Home A la Une Sénégal : plaque tournante du narcotrafic ou simple accroissement des efforts douaniers ?

Sénégal : plaque tournante du narcotrafic ou simple accroissement des efforts douaniers ?

0 comment 378 views

Lors de sa visite au Mali le 30 mai 2024, le président Bassirou Diomaye Faye a souligné l’importance de renforcer la coopération entre le Mali et le Sénégal dans divers domaines, dont la lutte contre le trafic illicite. Notamment, le trafic de drogue constitue un défi majeur que les deux pays partagent. Cette déclaration intervient dans un contexte troublant pour le Sénégal, où des saisies de drogue de plus en plus fréquentes et impressionnantes font les gros titres.

Le 3 juin 2024, une saisie de 33 kilogrammes de cocaïne d’une valeur de 2,7 milliards de francs CFA a eu lieu à Ngouloul, dans le centre du Sénégal. Cette opération est survenue seulement 48 heures après une autre interception de 30 kilogrammes de cocaïne, évaluée à 2,5 milliards de francs CFA. Depuis avril 2024, les douanes et la gendarmerie sénégalaises ont multiplié les prises : deux trafics de faux billets totalisant 11,3 milliards de francs CFA et trois saisies de drogue dure en quantités significatives. Ces événements soulèvent une question cruciale : le Sénégal est-il en train de devenir une plaque tournante du narcotrafic ?

Des politiques robustes et une coopération internationale renforcée

Les faits sont inquiétants. Lors de l’opération à Ngouloul, la drogue était cachée dans des compartiments spécialement aménagés d’un véhicule Mercedes immatriculé à l’étranger. Trois individus ont été arrêtés, confirmant que le pays est sur la ligne de mire des trafiquants internationaux. Ces arrestations et saisies spectaculaires montrent l’ampleur du problème et la complexité des réseaux de narcotrafic opérant dans la région.

Cependant, cette augmentation des saisies ne traduit-elle pas également une intensification des efforts de lutte contre le crime organisé ? L’administration des douanes sénégalaise réaffirme sa détermination à combattre le trafic illicite sous toutes ses formes. Elle invite d’ailleurs les populations à plus de collaboration et de soutien dans l’exécution de ses missions. Les stratégies de lutte contre la criminalité transnationale mises en œuvre depuis janvier 2024 semblent porter leurs fruits. Chaque nouvelle saisie est une preuve de l’engagement des autorités à endiguer ce fléau.

Il est indéniable que le trafic de drogue a des effets néfastes sur la santé publique et l’économie nationale. Les drogues dures comme la cocaïne peuvent ruiner des vies et corrompre des sociétés entières. En interceptant ces substances, les autorités sénégalaises protègent non seulement leur pays, mais aussi la région toute entière. Toutefois, ces succès doivent être soutenus par des politiques robustes et une coopération internationale renforcée.

La bataille est loin d’être terminée

La situation actuelle met en lumière le double visage de la lutte contre le trafic de drogue. D’une part, le Sénégal semble être confronté à une pression croissante des trafiquants de drogue. D’autre part, les efforts redoublés des autorités pour combattre ce fléau montrent une détermination louable. La question reste donc ouverte : assistons-nous à une recrudescence du narcotrafic, ou bien à une amélioration notable des capacités de répression et de détection des forces de l’ordre ?

Quoi qu’il en soit, la vigilance doit rester de mise. La population sénégalaise, ainsi que ses voisins, doivent continuer à soutenir les efforts des autorités. Seule une coopération étroite et une détermination sans faille permettront de faire reculer ce fléau et de garantir un avenir plus sûr et plus sain pour tous. La visite de Bassirou Diomaye Faye au Mali et son appel à une coopération renforcée dans la lutte contre le trafic illicite résonnent comme un rappel que cette bataille est loin d’être terminée, mais que chaque victoire compte dans cette lutte pour la sécurité et la justice.

Chiencoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate