Le trafic de drogue, cette pratique qui continue d’alimenter les conflits au nord Mali

Date:

Share post:

Le nord du Mali rejoint son niveau d’avant 2012 en matière de circulation de la drogue. En tout cas, c’est ce qui ressort d’une étude de l’ENACT « Le trafic de drogue dans le nord du Mali : un équilibre criminel tenu[1] ». Selon cette source, le nord du Mali « continue d’être une zone de transit pour les réseaux régionaux et mondiaux de trafic de drogue transportant de la cocaïne et de la résine de cannabis ».

Les crises politiques de ces dernières années n’auraient pas réussi à mettre fin au trafic de drogue dans le nord du Mali. Dans cette région, qui se trouve au cœur d’une véritable concurrence entre divers groupes armés rivaux, le trafic de la drogue ne connait point de déclin, explique l’ENACT.

La drogue, source d’alimentation des conflits

Pourtant, cette pratique est également une source d’alimentation des conflits locaux et régionaux, souligne-t-on. Car les routes ainsi que les principales plaques tournantes finissent par devenir objet de concurrence entre les divers groupes armés évoluant dans cette zone. Toute chose qui ne peut qu’alimenter les violences entre ces groupes armés qui « participent à la poursuite de la paix en cours », explique-t-on dans cette étude publiée en anglais au cours de ce mois de septembre 2020. Dans un rapport de Crisis group, publié en 2018, on peut lire également : « La plupart des groupes armés du Nord dépendent financièrement et logistiquement du narcotrafic, qui leur permet notamment d’acquérir des armes et des véhicules. »

Faut-il également rappeler que l’argent sale issu du commerce de la drogue peut servir de moyen, pour les groupes armés, de se procurer de nouveaux équipements de combat ainsi que pour le recrutement de jeunes afin d’agrandir leur rang et étendre leur projet de déstabilisation des frontières. En plus de tous ces aspects, les trafiquants de drogue ont su se trouver un véritable compromis avec les communautés locales, explique-t-on. L’argent issu du commerce de la drogue est souvent investi dans des activités économiques locales, pour la construction de mosquées ou pour l’organisation d’événements culturels et sportifs, précise-t-on.

Cette situation ne favorise pas la mise en œuvre du processus de paix et pourrait compromettre par la suite le développement d’institutions durables, explique-t-on dans le rapport.   

Gagner la lutte contre les stupéfiants

Le drame est que les solutions que possèdent nos États pour lutter contre ce phénomène sont fortement dépassées par les réalités du terrain. C’est ce qui amène l’ENACT à expliquer que « les options dont disposent la communauté internationale et le gouvernement malien pour lutter contre le trafic de drogue ont considérablement changé ». Des options qui restent d’ailleurs limitées. Cette étude fait remarquer que certaines réponses pourraient devenir contre-productives.

Étant donné que la drogue n’est ni produite ni consommée en grande quantité au Mali, cette étude de l’ENACT montre la nécessité de déployer plus d’efforts dans la lutte contre le trafic de ce stupéfiant dans ce pays de transit. Cette lutte doit concerner d’autres parties de la chaîne d’approvisionnement, souligne-t-on. Selon cette étude, un plus grand contrôle des premiers points d’entrée de ces stupéfiants sur le continent africain pourrait permettre de réduire le rôle du Mali en tant que pays de transit. La lutte contre ce phénomène passe également par le partage et la coordination des renseignements entre les gouvernements régionaux, explique-t-on. Pour sa part, le Crisis group invite à « soutenir des mécanismes de régulation allant du dialogue local aux sanctions, pour permettre aux parties prenantes de s’entendre sur les conditions d’une démilitarisation du narcotrafic au nord du Mali ».

La circulation de la drogue est un véritable danger sécuritaire et sanitaire pour nos États.

Fousseni Togola  


[1] Le rapport est en anglais. La traduction française est de notre rédaction.  

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Massacre du 28 septembre 2009 : Moussa Dadis Camara en Guinée  pour comparaître devant la justice

Treize ans après le massacre du 28 septembre 2009, le procès sur le carnage, au cours duquel des cas de violation des droits humains ont été commis, s'ouvre mercredi 28 septembre 2022 à Conakry.

Burkina Faso : deux militaires et deux VDP tués dans une attaque terroriste (communiqué)

Une unité du détachement militaire de l’armée burkinabè et un groupe de Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) ont fait l’objet d’une attaque terroriste entre Sakoani et Sampieri (région de l’est)

De Ménaka à Kidal : en quête de sécurité

À Ménaka, au Mali, la dégradation de la situation sécuritaire a contraint environ 54 000 personnes à quitter les lieux. Vivant principalement d’élevage et de maraîchage grâce à la marre de la ville, elles affluent pour la plupart vers la commune voisine de Kidal, une région pastorale de plusieurs milliers d’habitants où les conditions de vie restent rudes.
%d blogueurs aiment cette page :