Espace Cédéao : le Mali et la Guinée exclus de la 9e édition du TOLAC

Espace Cédéao : le Mali et la Guinée exclus de la 9e édition du TOLAC
Lutte tradiotionnelle au Sénégal. ©Direction de la Communication, Commission de la CEDEAO.

La 9e édition du tournoi de lutte africaine de la Cédéao (TOLAC) ouvre ses portes ce 3 novembre à Dakar, au Sénégal. Le Mali et la Guinée sont exclus de cette compétition sportive.

Adopté en novembre 1986 par le Conseil des ministres de la Cédéao, la 9e édition du tournoi de lutte africaine de la Cédéao, TOLAC, se tient du 3 au 9 novembre 2021, à Dakar au Sénégal. A cette compétition, organisée par le Centre de développement de la jeunesse et des sports (CDJS) de la Cédéao, participent les lutteurs de dix États membres de l’institution.

Le Togo, le Liberia et le Cap Vert sont les grands absents du tournoi de cette année, indique la Cédéao dans un communiqué. En raison des sanctions de l’organisation régionale ouest-africaine, le Mali et la Guinée « sont exclus de la compétition » de cette année.

Développer deux facteurs

Pour rappel, Dakar devrait accueillir cette compétition en 2020. En raison de la pandémie de Covid-19, elle a été reportée. Cette édition 2021 vise à promouvoir l’intégration et le développement régionaux par le sport ; promouvoir les valeurs africaines et le développement de sports régionaux authentiques par le développement et la promotion des sports et de la culture traditionnels ; renforcer le Tournoi de lutte africaine de la Cédéao en vue d’élever la lutte africaine sur la scène sportive mondiale et de rendre sa pratique largement internationale, indique l’Organisation Ouest-africaine.

Le TOLAC vise à montrer que la lutte est un « sport traditionnel intrinsèque dans la région ». À travers ce tournoi, le Centre de développement de la jeunesse et des sports basé à Ouagadougou, au Burkina, entend « développer deux facteurs essentiels que sont l’expansion géographique de la pratique de la lutte et l’élévation du niveau technique ».

Quatre piliers

Les quatre piliers de développement de cette compétition, mis en place par le centre, sont entre autres : l’organisation des compétitions, la formation des arbitres, des entraîneurs et les supports didactiques, le renforcement des capacités des fédérations nationales et enfin la mise en place des infrastructures sportives.

« La première édition du tournoi s’était tenue à Niamey, au Niger, en 2001 avec la participation de trois pays (Niger, Nigeria et Burkina Faso) », rappelle le communiqué de la Cédéao.

La rédaction

Sahel Tribune

Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

%d blogueurs aiment cette page :