Nouvel An : un réveillon marqué par le covid-19

Date:

Share post:

Communément appelé « fête de poulets », la célébration du « 31 décembre » de cette année est marquée par la pandémie à coronavirus et l’état d’urgence sanitaire instaurée par les autorités de la transition. Cette année, les avis divergent entre les fêtards en ce qui concerne le mode de célébration réveillon 2020 compte tenu de la situation actuelle du pays.

La célébration du réveillon de la « Saint Sylvestre » est devenue une tradition au Mali, notamment dans la capitale Bamako, depuis plusieurs années. Pour honorer cette tradition, les jeunes cotisent généralement entre amis pour organiser des diners dans leur « grin » respectif. Certains aménagent des espaces pour passer ce moment spécial. D’autres préfèrent également les hôtels, les night-clubs ou tout autre lieu de divertissement pour fêter la nuit de la « Saint-Sylvestre. » Cette année, c’est dans un climat timide et simple que les Bamakois préparent cette fête.

Un réveillon pas comme les autres

À l’approche du « réveillon » 2020, les autorités maliennes ont instauré l’état d’urgence sanitaire avec à la clé des mesures barrières comme la limitation du nombre de personnes dans les lieux publics, la fermeture des lieux de luxe. Cela, afin de limiter la propagation du coronavirus.

Suite à cette décision, plusieurs groupes de personnes entre amis ont opté pour la fête en famille dans ambiance, certes, mais dans la modération. « La célébration de la “Saint Sylvestre” n’est pas dans mon programme cette année. Je le fêtais avec mes amis au grin. Je préfère rester à la maison avec ma famille et me contenter de ce que nous avons », a laissé entendre Lamine Kourouma, chef de grin à Niamakoro, quartier de la commune VI du district de Bamako. « Il ne sert à rien de se vider la poche et de s’exposer jute pour quelques heures », nous confie une source dans ce « grin ».

La cherté des poulets et autres accessoires du « réveillon » sur le marché a poussé Aldiouma Paré et ses « éléments » à s’abstenir de la célébration du réveillon de la « Saint Sylvestre » de cette année. Il affirme avoir acheté le poulet entre 2000 et 2500 FCFA l’année dernière. « Ce qui n’est pas le cas cette année », déplorent-ils.

Le blues des commerçants

Rencontré 4 jours avant le « 31 décembre », au marché de Baco-djicoroni, quartier de la commune V du district de Bamako, Ibrahim Kassé, vendeur de poulets, se plaint du manque de clients. Néanmoins il garde espoir sur ces derniers jours. Ce vendeur venu de Dioro, dans la région de Ségou, reconnait que la célébration du « réveillon » de cette année ne peut pas être comme celle des années précédentes. « La situation actuelle du pays, ajoutée à celle sécuritaire et économique jouent en notre défaveur cette année », a-t-il déploré. C’est conscient de tous ces paramètres que M. Kassé a diminué le nombre de poulets qu’il apportait d’habitude pour cette fête.  

Ce manque d’afflux est également signalé par Karim M’bodj, employé de commerce à Kalaban-coro, quartier du sud-est du district de Bamako. Cet employé s’est ravitaillé en habits luxueux et d’autres accessoires adaptés à la fête du « 31 décembre » sans tenir compte des instructions données par l’État dans le cadre de la prévention du covid-19. « Pour l’heure, le marché est loin d’être comme celui de l’année dernière », a-t-il expliqué tout en soulignant qu’il avait gardé spécialement certains articles, depuis plusieurs mois, pour cette période où « on peut les vendre cher. »

Malgré tout, l’espoir est permis du côté de Djénéba Sogodogo, vendeuse de condiments au marché de Banconi, quartier de la commune I du district de Bamako. Celle-ci estime que même le « jour J, on peut effectuer des ventes surtout le soir du 31 décembre. » Elle ajoute également que « les Maliens sont habitués à n’acheter qu’à la dernière minute. »

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Tribune des Nations Unies : réaction des partis politiques et mouvements syndicaux au discours d’Abdoulaye Maïga  

Le secrétaire général des Nations unies, le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), le Chef d’État nigérien, la politique française au Mali ainsi que le président ivoirien, tous les partenaires récalcitrants à la vision souverainiste du Mali ont eu leur dose dans le discours du col. Maïga à la tribune des Nations unies.

22 septembre 2022 : retour sur 24 h de commémoration

La République du Mali a 62 ans. Les Maliens ont célébré, jeudi 22 septembre 2022, le 62e anniversaire de l’indépendance du pays. À Bamako, notamment au niveau de la présidence malienne, cette commémoration a débuté depuis le mercredi soir.

Kenekanko : un nouvel instrument contre la corruption et les violations des droits humains au Mali

Kenekanko, une application et aussi une plateforme web qui donne désormais aux citoyens maliens de l’intérieur comme de la diaspora la possibilité de dénoncer des cas de corruption et de violation des droits de l’homme dans leur pays
%d blogueurs aiment cette page :