Mali : ouverture de la phase finale des Assises nationales de la Refondation

Date:

Share post:

Placée sous la haute présidence du Président de la transition le Colonel Assimi Goïta, la phase finale des Assises nationale de la Refondation (ANR) a ouvert ses portes, lundi 27 décembre, au Centre international de Conférence de Bamako (CICB).

Après la phase décentralisée, qui s’est tenue du 11 au 23 décembre 2021 dans les communes, cercles, régions et dans la diaspora, la phase nationale des Assises de la refondation a été lancée, lundi matin au CICB.

Ouverture de la phase nationale des Assises de la Refondation
Ouverture de la phase nationale des Assises de la Refondation. ©Présidence du Mali.

« Les Assises nationales ont pu se tenir dans 725 communes sur 749, dans 51 cercles sur 60, dans 26 ambassades, a indiqué ZeïnyMoulaye, Président du Panel des hautes personnalités des ANR. Elles n’ont pas pu se tenir dans les 9 cercles de Kidal et Ménaka pour des raisons sécuritaires. »

Diagnostic sans complaisance

À en croire Zeïny Moulaye, les phases intermédiaires du processus ont été une pleine réussite. Il estime que les attentes, quant au taux de participation, ont été largement dépassées bien vrai que les cercles de Kidal et Ménaka n’aient pas pris part à ce processus pour des raisons sécuritaires.

Pour « un nouveau Mali », presque toutes les forces vives de la nation participent à ce rendez-vous tant attendu. N’eût été également les membres du Cadre d’échange des partis et regroupements politiques qui ont décidé de ne pas y prendre part.

Mais le Président du Panel des hautes personnalités des ANR pense qu’au cours de ces travaux, les participants, venus de différentes régions du Mali, feront un diagnostic sans complaisance de la crise malienne pour des solutions consensuelles et durables.

« Une telle initiative est si vitale »

Pour le Président du Panel des hautes personnalités du Panel, la refondation est certes le souhait exprimé par les Maliens, mais la naissance de ce « Mali Kura » ne sera un acquis que lorsque de nouveaux citoyens verront aussi le jour. « Pour changer la situation de notre pays, il faut que nous changions nous-mêmes », a-t- il déclaré. Avant d’inviter à un sursaut national, à l’union sacrée autour des valeurs de la société malienne.

Dans son allocution d’ouverture, le Président de la transition s’est réjouit de la tenue de ces Assises. « Une telle initiative est si vitale, qu’elle découle de nos traditions dont l’une des exigences est la participation de tous les citoyens à l’orientation et à la prise des décisions importantes qui engagent la vie de la communauté voire du pays tout entier », a-t-il souligné. Pour cette phase finale des ANR, le chef de l’État espère qu’il y aura des « échanges fructueux », les mêmes qui ont prévalu lors des phases intermédiaires.

Avant de clore son allocution, le Président Goïta a remercié le peuple malien de sa mobilisation générale, à tous les niveaux, tout au long des processus de cette « marche historique de notre pays ». Il a invité les participants à cette phase finale à faire des propositions concrètes de sortie de crise. Les travaux se dérouleront jusqu’au 30 décembre prochain.

Chiencoro Diarra

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Coups d’État récurrents : comment faut-il comprendre ce sort de l’Afrique ?

L’Afrique est le seul continent au monde qui a subi et n’a cessé de subir des malheurs et conflits sanglants depuis des millénaires voire des siècles. Des conflits dus généralement à des instabilités politiques, selon Bocar Harouna Daillo. Quel triste sort pour l’Afrique ! Qu’a-t-elle fait pour mériter autant de maltraitances ?

« Mercenaires ivoiriens » : ballet diplomatique au Mali depuis le sommet de la Cédéao

Après la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), tenue à New York le 22 septembre 2022, en marge de la 77e tribune des Nations unies, l’on assiste à un véritable ballet diplomatique au Mali. Au menu des échanges, la question des « soldats » ivoiriens détenus au Mali.

Burkina Faso : retour sur le second coup d’État

Le Burkina Faso a connu, vendredi 30 septembre 2022, un second coup de force, en l’espace de huit mois. Le Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch, le 24 janvier dernier, a été démis de ses fonctions par des militaires.

Affaires des 46 soldats ivoiriens : « L’option diplomatique demeure la plus efficace », selon le politologue Ballan Diakité (interview)

La crise diplomatique entre le Mali et la Côte d’Ivoire, née le 10 juillet dernier suite à l’arrestation de 49 militaires ivoiriens, continue de susciter de nombreux commentaires de part et d’autre. Les deux pays s’attaquent continuellement à travers des communiqués officiels au point que le dialogue devient de plus en plus difficile pour la libération des soldats détenus à Bamako.
%d blogueurs aiment cette page :