Mali – Côte d’Ivoire : le retour volontaire de 164 réfugiés ivoiriens

Date:

Share post:

Après plus d’une décennie en dehors de leur pays d’origine, une centaine de réfugiés ivoiriens ont foulé leur sol, le jeudi 9 décembre dernier. Ce rapatriement volontaire est le fruit d’une coopération entre le HCR et le gouvernement malien.

« À mon arrivée, je me suis facilement intégré dans la société sans difficulté où j’ai vécu en parfaite harmonie avec les communautés d’accueil », raconte M. Noumankan, chef de ménage âgé d’une cinquantaine d’années. Grâce à la solidarité et à l’hospitalité légendaire du peuple malien, ce réfugié ivoirien, au Mali depuis des années, a fini par se marier à une femme malienne.

La quasi-totalité de ces réfugiés sont arrivés au Mali à la suite de la violence et de la persécution, postélectorale de 2010, dans ce pays côtier d’Afrique de l’Ouest.

En plus de la solidarité et de l’hospitalité du peuple malien, ces réfugiés ivoiriens ont bénéficié de l’assistance et de la protection du HCR, durant leur séjour au Mali. Une assistance qui vient une fois de plus se confirmer à travers le rapatriement volontaire de 164 d’entre eux, soit 31 ménages, jeudi 9 décembre 2021, de la région de Sikasso vers la Côte d’Ivoire.

« Droit humain fondamental »

« Les préparatifs de l’opération ont démarré à Bamako où vivait la grande majorité des réfugiés concernés et se sont poursuivis à Sikasso, région frontalière avec la Côte d’Ivoire, où tous les réfugiés se sont rassemblés pour prendre ensemble le départ », a précisé l’Agence des Nations pour les réfugiés dans un communiqué du 10 décembre 2021, date anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Selon les précisions de M. Buti Kale, représentant du HCR au Mali, « le retour volontaire des réfugiés nous rappelle la quête essentielle de retrouver les siens après un certain temps, et cette Journée des droits de l’homme est la parfaite occasion pour réaffirmer que retourner chez soi demeure un droit humain fondamental ». Et d’indiquer : « Le Gouvernement de la Côte d’Ivoire nous a rassurés de la réintégration paisible et durable de ces réfugiés dans le tissu socio-économique, dans un environnement pacifique ».

Ce énième rapatriement est le fruit d’une coopération entre l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés au Mali et le gouvernement malien. Cette opération est la troisième effectuée en 2021.

Pour rappel, plusieurs actions ont été menées, notamment des campagnes de sensibilisation, pour le bien-être de ces réfugiés. Une clause de cessation de même été signée entre le gouvernement ivoirien et les pays d’accueil de ces réfugiés.

Chiencoro Diarra

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Sortie de la 3e cohorte du SNJ : « nous ne faisons que lier l’acte à la parole », dixit le président Goïta

C’est une première au Mali. Les admis de la fonction publique de l’État et des collectivités territoriales, envoyés, il y a six mois, dans le camp de Bapho, à Ségou, pour leur formation militaire obligatoire au service national des jeunes (SNJ), ont achevé leur session avec brio.

Mali : la présence des militaires allemands, une « perte de temps et d’argent »

L’Allemagne remet en cause le déploiement de ses troupes au Mali. Selon le nouveau ministre de la Défense, Boris Pistorius, la présence des militaires allemands sur le sol malien est une «perte de temps et d’argent

« Semaine de la justice » : briser le mur de glace entre les acteurs et les justiciables  

Les activités de la 1re édition de la Semaine de la justice ont été lancées, le 23 janvier 2023, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB). Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des sceaux, Mamoudou Kassogué, a invité à briser le mur de glace qui existe entre les acteurs et les justiciables.

Sahel : la France retirera ses troupes du Burkina d’ici « un mois »

La France retirera ses troupes du Burkina Faso, d’ici « un mois ». L’information a été donnée ce mercredi par une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, qui confirme que la France a reçu la demande du Burkina Faso de retrait de ses troupes déployées dans le pays
%d blogueurs aiment cette page :