Mali : pour les violences survenues les 10,11 et 12 juillet, HRW estime qu’il y a une responsabilité partagée

Date:

Share post:

Au cours des manifestations du 10 au 12 juillet 2020, des violences ont eu lieu au Mali, notamment des pillages, des tirs à balles réelles ayant occasionné des blessés voire des morts. HRW trouve que la responsabilité de ces incidents est partagée, mais invite à des enquêtes pour traduire les responsables en justice.

« Au Mali, les forces de sécurité ont fait un usage excessif de la force pour réprimer des manifestations parfois violentes organisées par l’opposition politique », a déclaré, le mercredi 12 août 2020, Human Rights Watch. Ces violences sont survenues les 10, 11 et 12 juillet 2020. Au cours de ces manifestations, au moins 14 personnes ont été tuées et plus de 300 autres blessées, indique l’organisation de défense des droits de l’homme. Parmi ces blessés figurent des manifestants, des passants et des membres des forces de sécurité, précise la même source. C’est en ces termes que la directrice pour le sahel à Human Right Watch, Corinne Dufka se prononce sur la situation : « Les violences récentes qui ont secoué la capitale ont laissé dans leur sillage un cortège effroyable de morts et de blessés ».

Des violences provenant des deux côtés

Human Right Watch reconnait qu’il y a eu des tirs à balles réelles pour démanteler les barricades installées par les manifestants. Elle attribue également les pillages en partie d’immeubles gouvernementaux par des manifestants tout comme les forces de sécurité ont saccagé le siège du M5-RFP, indique-t-on. « Les dirigeants du M5-RFP ont assuré à Human Right Watch que les individus impliqués dans ces violences n’appartenaient pas à leur mouvement, bien que certains témoignages contredisent cette affirmation », rapporte HRW.  

A lire aussi Mali : le pouvoir central entre le marteau et l’enclume

HRW ne tourne pas autour de la peau. Elle précise que le 11 juillet, au moins 12 personnes ont été tuées par les forces de sécurité à Badalabougou, quartier où habite l’Imam Mahmoud Dicko. Parmi ces morts, trois ont été tuées par les forces de sécurité qui « gardaient le domicile de l’ancienne présidente de la Cour constitutionnelle », souligne l’organisation de défense des droits de l’homme avant d’indiquer : « Des membres des forces de sécurité ont tué au moins neuf personnes par balles après que leur véhicule s’est retrouvé coincé dans un caniveau dont la dalle de béton avait apparemment été retirée, près du domicile et de la mosquée de Mahmoud Dicko ».

Les recommandations pour faire toute la lumière sur la situation

HRW invite les autorités maliennes à rendre publiques les conclusions des enquêtes sur ces violences et de traduire en justice toutes les personnes qui y sont impliquées. Ce n’est pas tout, elle recommande également au gouvernement malien d’« ordonner aux forces de sécurité de respecter les Principes de base des Nations Unies sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois » Corinne Dufka lance alors un message aux autorités politiques maliennes : « Le gouvernement devrait adresser un message clair selon lequel les abus et les actes de violence de tous bords, y compris ceux perpétrés par les forces de l’ordre, feront l’objet d’une enquête et de poursuites impartiales ».

A lire aussi Mali : « Il ne pourra pas y avoir de solution crédible à la crise politique si [ndlr] justice n’est pas rendue » (Amnesty International)

Quant aux leaders du M5-RFP, Human Right Watch les invite à prendre des « mesures concrètes pour empêcher toute nouvelle violence de la part de leurs partisans ». Aux forces de sécurité, Corinne Dufka les invite à veiller plutôt « à réprimer les manifestations violentes avec un recours minimal à la force ». Cela afin d’éviter la perte d’autres vies, a-t-elle indiqué. HRW conclut son rapport par un exposé de témoignages sur ces violences.

Comme cause de la crispation de la crise sociopolitique au Mali, cette organisation indique entre autres : la décision de la Cour constitutionnelle (en avril) sur les dernières législatives, le taux de chômage élevé, l’instabilité persistante dans le nord et le centre du Mali et la corruption au niveau de l’administration.

 Fousseni Togola

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Sécurité routière : ce que pensent les Maliens du port obligatoire du casque 

À partir de janvier 2023, le gouvernement malien entend rendre obligatoire le port du casque pour les motocyclistes. Cette décision est diversement appréciée par les Maliens, en cette période de grande inflation des produits de première nécessité.

Tchad : une dizaine de militaires tués dans l’ouest du pays

Une unité des Forces de défense et de sécurité tchadienne a fait l’objet d’une attaque « surprise », menée par des éléments de la « secte Boko Haram »

Qatar 2022 : Al-Qaïda appelle au boycott de la Coupe du monde

À la veille de la coupe du monde, Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) a exhorté les musulmans à boycotter la compétition.

Mali : camp des déplacés de Faladiè, dures conditions d’accouchement pour des femmes

Au centre du Mali, de nombreuses personnes, dont des femmes et des enfants ont fui les conflits pour trouver refuge, pour la plupart, dans les nombreux sites aménagés à Bamako pour les accueillir. Dans ces camps de déplacés, des femmes donnent naissance sans avoir les moyens de recourir à des services médicaux.
%d blogueurs aiment cette page :