Otages au Mali : après quatre ans de captivité, Sœur Gloria recouvre liberté

Date:

Share post:

Enlevée au Mali en février 2017, Sœur Gloria Cécilia Narvaez est désormais libre depuis le samedi 9 octobre 2021. La désormais ex-otage colombienne a été reçue à Koulouba par l’Archevêque de Bamako et le président de la transition.

L’émotion était grande ce 9 octobre au Palais présidentiel de Koulouba. C’est dans la plus grande discrétion que Sœur Gloria Cécilia Narvaez, otage au Mali depuis 2017, retrouve enfin les siens. Drapée dans un bazin de couleur jaune, tissu très prisé au Mali, la religieuse colombienne a été accueillie à Koulouba par Assimi Goïta et le Cardinal Jean Zerbo — l’Archevêque de Bamako.

Tout en saluant le courage et la bravoure de Gloria, la présidence du Mali a indiqué que « cette libération est le couronnement de 4 ans et 8 mois d’efforts conjugués de plusieurs Services de Renseignements ».

Après sa rencontre avec le président de la transition, la religieuse colombienne a accordé une interview à la presse au cours de laquelle elle a évoqué ses conditions de détention. Laquelle est jalonnée par des changements de pays, voire de groupe. « J’ai passé quatre ans, mais en bonne santé », a-t-elle rassuré.

L’appel du Cardinal

L’Archevêque de Bamako a rendu grâce à Dieu tout en remerciant les autorités maliennes de la transition pour cette libération. « J’étais convaincu que ce jour allait se présenter tôt ou tard, parce que la Sœur Gloria est une bonne personne, qui n’était pas venue pour chercher de l’argent, mais par amour pour les Maliens », exprime le Cardinal.  

Pour que le Mali redevienne un pays de liberté, le Cardinal Jean Zerbo a exhorté les autorités maliennes de la transition à la libération de tous les autres otages. Un appel entendu par le colonel Assimi Goïta qui rassure le « peuple malien ainsi que la communauté internationale que les efforts sont toujours en cours pour faire libérer toutes les personnes, Maliens comme étrangers, retenus sur le territoire du Mali ».

Rappelons que Sœur Gloria avait été enlevée, le 7 février 2017 à Karangasso, dans le cercle de Koutiala, à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Parmi les otages encore en captivité, on a notre confrère français Olivier Dubois — enlevé à Gao il y a six mois dans l’exercice de son métier.

La rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Contre des « actes d’agression » français, le Mali « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense »

Accusant la France d’« actes d’agression », le Mali a saisi le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), à travers une lettre du 15 août. Le Mali dit qu’il « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense » si les « activités considérées comme de l’espionnage » et des tentatives « d’intimidation » de la France persistent.

Tchad : deux soldats tués dans une attaque terroriste, près du lac Tchad

Ce lundi 15 août 2022, deux soldats tchadiens ont été tués par des djihadistes à Dabantchali, dans la région du lac Tchad, a annoncé le président tchadien, Mahamat Idriss Déby Itno.

Macky Sall : « Le Mali mérite le soutien de toute la communauté africaine et internationale »

En tournée sous-régionale, le président sénégalais Macky Sall s’est rendu au Mali, ce lundi 15 août 2022. À sa descente d’avion, vers 10 h 20, il a été accueilli par son homologue malien de la transition, colonel Assimi Goïta, à aéroport international président Modibo Kéïta de Bamako-senou. Le président sénégalais a invité à soutenir le Mali.

Gestion des prisons maliennes : des régisseurs formés sur les bonnes pratiques

Le CICR, depuis 2013, a contribué financièrement aux travaux de réhabilitation et d’équipements des établissements pénitentiaires, à travers le Mali, pour un coût évalué à « près de 900 000 000 de franc CFA. »
%d blogueurs aiment cette page :