux en compte les mutations sociales et les défis des cultures et sociétés africaines », lit-on dans le livre de M. Tékété.  

Cette volonté de résolution des crises de l’école malienne apparait également chez Ibrahim Ag Mohamed.

« Grammaire comparée : Français-Tamasheq »

Contrairement aux deux premiers auteurs, Ag Ibrahim Mohamed, du haut de ses expériences pédagogiques, se focalise sur un aspect plus particulier : le problème d’enseignement de la langue Tamasheq dans les écoles maliennes. « Outiller la langue Tamasheq [ndlr] pour qu’elle soit enseignée aisément en tant que langue et médium d’enseignement des connaissances scientifiques requiert de gros travaux de recherche », écrit-on dans cet ouvrage de plus de 100 pages.

Lire aussi Écoles privées : deux (2) solutions pour la résolution de la situation financière des enseignants

Le point commun entre tous ces ouvrages, c’est surtout la présentation d’une crinière de propositions de sortie de crise scolaire au Mali. Ces trois travaux provenant d’hommes expérimentés dans le domaine de l’éducation ne peuvent que donner à l’école malienne un tout autre visage.

Togola

Sahel Tribune

Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

%d blogueurs aiment cette page :