Au Mali, Bougouni accueille la 23e édition de la quinzaine de l’environnement

Date:

Share post:

Ce dimanche 5  juin 2022, le Mali a lancé à Bougouni la 23e édition de la Quinzaine de l’environnement. Au tour du thème « se relever ensemble de la sécheresse », qui invite à l’élaboration de plans d’action pour réduire les catastrophes dues à la sècheresse, soutenir la préparation à la sècheresse et la résilience à l’échelle mondiale

Sous la présidence du Premier ministre de la transition, Choguel Maïga, le Mali a célébré ce dimanche la Journée mondiale de l’environnement, commémorée chaque 5 juin. Les autorités maliennes de la transition ont saisi ainsi l’occasion pour lancer la 23e édition de la quinzaine de l’environnement à Bougouni, à 163 km de Bamako.

Réserve de biodiversité

Au cours d’une rencontre avec des hommes des médias, le 23 mai dernier dans les locaux de l’Agence de l’Environnement et du Développement durable (AEDD), Abdrahamane Démé, point focal de la quinzaine de l’environnement, est revenu sur le choix de Bougouni. Selon ses propos, la région de Bougouni est historiquement une zone d’agriculture, de chasse, de pêche et d’orpaillage traditionnel.

Elle abrite également des zones d’intérêt cynégétique, des forêts classées et des réserves de faune dont le complexe Bougouni — Yanfolila renfermant la réserve de faune de Nienendougou et la réserve de faune de Siankadougou. « La région constitue également une zone frontière avec la Réserve de biodiversité du Parc du Bafing Makana, un des derniers refuges des grands mammifères de la savane ouest-africaine », a-t-il justifié le choix de Bougouni.

Cette région reste malgré tout victime d’une fragilité de ses écosystèmes, en raison de la persistance de la sècheresse, sous l’effet combiné de la désertification, de la dégradation des terres et des changements climatiques. Il faut ajouter à ces facteurs la surpêche, l’utilisation des produits chimiques dans l’orpaillage, le braconnage, le nomadisme agricole, la coupe abusive et anarchique du bois, les feux de brousse. 

Sécurité humaine et environnementale

Or, « cette planète est notre unique demeure. Nous devons absolument préserver la pureté de son atmosphère, la richesse et la diversité de la vie sur terre, ses écosystèmes et ses ressources limitées », a souligné le représentant de l’Unesco au Mali, Edmond Mounkala,  lors de l’ouverture de la quinzaine de l’environnement.

Pour le Premier ministre Choguel Maïga, les citoyens doivent travailler à la préservation de l’environnement. « L’environnement est comme l’intérieur d’une chambre », estime-t-il tout en précisant que pour y vivre en bonne santé, l’intérieur de la chambre doit être propre et sain. En plus de la nourriture qu’il nous procure, la santé aussi bien que la sécurité humaine sont tributaires de l’environnement. « La sécurité environnementale est une condition sine qua non d’une bonne vie, d’une vie saine des citoyens », a ajouté Choguel Maïga. La question de l’environnement est donc une question essentielle, à l’instar de la sécurité physique ou alimentaire.

La quinzaine de l’environnement, en cours jusqu’au  juin prochain,  est un moment de prise de conscience, de sensibilisation et d’engagement, estime le représentant de l’Unesco au Mali, Edmond Mounkala.

F. Togola

Fousseni TOGOLA
Fousseni TOGOLAhttps://saheltribune.com
Né à Fana, dans la région de Dioïla, Fousseni TOGOLA est professeur de philosophie de formation, journaliste-blogueur et écrivain. Après un Master obtenu à l’Ecole normale supérieure (ENSUP) de Bamako sur la théorie de la « falsifiabilité » de Karl Popper, il se tourne vers l’écriture, à travers le blogging et ensuite le journalisme. D’abord membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG), ensuite contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Il est également membre du Réseau des journalistes africains spécialisé sur le développement durable et le changement climatique (Africa 21). M. TOGOLA servira ensuite au quotidien malien Le Pays comme rédacteur en chef adjoint et éditeur. Il a également servi, comme pigiste, au premier site d’informations au Mali, Maliweb. Fousseni est aujourd’hui fondateur du site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes saheltribune.com. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA). La même année, il est lauréat du « Prix de Reconnaissance des Médias « Restez à la Maison », de la fondation Merck, dans la catégorie presse en ligne au Mali. Comme centre d’intérêt, M. TOGOLA s’intéresse au sujet touchant le climat, l’environnement et la biodiversité. Il a un intérêt assez particulier pour les questions sécuritaires et éducatives au sahel. Ouvrages publiés Féminitude, Innov Editions, 2018 (Essai) La société close et ses militants, 2019 (Essai politique) L’homme sirène, Prostyle Editions, 2020 (Fiction) Bintou, une fille singulière, 2020 (Roman philosophique)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Tribune des Nations Unies : réaction des partis politiques et mouvements syndicaux au discours d’Abdoulaye Maïga  

Le secrétaire général des Nations unies, le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), le Chef d’État nigérien, la politique française au Mali ainsi que le président ivoirien, tous les partenaires récalcitrants à la vision souverainiste du Mali ont eu leur dose dans le discours du col. Maïga à la tribune des Nations unies.

22 septembre 2022 : retour sur 24 h de commémoration

La République du Mali a 62 ans. Les Maliens ont célébré, jeudi 22 septembre 2022, le 62e anniversaire de l’indépendance du pays. À Bamako, notamment au niveau de la présidence malienne, cette commémoration a débuté depuis le mercredi soir.

Kenekanko : un nouvel instrument contre la corruption et les violations des droits humains au Mali

Kenekanko, une application et aussi une plateforme web qui donne désormais aux citoyens maliens de l’intérieur comme de la diaspora la possibilité de dénoncer des cas de corruption et de violation des droits de l’homme dans leur pays
%d blogueurs aiment cette page :