Les griots pris en tenaille entre tradition et capitalisme

Date:

Share post:

Dans nos sociétés jadis, les griots jouaient un rôle prépondérant. Le métier de griot était exceptionnel dans la plupart de ces sociétés. À travers la force de sa parole, le griot réussissait à assurer la cohésion sociale. Comme la plupart des autres métiers, ce métier traverse sa phase de décadence.

Djibril Tamsir Niane n’a pas manqué l’occasion de noter dans son livre « Soundjata ou l’épopée mandingue » la force de la parole du griot dans les sociétés dites traditionnelles. Pendant ces temps, on n’avait pas besoin d’historiens parce que les griots étaient les détenteurs des savoirs les plus anciens qu’ils transmettaient de génération en génération.

Le griot, garant de la stabilité

En ces temps-là plus qu’aujourd’hui, toutes les jeunes générations connaissaient leur histoire, la signification de leur nom de famille. Mieux que tous ceux-ci, ils remplaçaient l’ONU, la Minusma dans nos communautés. À chaque fois qu’un problème pointait le nez, nous faisions appel à eux pour qu’ils discutent à l’amiable du problème. Dans ces sociétés, nous n’avions pas besoin de signature d’accord de paix a posteriori de loi d’entente nationale. Les griots, à travers la force de leur parole, faisaient des miracles. Ainsi, les griots étaient ceux qui étaient habilités à arranger les mariages dans nos communautés. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle chaque famille possédait à son compte un griot. Celui-ci, avec bien sûr sa famille, et se trouvaient à leur charge.

Le griot était aux familles ce que sont les médecins pour des familles occidentalisées. N’est-ce pas dans ce cadre que tout mariage était interdit entre les nobles et les griots. Car une fois que nous épousions notre serviteur, qui va prendre la relève ? L’enfant issu de l’union d’un noble et d’un griot va-t-il servir de griot dans une famille noble ? Chose difficile puisqu’il ne porte pas un nom griot, mais il est issu d’une mère griot. Ayant peur de la dégénérescence, les anciens ont trouvé plus prudent de défendre tout lien de mariage entre ces deux castes.

Division de la société

Cette pratique nous rappelle la division de la société par le philosophe antique Platon. Celui-ci avait divisé la société en trois classes où au sommet nous trouvions les dirigeants, au milieu les gardiens et au bas de l’échelle les ouvriers. Pour éviter toute décadence de la société, cet intellectuel défendait toute relation en termes de mariage ou de sexe entre ces trois classes. Ainsi, chacune des classes devait rester dans sa catégorie et remplir son devoir. Cela ne correspond-il pas à la situation des griots dans nos sociétés ?

Dégénérescence sociale

Mais hélas, de la même façon dont nous avons assisté à la dégénérescence de cette société platonicienne, nous sommes témoins de celle de nos communautés. Cette caste de griots est devenue aujourd’hui un véritable business. Les griots ne parlent plus qu’au nom de l’argent. Ils organisent ainsi des périodes de sorties constituant une sorte de campagne privilégiée pour se faire de l’argent. Ils sont devenus moins cultivés, parce que ce qui les intéresse c’est le savoir parler pour gagner suffisamment d’argent. Dans les lieux de mariage et de baptême, nous ne manquons nullement de les rencontrer en train de mendier auprès de tous, même des inconnus. Ce qui entraine beaucoup d’entre eux dans le mensonge. Ainsi, plus de respect et par conséquent plus de confiance en eux.

Puisque c’est donc devenu un métier à part entière, des non-griots font également leur entrée sur la scène. Si jadis, les griots constituaient de grands musiciens parce qu’on était convaincu que la musique adoucissait les mœurs, aujourd’hui rares sont les griots qui s’adonnent à cette pratique. Plus de différence entre les griots et les nobles de nos jours. C’est ce qui explique l’instauration du mariage entre ces deux castes au sein de beaucoup de nos sociétés. La dégénérescence est au comble, et pour cause, les hommes de culture au lieu de faire de leur domaine un dévouement pour la défense de la cause de l’humanité, en ont fait un gagne-pain.

Fousseni Togola

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Ségou’art : plus d’un millier de spectateurs à la Soirée nomade

Le premier concert géant, sur la grande scène du village de Festival, dénommée Soirée Nomade, a eu lieu, ce vendredi nuit, dans le cadre de la 19ème édition de Ségou'art.

Ségou’Art : les stands des exposants visités par le ministre Andogoly Guindo

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a visité les œuvres d’art des artistes de différentes contrées, ce vendredi 3 février 2023, dans le salon d’exposition Bi Mali au village du Festival sur le Niger de Ségou.

Ségou’Art : les flashes sont désormais braqués sur la 19e édition

La 19e édition du Festival sur le Niger, désormais dénommé Ségou Art, a été officiellement lancé, jeudi 02 février 2023 dans la cité multiséculaire des Balazans, Ségou.

FESPACO : le Mali, pays invité d’honneur de l’édition 2023

Le FESPACO est prévu du 25 février au 4 mars 2023, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le Mali a été désigné comme pays invité d’honneur de cette célébration 28ème édition.
%d blogueurs aiment cette page :