Home Actualités Lignes invisibles, tensions visibles : un match serré à la frontière burkinabé-ivoire

Lignes invisibles, tensions visibles : un match serré à la frontière burkinabé-ivoire

0 comment 346 views

Dans les étendues obscures du nord de la Côte d’Ivoire, un militaire et un auxiliaire civil de l’armée burkinabè ont été pris au piège de la loi le 27 mars 2024. Leur voyage inattendu à travers les lignes invisibles qui divisent les nations n’est pas un événement isolé. conte. « De tels incidents sont monnaie courante« , murmure une voix du secteur de la sécurité, faisant allusion au caractère insaisissable des frontières qui existent à peine sous forme physique mais qui pèsent lourd en termes géopolitiques.

Le 27 mars a marqué le jour où la porosité de la frontière burkinabè-ivoirienne a été à nouveau mise à nu. Un militaire burkinabé et un Volontaire pour la défense de la patrie (VDP) se sont retrouvés aux mains des forces militaires ivoiriennes dans la région de Bounkani, à deux pas de leur patrie. Leur mission ? Cela fait partie de la campagne agressive du Burkina contre les ombres du terrorisme qui menacent d’engloutir la région. Les deux hommes, armés et apparemment en reconnaissance dans un village commerçant, se sont égarés en Côte d’Ivoire, un acte qui a ouvert la voie à leur détention.

« L’incident est généralement résolu rapidement »

La réponse burkinabè a été rapide. Un bataillon, déjà engagé dans une bataille acharnée contre un ennemi invisible, franchit le seuil à la poursuite de ses compatriotes. Le décor semblait planté pour une confrontation, mais le destin, semble-t-il, avait d’autres plans. Le détachement ivoirien avait évacué les lieux, évitant ce qui aurait pu être une interaction explosive entre frères d’armes. « Il n’y a pas eu d’affrontement« , assure une source, un sentiment qui en dit long sur les ententes silencieuses qui régissent souvent les interactions entre États voisins.

Ce n’est pas le premier acte du théâtre. Le 19 septembre 2023, deux gendarmes ivoiriens se retrouvent du mauvais côté de la frontière burkinabè, leur voyage se terminant par une arrestation. Le silence de Ouagadougou sur leur sort est assourdissant, mais des murmures sur leur bien-être flottent de l’autre côté de la frontière, portés par le vent de la diplomatie sur lequel Abidjan a choisi de voguer. « L’incident est généralement résolu rapidement« , ajoute la voix, témoignage de la résilience de la fraternité même face à l’adversité.

La porosité des frontières

Ce qui se passe dans ces régions frontalières est bien plus qu’une histoire de mésaventures ou de dépassements occasionnels. Il s’agit d’un récit tissé à partir de défis partagés et de préoccupations mutuelles qui transcendent les lignes tracées par l’homme. Le ballet silencieux du personnel militaire et civil à travers ces divisions invisibles souligne une lutte plus large, qui exige un front uni contre les spectres de l’instabilité et de la terreur qui ne connaissent aucune frontière.

Dans cette danse complexe de diplomatie, de sécurité et d’efforts inflexibles pour la paix, l’interaction entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire apparaît comme une lueur d’espoir. Cela rappelle que dans la vaste étendue de l’Afrique de l’Ouest, l’unité et la coopération ne sont pas seulement des idéaux auxquels aspirer mais des nécessités de survie. Les frontières sont peut-être poreuses et les défis intimidants, mais la détermination des nations, unies dans un objectif, reste inébranlable.

Oumarou Fomba

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate