Impact de la covid-19 : des IFM réclament leurs bourses des trois mois supplémentaires

Date:

Share post:

Dans les Instituts de formation de maîtres (IFM) de Kayes, Kita et Nioro du Sahel, l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) menace de prendre les examens de fin d’année en otage. Cela si leurs bourses des mois de juillet, août et septembre ainsi que leurs frais de recyclage ne sont pas payés.

À la crise sociopolitique, sanitaire et à la dégradation des axes routiers vient s’ajouter une nouvelle crise éducative au Mali. Cette fois-ci au niveau des IFM. En effet, l’AEEM) au niveau des Instituts de formation de maitres (IFM) a déjà donné l’alerte. Les IFM de Kayes, Kita et de Nioro du sahel réclament au gouvernement le paiement de leurs bourses des mois de juillet, août et septembre (des mois qui correspond d’habitude à la vacance) et les frais de recyclage pour les élèves-maîtres en fin de cycle. Cette période qui durait jadis 45 jours a été écourtée à 15 ou 10 jours.

 « Puisque le gouvernement a prolongé l’année scolaire, alors les élèves-maitres doivent bénéficier des bourses pour les mois supplémentaires qui viennent s’ajouter à leur programme d’étude », explique Yiriba Coumaré, secrétaire général de l’AEEM de Kayes. Celui-ci indique que cette bourse est essentielle pour les élèves-maîtres dont la plupart se prennent en charge en termes de nourriture et de logement.

En raison de cette situation, les élèves-maîtres sont prêts à prendre l’année scolaire en otage : « Si nos revendications n’aboutissent pas, nous serons dans l’obligation de prendre les examens de fin d’année en otage », explique M. Coumaré.

À en croire le secrétaire général de l’IFM de Kayes, une lettre doit être adressée au secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans les jours à venir afin de le tenir directement informé de la situation.

Les problèmes ne font que s’entasser auprès de Dr Boubou Cissé puisqu’il n’y a pas encore de gouvernement.

F.T

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

DEF à Lobougoula, trois écoles accompagnées par l’association RJDL

Au Mali, les examens du DEF (Diplôme d’études fondamentales) ont pris fin, mercredi 29 juin 2022. Ils étaient 237 540 candidats inscrits cette année, selon les chiffres du ministère de l'éducation nationale, répartis entre 1801 centres à travers le pays.

Guinée : le préfet de Siguiri limogé pour avoir « coiffé » un candidat au Bac

« Le lieutenant-colonel Ibrahima Douramoudou Keïta, matricule 18342G, précédemment préfet de Siguiri, est relevé de ses fonctions et mis à la disposition de l'état-major général des armées »

École malienne : ProEDIC, une plateforme virtuelle avec des contenus pédagogiques

Lancé au Mali le jeudi 17 décembre 2020, le ProEDIC vise à promouvoir la création d’environnement adapté aux apprentissages innovants, à travers la collaboration entre le lycée technique de Ségou (Mali) et deux écoles en Espagne via une plateforme virtuelle.

Mali : des élèves-maitres attendent toujours le début de leur stage d’initiation

Pour non-paiement de leurs arriérés d’heures supplémentaires d’encadrement des élèves-maitres des Instituts de Formation de Maitres (IFM), des syndicats de l’enseignement fondamental et de l’enseignement normal de Kayes et de Kati refusent d’encadrer les élèves-maitres en phase d’initiation. Il s’agit des élèves-maitres de la 3e année (niveau DEF) et de la 1ère année (niveau BAC), qui doivent bénéficier de trois mois de stage dans les écoles fondamentales des CAP respectifs.
%d blogueurs aiment cette page :