Réchauffement climatique: le grand absent du discours présidentiel

Date:

Share post:

Comme à l’accoutumée, le chef d’État malien, Ibrahim Boubacar Kéita s’est soumis à l’exercice traditionnel de vœux à la nation, à l’aube de la nouvelle année 2020. C’était le mardi 31 décembre 2019. Tous les problèmes jugés urgents ont été ébauchés. La lutte contre le réchauffement climatique semble néanmoins être le grand absent du discours.

« […] La paix est la première des infrastructures, celle qui conditionne toutes les autres ». Ce passage de l’adresse d’IBK à la nation malienne, le mardi dernier, montre à suffisance que tous les efforts des autorités maliennes semblent orientés essentiellement vers la lutte contre le terrorisme afin que le Mali redevienne un havre de paix et de stabilité.

Réchauffement climatique, l’ennemi de la paix

Dans son discours, le locataire de Koulouba semble abordé tous les problèmes jugés essentiels : la pauvreté et la précarité, le chômage, la problématique d’accès à l’eau potable, à l’électricité, à la santé, à l’éducation, etc.

Le plus surprenant est que, sauf erreur de ma part, nulle part dans le discours présidentiel il n’est fait mention du réchauffement climatique. Il est généralement admis que l’on omet ce dont on accorde peu d’importance. Si cela est vrai, alors je ne ferai pas de doute que l’omission de cette problématique du changement climatique, par le chef d’État malien dans son discours, soit la preuve du peu d’importance qu’il accorde à ce phénomène.

Pourtant, plusieurs études ont montré le lien inextricable entre le changement climatique et les conflits dans le Sahel, notamment au Mali. Dans la Note d’analyse du Comité d’organisation du Dialogue national inclusif, publiée en novembre 2019, ce lien est bien souligné : « Les agriculteurs ont tendance à développer leurs activités dans les zones initialement consacrées à la divagation du bétail. Ensuite, les tensions entre éleveurs et agriculteurs se multiplient et tendent à se transformer, au fil du temps, en oppositions communautaires. »

Je me demande bien comment les autorités maliennes comptent gagner leurs combats contre les problèmes qu’elles jugent plus urgents sans gagner, au préalable, la bataille contre le changement climatique, qui constitue le phénomène aggravant de la plupart des autres crises que traverse le pays. Certes, les mauvaises conditions de vie des populations les précipitent entre les mains des groupes terroristes, mais les deux combats restent liés les uns aux autres. Le réchauffement climatique constitue d’ailleurs à mes yeux la première des infrastructures, celle qui conditionne toutes les autres, pour paraphraser le chef de l’État dans son adresse à la nation.

Lire aussi Barkhane : chasse aux terroristes ou quête de légitimité ?

Panique pour 2020

La minimisation du réchauffement climatique dans les crises que traverse le Mali donne réellement à craindre pour l’année qui commence. Cette négligence dans le discours marquant le passage au Nouvel An, montre le peu de valeurs accordées à la question environnementale au Mali de la part de l’institution suprême de la République ainsi que de toutes les autres autorités.

Lire aussi Le cyberharcèlement, une épine dans le pied des femmes

La citoyenneté environnementale en crise

Bien vrai qu’il existe un tel désintérêt vis-à-vis de ce problème, il n’y a pas lieu d’en vouloir aux autorités maliennes. Comme sont le monde intelligible et le monde sensible du philosophe antique Platon, les dirigeants ne sont que l’image de leurs citoyens. Si nos autorités se montrent peu préoccupées par la crise environnementale, c’est parce que les citoyens se sont comportés de la même manière.

Durant toute l’année 2019, nous avons rarement vu des rassemblements gigantesques pour réclamer plus d’actions pour la protection de l’environnement. Pourquoi ? Parce que la plupart des citoyens ne font pas de ce problème une urgence de l’heure ou font de ce drame un problème appartenant uniquement aux grandes puissances, ignorant ainsi volontairement que des pays moins développés, comme le nôtre, ont aussi leur part de responsabilité dans le réchauffement de notre planète.

Faire valoir la citoyenneté environnementale

Cette année, il faudrait qu’une véritable citoyenneté environnementale gagne le cœur des citoyens afin qu’ils mettent plus de pressions sur les décideurs. Cela, afin qu’il y ait plus d’engagements en faveur de ce phénomène qui ronge de plus en plus le monde. Au Mali comme dans les autres pays du Sahel, sans un engagement véritable des citoyens, faisant de ce phénomène un problème de survie comme tant d’autres, les autorités ne s’y impliqueront pas comme il le faut.

Le Président de la République malienne lors de son adresse à la nation, le 31 décembre 2019. Photo prise lors de son discours sur l’ORTM.

Aujourd’hui, la victoire contre le réchauffement climatique marquera la fin de maintes crises qui menacent l’existence de nos territoires. Donc, il faut s’y engager davantage afin qu’au 31 décembre 2020, l’environnement ne soit pas de nouveau le grand oublié.

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Changement climatique au Mali : « On a foré très profond, on n’a rien trouvé »

Le Mali, comme d’autres pays du Sahel, est en proie à un conflit armé dont les conséquences sont aggravées par les effets du changement climatique. Si les populations sur le terrain ont montré une résilience hors du commun, leur vulnérabilité grandissante inquiète.

COP 27 en Égypte : La santé doit être au centre des négociations sur le changement climatique

À la veille de la 27e Conférence des parties sur le changement climatique (Cop27), qui s’ouvre ce 6 novembre, en Égypte, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) exhorte à mettre la santé au cœur des négociations critiques.

Sahel : changement climatique et conflits poussent les communautés au désespoir

La combinaison fatale des conflits et de la crise climatique fait souffrir des millions de personnes au Mali et dans toute la région du Sahel. Prises en étau entre l’avancée du désert, les aléas climatiques et les violences, des communautés entières n’ont d’autre choix que de fuir en laissant derrière elles leurs maisons, leurs troupeaux et leurs moyens de subsistance.

Afrique : comment l’exploitation illégale des forêts affecte-t-elle la sécurité ?

L’exploitation forestière illégale affecte la sécurité en Afrique. La pratique est pourtant encouragée par de hauts fonctionnaires dans les pays concernés.
%d blogueurs aiment cette page :