62e anniversaire d’indépendance : « Le Mali recouvre petit à petit sa souveraineté » (micro-trottoir)

Date:

Share post:

À l’occasion de la célébration du 62e anniversaire de l’indépendance de la République du Mali, le site web d’informations générales, d’analyses, et d’enquêtes, Saheltribune.com, a réalisé un micro-trottoir. Des Maliens se prononcent sur le bilan des autorités actuelles de la transition. Nombreux sont les citoyens interrogés qui se montrent optimistes et estiment que le Mali reconquiert de plus en plus sa souveraineté.

Au Mali, le 62e anniversaire d’indépendance est placé sous le signe de l’union dans la souveraineté retrouvée. Nombreux sont les Maliens qui se disent satisfaits de la gouvernance actuelle et estiment que le colonel Goïta se trouve sur la voie tracée par le premier président Modibo Kéïta.  

Bassirou Traoré, professeur d’anglais au lycée Bocar Cissé de Niafunké

Bassirou Traoré
Bassirou Traoré, professeur d’anglais au lycée Bocar Cissé de Niafunké. 📷Saheltribune.

« Concernant la gestion actuelle du Mali, je suis très satisfait. Malgré le complot international orchestré à l’encontre de notre pays, les autorités de la transition sont en train de tout mettre en œuvre pour satisfaire le peuple. Cette transition bénéficie du soutien populaire. Les Forces de défense et de sécurité ont été mieux équipées en matériels de guerre très sophistiqués.

Je peux vous assurer que le Colonel Assimi Goïta est sur le chemin de Feu Président Modibo Keïta, premier Président de la République du Mali. C’est ce qui explique la bonne coopération bilatérale avec la Fédération de Russie aujourd’hui.

Nous n’avons pas besoin de célébrer ce 62e anniversaire de façon grandiose, avec à l’appui des démonstrations gigantesques. Nous devons nous concentrer sur notre lutte farouche contre les forces du mal.

Nous devrons accepter de souffrir pour atteindre notre objectif final. Celui d’accéder à notre vraie indépendance ».

Badié Cissé, vieux cultivateur basé à Dioïla

Badié Cissé
Badié Cissé, vieux cultivateur basé à Dioïla. 📷Saheltribune.

« Les autorités actuelles sont sur la trace du Président Modibo Keïta. Ce qui explique les actes qu’ils posent pour le bonheur du peuple malien. Avec ces dirigeants, je reste optimiste qu’on aura notre vraie indépendance ».

Yaya Dabo, écrivain et professeur de philosophie au Lycée Technique de Ségou (LT-SEG)

Yaya Dabo
Yaya Dabo, écrivain et professeur de philosophie au Lycée Technique de Ségou (LT-SEG). 📷Saheltribune.

« Je suis épris de joie, et animé d’un sentiment de patriotisme aigu. Modibo Keïta était un patriote engagé. Il avait épousé l’esprit du socialisme en mettant un accent particulier sur l’autosuffisance alimentaire, l’industrialisation grâce à laquelle, les jeunes diplômés étaient embauchés, ce qui réduisait le taux de chômage. Sur le plan militaire, Modibo avait choisi comme partenaire privilégié la Russie. Le Mali n’avait rien à envier aux autres pays de la sous-région sur ce plan.

Nous étions indépendants politiquement et économiquement. Pendant son règne (8 ans), il avait rehaussé l’image du Mali. En ce qui concerne la formation des cadres, l’école malienne était une référence. Aujourd’hui, Assimi Goïta est en train de redonner cette image du Mali, qui était devenu la risée des autres.

Avec le Président GOÏTA, je suis convaincu que nous redevenons maîtres de notre destin (économiquement, politiquement, militairement). Le Col. Goïta a été l’homme providentiel pour tout un peuple. Il a osé braver la France, la Communauté internationale, l’Union européenne (UE), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)… 

J’étais pessimiste avec l’arrivée des militaires au pouvoir, car les Maliens ont un mauvais souvenir du régime militaire. À la longue, j’ai commencé à avoir confiance en eux grâce à la montée en puissance de notre armée, leur bonne gestion des deniers publics. Je suis satisfait de leur bilan. Le Mali recouvre petit à petit sa souveraineté ».

Je garde espoir pour un nouveau Mali. Si les dirigeants donnent de bonnes leçons, le peuple est condamné à les suivre. La transition ne peut pas tout régler, mais peut poser les jalons du développement. Les multiples réformes de l’État, notamment la réécriture de la Constitution, le Code électoral, la Réforme de l’Armée et de l’Éducation, seront sans nul doute, des socles du développement du Mali dans le futur ».

Idrissa Coulibaly, chauffeur basé à Kalaban Coro, quartier du sud-est du district de Bamako

Idrissa Coulibaly
Idrissa Coulibaly, chauffeur basé à Kalaban Coro, quartier du sud-est du district de Bamako. 📷Saheltribune.

« Modibo Keïta était un panafricaniste et un tiers-mondiste convaincu. Mais son indépendance était partielle à cause de la non-valorisation de la langue nationale comme langue officielle.

Pour moi, il y a une très grande ressemblance entre le régime Modibo Kéïta et celui d’Assimi Goïta. Ils ont les mêmes visions : lutter pour l’indépendance et l’unité africaine. À l’allure où vont les choses, je suis optimiste quant à la naissance du Mali Kura ».

Porteur d’uniforme à la retraite

« Ce régime est une référence. Dès leur arrivée à la tête du pays, les militaires ont commencé par mener des actions prioritaires consistant à relever les multiples défis auxquels le Mali fait face depuis plusieurs années. Il s’est frayé un chemin permettant de s’auto-développer sans compter sur le monde extérieur, notamment les colons.

Ce jeune militaire a impressionné toute la planète par sa détermination pour la même cause que Modibo Keïta, en défendant l’indépendance du Mali et l’unité africaine.

Je lance un appel au peuple malien et aux pays africains à l’aider dans ses œuvres pour l’acheminement de cette noble lutte à bon port ».

Vendeuse d’habits au marché de Banconi, commune I du district de Bamako

« Malgré les multiples critiques à l’encontre de ce régime, il représente pour moi, le meilleur des régimes que j’ai vus passé (de l’avènement de la démocratie à celui d’avant le coup d’État du 18 août 2020). Je note plus de points positifs que négatifs. Toutefois, j’appelle à l’union sacrée autour des autorités actuelles afin de quitter l’indépendance nominale et accéder à la vraie souveraineté ».

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Salif Sacko, enseignant-chercheur : « Le conflit est une négation des droits de l’homme »

Le conflit est une négation des droits de l’homme. En temps de conflit, la violation des droits de l’homme est très fréquente, car les personnes civiles sont massacrées, elles sont violées, torturées, leur dignité est bafouillée.

Sadiques, ils sont ! [Editorial]

À la faveur du mois d’octobre désormais consacré à la solidarité nationale, en rendant visite à la doyenne d’âge de Bamako, Mme N’Diaye Maïmouna Sangaré, 113 ans (née vers 1909), ce qui fait d’elle, en quelque sorte, la sœur cadette d’un Amadou Hampâté Ba, le Chef de l’État a signifié que, dans la continuité de l’État et de la nation, tout ce qui est bien doit être pérennisé, voire devenir un patrimoine sur lequel chaque génération doit veiller jalousement.

Mali : pour les populations dans le besoin, tout devient un combat [interview]

Au Mali, les conséquences humanitaires du conflit continuent de peser lourd sur le quotidien des populations. Martin Schüepp, nouveau directeur des opérations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et Sarah Epprecht, nouvelle directrice de la Protection et des Services Essentiels pour le CICR se sont rendu sur place en septembre pour prendre le pouls d’une situation humanitaire qui ne cesse de se dégrader.

Patriotes, soyez bénis ! (Éditorial)

Le pronunciamiento du 18 août 2020 leur a permis, depuis deux ans, à reprendre l'initiative historique inscrite dans l'exigence de recouvrer la souveraineté totale et entière de leur pays.
%d blogueurs aiment cette page :