L’OMS, main dans la main avec le Mali contre la COVID-19

Date:

Share post:

Dr Jean-Pierre Baptiste, représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Mali, s’exprime sur la pandémie de covid-19 et l’année qui est en train de s’achever. Il invite au respect des mesures barrières et à la vigilance.

L’année 2020 est une année qui restera gravée dans nos mémoires avec la survenue de la COVID-19.

Avant même l’annonce de la maladie le 25 mars 2020, le gouvernement a pris les devants et mis en place un Comité national de crise.

L’OMS, toujours aux côtés du Mali

Dès le départ, l’OMS a œuvré sans relâche aux côtés du gouvernement pour lutter contre cette menace sans précédent sur la santé et la vie des Maliens. Nous avons fourni des conseils techniques, apporté un appui financier et un appui en termes de communication.

Au front avec le ministère de la Santé, l’OMS a contribué au renforcement des capacités des agents de terrain sur les outils de la surveillance en assurant la prise en charge de 40 agents traceurs de contact et superviseurs de suivi des contacts, ayant reçu 110 tablettes paramétrées pour le suivi des contacts. Par ailleurs, 33 formateurs du Ministère ont bénéficié d’une formation en prévention et contrôle des infections.

« La COVID19 doit être vue surtout comme une opportunité »

Pour moi, la COVID19 doit être vue surtout comme une opportunité de renforcer le système de santé du Mali, d’augmenter et de qualifier nos ressources humaines en santé.

Notre bureau a mis en œuvre un projet innovant dont nous sommes fiers, qui est la mise à disposition de médecins d’appui répartis dans les 10 régions du Mali ainsi que dans le District de Bamako. Ils travaillent avec les directions régionales de la santé et font un travail extraordinaire dans cette riposte en participant à la surveillance, à la lutte contre les maladies, au renforcement du système de santé de chaque région, aux laboratoires, et sont des parties intégrantes des équipes d’interventions rapides des 10 régions. Ils sont à saluer et à féliciter.

Le déploiement de dix psychologues dans les régions a aussi été salutaire. Ils travaillent sans relâche au soutien mental et psychosocial aux familles infectées et affectées et aux agents de santé de première ligne dans les régions. Ils ont apporté une assistance psychosociale à près de 3000 personnes sur le terrain.

Dans l’accompagnement en équipements, l’OMS a largement contribué à la dotation en matériels et équipements d’une valeur de 100 millions de FCFA pour faire face aux besoins prioritaires dans la lutte contre la COVID-19. Ces dotations comprenaient des médicaments, du matériel et des équipements de protection individuelle (EPI), 20 000 kits de produits de laboratoire et fournitures. Ces équipements servent à protéger particulièrement le personnel de santé dont une centaine est infectée, et qui reste au front malgré les risques et les difficultés. Nous nous devons de les protéger.

Pour une réponse efficiente, l’OMS et tout le système des Nations Unies, sous la houlette de la Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies, ont prôné l’approche « ONE UN » pour appuyer le Gouvernement. Cette spécificité de réponse dans un pays déjà soumis à une crise multidimensionnelle permet d’apporter un appui collégial et coordonné.

Alors notre lutte continue.

« Nous ne devons pas baisser la garde»

Pour s’assurer que nos efforts communs ne tombent pas à l’eau et que nous ne continuons pas à compter nos victimes, l’heure est au respect strict des mesures mises en place face à la COVID-19.

Nous ne devons pas baisser la garde.

Nous devons tous nous engager à redoubler de vigilance et nous assurer que le virus de la COVID-19 ne trouvera pas une porte d’entrée avec nous. Nous devons entre autres continuer à nous laver les mains régulièrement à l’eau et au savon, à porter correctement les masques, à maintenir la distance physique requise, à éviter les contacts physiques notamment lors des salutations. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons tirer un trait sur cette période éprouvante que nous venons de vivre.

Bamako, le 31 décembre 2020

Dr Jean-Pierre BAPTISTE, Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Mali

Le chapô et les sous-titres sont de la rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Cancer du sein : « J’avais peur que mon mari m’abandonne »

Au Mali, comme dans le reste du monde, nombreuses sont les femmes qui souffrent du Cancer du sein. Une femme sur 9 sera atteinte de cette maladie au cours de sa vie et 1 femme sur 27 en mourra.

Qatar 2022 : GenMove, plus de 50 jeux vidéo pour stimuler l’activité physique et aider les enfants

Il contient plus de 50 jeux. « Chaque famille de jeux a six niveaux de compétence, inspirant les enfants à continuer à bouger et à terminer tous les mouvements »

Planification familiale : de nouvelles recommandations pour guider les décisions

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié, mardi 15 novembre 2022, un mis à jour de son manuel de planification familiale. Ce guide livre des recommandations afin d’assurer la continuité des services de planification familiale, même en période de crise sanitaire.

Santé et droit sexuel de la reproduction (SDSR) : vaincre les préjugés et distiller les vraies informations

Renforcer la capacité des femmes et hommes leaders d’associations féministes sur la santé et le droit sexuel de la reproduction (SDSR) et en mobilisation communautaire, tels étaient les objectifs de cette formation des formateurs initiée par le Rfay.
%d blogueurs aiment cette page :