Situation au Mali : « Il y a des motifs d’espoir raisonnables », dixit El-Ghassim Wane

Date:

Share post:

Pendant deux jours, les chefs de mission de paix de l’ONU en Afrique de l’Ouest et centrale ont échangé à Bamako, sur la situation globale de la région sahélienne, dans le cadre de leur réunion annuelle de haut niveau.

Tenue à Dakar, au Sénégal, le 15 novembre 2021, la réunion annuelle de haut niveau des présences des Nations unies en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale se tient cette année à Bamako. Les travaux ont débuté le 27 octobre pour s’achever le 28 octobre. Cette 37e réunion de haut niveau, qui devait se tenir en mai 2022, vise à renforcer la coordination entre les présences des Nations unies, dans le domaine de la paix, de la sécurité ainsi que du développement. Cela en vue de soutenir plus efficacement les efforts des pays de la région, en étroite collaboration avec les organisations internationales africaines compétentes. 

Une délégation onusienne, participant à cette rencontre, a été reçue par le président malien de la transition, ce vendredi 28 octobre 2022. Les échanges ont porté sur la situation régionale et la vision du Mali sur les voies et moyens en vue du renforcement de l’efficacité de l’appui de la communauté internationale aux efforts de stabilisation conduits par les pays de la région.

Volonté politique forte

Selon les précisions du chef de la délégation, El-Ghassim Wane, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU au Mali et chef de la Minusma, il s’agissait d’informer le président Goïta « du contenu de nos discussions [lors de la réunion de haut niveau] mais également l’entendre articuler sa vision de la sécurité régionale, des priorités du Mali ». Car, « plus nous en sommes mieux imprégnés, mieux nous sommes en mesure de nous mobiliser en appui à l’agenda malien, en appui aux orientations que les Maliens ont fixé, y compris dans le contexte des Assises nationales de la refondation ».

Les défis que connait le Mali, mais aussi d’autres pays de la région, sont régionaux de nature, globaux, d’une dimension sécuritaire, économique et environnementale, a expliqué le chef de la Minusma, qui souligne la détermination de son organisation « à persévérer dans l’action qu’est la nôtre en appui au Mali ».

En raison des avancées majeures, notamment dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix, l’adoption d’une stratégie pour la stabilisation des régions du centre, « il y a des motifs d’espoir raisonnables ». Le Mauritanien El-Ghassim Wane reconnait également l’existence d’une volonté politique forte d’aller de l’avant pour que le Mali puisse enfin retrouver la paix à laquelle aspire si intensément son peuple.

C.D

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Mali : pour le renouveau de l’administration publique, le président Goïta fonde aussi l’espoir sur le SNJ

Le 3e contingent du service national des jeunes (SNJ) a été présenté au drapeau, ce jeudi 2 février 2023. Le président de la transition, le colonel Goïta, fonde aussi de l’espoir sur ce pour le renouveau dans les administrations publiques maliennes.

Le Premier ministre burkinabè : « Dans la lutte contre l’insécurité, nous bénéficions de l’appui de nos frères maliens »

À l’issue de cette rencontre, il a déclaré à la presse que le Burkina Faso bénéficie de l’appui du Mali en matière de lutte contre le terrorisme.

Nouvel An : pourquoi le Mali kura doit perpétuer la traditionnelle présentation de vœux 

Dans la plupart des pays du monde, le mois de janvier est consacré aux présentations de vœux au chef de l’État. Cette traditionnelle cérémonie est pleine de valeurs. Malgré le contexte particulier du Mali, il convient de perpétuer cette tradition.

Mali : la zone aéroportuaire abritera la nouvelle Assemblée nationale

Le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a offert à l’organe législatif de la République du Mali une parcelle, d’une superficie de plus de 11 hectares, dans la zone aéroportuaire de Bamako-Senou, qui abritera donc la nouvelle Assemblée nationale.
%d blogueurs aiment cette page :