Mali : deux soldats français tués et un autre blessé dans la région de Ménaka

Date:

Share post:

À Ménaka, le samedi 2 janvier 2021, un convoi de l’opération Barkhane a subi une attaque à l’engin explosif improvisé. Le bilan fait état des morts et un blessé.  

Deux morts et un blessé, tel est le bilan d’une attaque à l’engin explosif improvisé contre la force antiterroriste française au Mali, Barkhane. Cette attaque est survenue le samedi 2 janvier 2021 au nord de Ménaka, dans la région de Gao. « Aujourd’hui [samedi ndlr], en milieu de matinée, lors d’une patrouille de reconnaissance et de renseignement au nord de Ménaka, un véhicule blindé léger (VBL) de la force Barkhane, armée par trois militaires, a été atteint par un engin explosif improvisé », a expliqué l’état-major des armées françaises dans un communiqué, le 2 janvier 2021.

Selon la ministre française des armées, Florence Parly, « la motivation, la pugnacité et l’abnégation des militaires français
demeurent intactes face aux groupes terroristes, filières de Daech et d’Al-Qaïda, qui sèment terreur et chaos au Mali et au Sahel 
», a-t-elle indiqué, samedi, dans un communiqué.

Le JNIM à l’œuvre ?

« L’attaque qui a coûté la vie à deux soldats en mission de renseignement samedi dans la région de Ménaka a été revendiquée par le groupe jihadiste [la branche d’Al-Qaïda au Sahel ndlr]», a affirmé dimanche 3 janvier Wassim Nasr, spécialiste des mouvements islamistes radicaux à France 24.

Rappelons que c’est le GSIM ou JNIM, qui regroupe plusieurs mouvances rebelles et terroristes affiliées à l’Al-Qaida au Maghreb islamique, qui a revendiqué, samedi dernier, l’attaque du lundi contre cette force française près de Hombori, au centre du Mali. Une attaque qui a fait trois morts.

Une persistance qui interroge

La persistance de ces attaques contre les positions françaises mérite des interrogations sur les intentions réelles de ces groupes terroristes. Néanmoins, nous savons que dans son communiqué revendiquant l’attaque du lundi, le GSIM, qui est la principale alliance jihadiste dans le Sahel, a invité au retrait de la force Barkhane du Sahel. Comme raison d’une telle prise de position contre la France, rapporte le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE, « les caricatures de Mahomet et la défense prise par le président Macron de leur publication au nom de la liberté d’expression, ainsi que la politique du gouvernement français vis-à-vis des musulmans de France » sont évoquées. Outre tous ces aspects, l’opposition de la France au dialogue avec certains groupes radicaux pourrait également servir d’explication.

Notons que c’est à Ménaka que les forces spéciales tchèques dans le cadre de la Task force Takuba devraient s’installer.

Chiencoro

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Sortie de la 3e cohorte du SNJ : « nous ne faisons que lier l’acte à la parole », dixit le président Goïta

C’est une première au Mali. Les admis de la fonction publique de l’État et des collectivités territoriales, envoyés, il y a six mois, dans le camp de Bapho, à Ségou, pour leur formation militaire obligatoire au service national des jeunes (SNJ), ont achevé leur session avec brio.

Mali : la présence des militaires allemands, une « perte de temps et d’argent »

L’Allemagne remet en cause le déploiement de ses troupes au Mali. Selon le nouveau ministre de la Défense, Boris Pistorius, la présence des militaires allemands sur le sol malien est une «perte de temps et d’argent

« Semaine de la justice » : briser le mur de glace entre les acteurs et les justiciables  

Les activités de la 1re édition de la Semaine de la justice ont été lancées, le 23 janvier 2023, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB). Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des sceaux, Mamoudou Kassogué, a invité à briser le mur de glace qui existe entre les acteurs et les justiciables.

Sahel : la France retirera ses troupes du Burkina d’ici « un mois »

La France retirera ses troupes du Burkina Faso, d’ici « un mois ». L’information a été donnée ce mercredi par une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, qui confirme que la France a reçu la demande du Burkina Faso de retrait de ses troupes déployées dans le pays
%d blogueurs aiment cette page :