Home Actu Quels avenirs pour l’Alliance des États du Sahel ?

Quels avenirs pour l’Alliance des États du Sahel ?

0 comment 171 views

Après plusieurs décennies de domination néocoloniale, les États du sahel ont décidé de sortir de leur tête de l’eau et réclamer leur souveraineté. Cela s’est traduit par la création de l’Alliance des États du sahel en septembre 2023. Une Alliance créée par le Mali, le Niger et le Burkina Faso, en vue de surmonter les défis communs de la région, avec un accent particulier sur la sécurité, le développement économique et social, ainsi que la gestion des ressources naturelles.

Dans un Sahel marqué par l’insécurité et la vulnérabilité économique, l’Alliance des États du Sahel émerge comme une lueur d’espoir. Les enjeux cruciaux autour de ce nouveau-né sont nombreux. Pour l’atteinte de ses objectifs, ce bébé doit mettre l’accent sur trois piliers stratégiques : le renforcement de la sécurité, le développement économique et social, ainsi que la gestion durable des ressources naturelles, en vue d’offrir des perspectives prometteuses pour la région.

Renforcement de la sécurité et développement durable 

La menace terroriste, incarnée par des groupes tels que le GSIM et l’EIGS, plane sur le Sahel. Une situation qui a conduit à la mise en place de plusieurs initiatives communes, comme le G5 Sahel, composé du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie. Confrontée à des problèmes de financement et à des mésententes internes, cette initiative a été déclarée mort-né, surtout avec la naissance de l’AES. 

L’Alliance des États du Sahel se positionne comme un rempart essentiel contre cette crise sécuritaire qui se propage dans la région. En intensifiant la coopération en renseignement, en sécurisant les frontières et en formant les forces de sécurité, l’AES peut jouer un rôle clé dans la prévention et la réduction des activités terroristes, assurant ainsi la stabilité des États sahéliens. La naissance de cette coalition commune porte déjà ses fruits avec la coopération des Forces de défense et de sécurité des trois pays dans la lutte contre l’insécurité dans la région. 

Le Sahel, région économiquement vulnérable, requiert une impulsion significative. L’AES peut également catalyser le changement en encourageant les échanges commerciaux et en stimulant les investissements régionaux. Cette alliance s’engage à créer des emplois et à améliorer les conditions de vie des habitants en favorisant l’autonomisation économique des jeunes et des femmes. Des infrastructures et des programmes de formation professionnelle sont également des piliers de cette transformation économique. 

En novembre 2023, durant deux jours, à Bamako, les ministres chargés de l’économie et des finances du Burkina Faso, du Mali et du Niger, accompagnés d’autres experts en la matière, ont mené des réflexions appropriées sur les préoccupations stratégiques communes aux trois pays de l’AES. Il s’agit d’accélérer le processus d’intégration économique et financière dans l’espace du Liptako-Gourma. 

Gestion des ressources naturelles et lutte contre les changements climatiques

À l’issue de ces deux jours de travail, les experts ont jeté une lumière vive sur des thèmes d’intérêt commun. Tout en évoquant des échanges commerciaux, la sécurité alimentaire et celle énergétique, les experts ont souligné la nécessité de la transformation industrielle ainsi que des réformes financières nécessaires.

Le Sahel, confronté à des défis environnementaux cruciaux, trouve dans l’AES un partenaire stratégique. En promouvant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, en encourageant les énergies renouvelables et en renforçant la résilience des communautés locales face aux changements climatiques, l’alliance peut contribuer à la préservation de l’environnement et au bien-être des populations sahéliennes. Avec leur partenariat avec la Fédération de Russie, les pays de l’AES empruntent la voie du développement durable, sur tous les plans. 

L’Alliance des États du Sahel émerge comme une force unificatrice et transformative pour la région. En renforçant la sécurité, en stimulant le développement économique et social, et en gérant durablement les ressources naturelles, elle offre un avenir plus stable et prospère au Sahel. L’AES devient un levier essentiel pour façonner un avenir résilient et florissant dans cette région dynamique de l’Afrique.

Chiencoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate