Espace Cédéao : le Mali et la Guinée exclus de la 9e édition du TOLAC

Date:

Share post:

La 9e édition du tournoi de lutte africaine de la Cédéao (TOLAC) ouvre ses portes ce 3 novembre à Dakar, au Sénégal. Le Mali et la Guinée sont exclus de cette compétition sportive.

Adopté en novembre 1986 par le Conseil des ministres de la Cédéao, la 9e édition du tournoi de lutte africaine de la Cédéao, TOLAC, se tient du 3 au 9 novembre 2021, à Dakar au Sénégal. A cette compétition, organisée par le Centre de développement de la jeunesse et des sports (CDJS) de la Cédéao, participent les lutteurs de dix États membres de l’institution.

Le Togo, le Liberia et le Cap Vert sont les grands absents du tournoi de cette année, indique la Cédéao dans un communiqué. En raison des sanctions de l’organisation régionale ouest-africaine, le Mali et la Guinée « sont exclus de la compétition » de cette année.

Développer deux facteurs

Pour rappel, Dakar devrait accueillir cette compétition en 2020. En raison de la pandémie de Covid-19, elle a été reportée. Cette édition 2021 vise à promouvoir l’intégration et le développement régionaux par le sport ; promouvoir les valeurs africaines et le développement de sports régionaux authentiques par le développement et la promotion des sports et de la culture traditionnels ; renforcer le Tournoi de lutte africaine de la Cédéao en vue d’élever la lutte africaine sur la scène sportive mondiale et de rendre sa pratique largement internationale, indique l’Organisation Ouest-africaine.

Le TOLAC vise à montrer que la lutte est un « sport traditionnel intrinsèque dans la région ». À travers ce tournoi, le Centre de développement de la jeunesse et des sports basé à Ouagadougou, au Burkina, entend « développer deux facteurs essentiels que sont l’expansion géographique de la pratique de la lutte et l’élévation du niveau technique ».

Quatre piliers

Les quatre piliers de développement de cette compétition, mis en place par le centre, sont entre autres : l’organisation des compétitions, la formation des arbitres, des entraîneurs et les supports didactiques, le renforcement des capacités des fédérations nationales et enfin la mise en place des infrastructures sportives.

« La première édition du tournoi s’était tenue à Niamey, au Niger, en 2001 avec la participation de trois pays (Niger, Nigeria et Burkina Faso) », rappelle le communiqué de la Cédéao.

La rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Rentrée littéraire du Mali : l’écrivaine Aïcha Yatabary, lauréate du prix Massa Makan Diabaté

Avec « Le Banquet des Cantatrices », l’écrivaine malienne Aïcha Yatabary devient lauréate du prix Massa Makan Diabaté lors de la 14e édition de la Rentrée littéraire du Mali.

Dioïla : vers la première édition de la semaine artistique et culturelle

Dans le cadre de la promotion des arts et de la culture,  le mouvement pour le développement de la région de Dioïla, l’association Sigui Dolo et Baniko TV, en partenariat avec leur centre d’animation pédagogique (CAP), projettent d’organiser la première édition de la semaine artistique et culturelle de la localité.

Livre : « Otage au Mali » d’Alain Maufinet, ou le parcours malheureux d’un amoureux du désert

Dans son livre « Otage au Mali », préfacé par l’écrivain malien Fousseni Togola, Alain Maufinet nous raconte le parcours malheureux d’un touriste français dans le centre du Mali.

A Bougouni, le gouvernorat envisage d’étendre la compétition Yogoro et Salawalé aux cercles

A Bougouni, dans la cour de résidence du gouverneur, les rideaux de la compétition culturelle « Yogoro », pour les garçons, et « Salawalé » pour les filles, sont tombés le samedi 23 avril.
%d blogueurs aiment cette page :