[Opinion] Mali : une autre lecture sur l’an 1 du colonel Goïta à la tête de la transition

Date:

Share post:

Opinion. Le 7 juin 2021, depuis la salle de conférence du Centre international de conférence de Bamako (CICB), le colonel Assimi Goïta a prêté serment pour devenir le président de la transition, devant  la Cour suprême. Une investiture intervenue à la suite du coup d’État contre Bah N’daw, le 23 mai 2021, qui était alors choisi par les militaires pour conduire la transition après la chute du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta (18 août 2020).

« […] Nous avons une responsabilité historique : celle de transcender nos divergences pour sécuriser notre pays, pour préserver son intégrité territoriale et pour créer les conditions d’un développement socioéconomique nous permettant d’offrir un avenir meilleur à notre postérité », avait déclaré le colonel Goïta lors de la cérémonie de sa prestation de serment comme président de la transition.

FAMa

Cette phase a été caractérisée par une affirmation de soi pour plus d’autonomie. Ce qui s’est traduit par la « montée en puissance » des Forces armées de défense et de sécurité grâce à l’acquisition de plusieurs nouveaux équipements, des initiatives à l’endroit des familles de militaires tombés pour la défense de la patrie, mais aussi d’autres initiatives pour l’amélioration des conditions de vie des FAMa. 

Le président Goïta a engagé une course à la montre pour la recherche de nouveaux partenaires sur de nouvelles bases de négociation. Il a entrepris la révision d’anciens accords de coopération militaire. Car l’objectif qu’il s’est assigné est d’offrir un avenir meilleur au peuple malien. C’est pourquoi la réduction du train de vie de l’État, la lutte contre la corruption et l’impunité ont été aussi au cœur de ses préoccupations durant cette première année passée à la tête de la première institution.

200 forages

Grâce à cette réduction des dépenses au sommet de l’État, toutes les régions du Mali ont bénéficié de forages, d’équipements médicaux, de moulins, de motos pour personnes en situation de handicap, de vivres. Des dons issus des deux tiers du fonds de souveraineté du président de la transition, destinés aux « œuvres sociaux sanitaires notamment, pour faciliter l’accès à l’eau potable et aux soins de santé primaire dans les zones difficiles de notre pays ». Au total, on compte 200 forages implantés dans les différentes régions du Mali, pendant cette première année.

Sur le plan économique, en plus de cette initiative des œuvres sociales, plusieurs chantiers ont été lancés pour l’émergence économique du pays, mais aussi la réduction du chômage et l’amélioration de la productivité agricole.

Chiencoro Diarra


Les opinions exprimées dans ce texte ne sont pas forcément celles de Sahel Tribune.

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Mali : plus de 84 000 réfugiés rapatriés, 70 000 accueillis, environ 685 000 PDI retournés

Au niveau mondial, cette journée dédiée aux réfugiés a été célébrée pour la première fois le 20 juin 2001 lors du 50e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Le thème retenu par l'ONU pour l’édition 2022 est : « chacun, partout, tout le temps, toute personne a droit à la sécurité ». 

Guinée : le préfet de Siguiri limogé pour avoir « coiffé » un candidat au Bac

« Le lieutenant-colonel Ibrahima Douramoudou Keïta, matricule 18342G, précédemment préfet de Siguiri, est relevé de ses fonctions et mis à la disposition de l'état-major général des armées »

Démographie au Mali : comprendre le dénombrement RGPH

Au Mali, la phase de dénombrement du 5e Recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH5) a été lancée, mercredi 15 juin 2022. Une opération qui permet de mieux orienter les décideurs politiques.

Mali : le gouvernement décide de donner des insignes aux autorités traditionnelles

Au Mali, il a été décidé, en conseil des ministres, de remettre des insignes et certificats aux chefs de villages, de fractions et de quartiers. C'est la concrétisation d'une promesse du chef de l’État.
%d blogueurs aiment cette page :