Mali : l’industrialisation, l’une des priorités des autorités de la transition    

Date:

Share post:

Afin de lutter contre le chômage et propulser l’économie du pays, les autorités maliennes de la transition travaillent à l’industrialisation du pays. C’est l’une de leurs priorités. Cela se traduit par les nombreux projets en cours.  

Premier producteur de coton en Afrique, le Mali souffre d’un problème d’industrialisation en vue de transformer l’or blanc qu’il produit. Seulement 2 % du coton produit sont présentement transformés.

Pour un développement économique harmonieux, les industries viennent en appui aux activités rurales qu’elles valorisent. Dans ce pays sahélien, où le taux de production du coton s’élève à 700 000 tonnes par an, l’implantation d’industries solides demeure une urgence.

Dans son rapport annuel, Perspectives économiques en Afrique 2022, la Banque africaine de développement (BAD) indique : « L’industrialisation est la clé de la croissance économique à long terme et du développement durable ».

La Somafil

Les autorités maliennes de la transition semblent avoir compris le paradoxe dans leur pays et bien cerné l’importance de l’industrialisation. La semaine dernière, elles ont signé un protocole d’accord avec la société chinoise Qingdao pour l’implantation de deux unités de filature de coton : une à Koutiala et l’autre à Bamako. Les statuts de la nouvelle société malienne de filature (SOMAFIL) ont été signés, vendredi 25 novembre 2022, à la direction générale de la CMDT.

La première unité aura une capacité de production de 20 000 tonnes coton fibre à transformer en filet. La deuxième 25 000 tonnes par an, soit un total de près de 45 000 tonnes de coton fibre.

Ces usines, une fois installées, contribueront au développement socio-économique du Mali. Elles créeront 5000 emplois directs et 50 000 emplois indirects. L’usine de filature est la base de toutes les industries de textiles, a indiqué le ministre malien de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, sur les plateaux de l’ORTM.

L’usine Ciment Sahel Mali-SA

Au Mali, quatre (4) millions de personnes vivent du secteur coton, selon le ministre Sanou. La Somafil contribuera donc également à la relance de la COMATEX et de l’UMPP ainsi qu’à la création d’unités connexes au profit de notre pays et de nos populations.

Ces deux unités de filature viendront ainsi étoffer l’armature industrielle du Mali, qui souffre depuis des décennies d’un réel déficit d’industrialisation. D’ores et déjà, l’implantation de plusieurs industries est attendue dans ce pays sahélien en proie à une crise multidimensionnelle. Le 20 novembre dernier, la première pierre d’une usine de cimenterie a été posée à Nioro du Sahel. L’usine Ciment Sahel Mali-SA, avec une production annuelle estimée entre 4 et 6 millions de tonnes, sera la plus grande dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Souveraineté économique

Toutes ces initiatives ont été précédées par la création d’une société de recherche et d’exploitation minière (SOREM) ainsi que la pose de la première pierre de l’usine de cimenterie Atlas à Dio Gare, localité située à quelques kilomètres de la ville garnison de Kati. Les autorités maliennes de la transition ont aussi annoncé la construction d’une nouvelle usine de raffinage de l’or, la relance des activités de l’UMPP et de la COMATEX. Toutes ces initiatives de développement économique viennent s’ajouter aux projets de lithium de Goulamina et de diamant à Bougouni.

Pour une véritable souveraineté, il faut une économie émergente. Cette émergence passe par une forte industrialisation, gage de réduction des exportations de matières premières et de lutte contre le chômage. Du coup, elle accompagne aussi les efforts pour le retour de la stabilité et de la paix dans le pays. Cela, les autorités maliennes semblent l’avoir bien assimilée.

En seulement deux ans de gestion, la transition malienne de la « rectification » a obtenu des résultats remarquables en matière d’industrialisation du pays et de rénovation d’industries. Dans plusieurs secteurs, l’industrialisation connaît un progrès notoire.

Chiencoro Diarra

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Mali : les douanes de Tombouctou et de Gao enregistrent des résultats en 2022

Au Mali, l’administration douanière a réalisé des performances et engagé des réformes au cours de l’année écoulée. Des actions qui ont conduit à des résultats extraordinaires, notamment la réalisation par les douanes de Tombouctou et de Gao, des recettes douanières en 2022. Deux régions qui échappaient à l'administration depuis 2012.

Mali : prêt de 8 milliards de FCFA pour la mise en valeur des plaines rizicoles de Tombouctou

Le Mali obtient de  la Banque ouest africaine de développement un accord de prêt d’un montant de 8 milliards de FCFA pour le financement partiel du Projet de mise en valeur des plaines rizicoles de Tombouctou.

Sénégal : sommet pour nourrir l’Afrique

« Nourrir l’Afrique : Souveraineté alimentaire et résilience » est le thème de ce sommet, qui réunira plus de 1500 personnes, pendant trois jours

Commerce : le Mali, 1er pays le plus attractif dans la Zone Uemoa, 2e de la zone Cédéao et 15e du continent

Malgré les effets de la pandémie de Covid-19 et des sanctions de la Cédéao et de l’Uemoa, le Mali est classé 1er pays le plus attractif pour le commerce dans la Zone Uemoa, 2e de la zone Cédéao et 15e du continent africain.
%d blogueurs aiment cette page :