DIH et reportage en période de conflit : l’attitude à adopter par les journalistes

Date:

Share post:

En vue de promouvoir le droit international humanitaire (DIH), le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr), en partenariat avec la Croix-Rouge malienne (CRM), a initié un atelier de renforcement de capacités d’une vingtaine de journalistes reporters (presse écrite, presse en ligne, Bloggeurs). Cette session de formation s’est tenue du 08 au 10 novembre 2022, à l’hôtel Millenium de Bamako.

« Outiller les spécialistes des médias sur le Droit international humanitaire ou droit de la guerre et sur le reportage en période de conflit et autres situations de violence pour un meilleur traitement de l’information en relation avec le conflit », tels sont les principaux objectifs de cette formation initiée par le Cicr et la Crm.

Durant 3 jours, les échanges ont porté sur le rôle des médias dans les situations de crises et d’urgence humanitaire ; les risques liés à la profession de correspondant en situation de guerre. Tous ceux-ci pour une meilleure compréhension du conflit et mieux communiquer.

Des médias suspendus

Cette formation a été une occasion pour les représentants des faitières de la presse malienne de s’exprimer sur le bien-fondé de cette rencontre. Le coordinateur de Benbere, Abdoulaye Guindo, a rappelé la situation actuelle du pays, touché par une multitude de crises depuis plus de deux décennies. Une situation qui rend difficile le reportage pour les journalistes. En 2022, deux médias français ont été suspendus de diffusion au Mali. Un journaliste du magazine Jeune Afrique a été empêché de mener des enquêtes. Le cas le plus récent est celui de la suspension de Joliba TV. Pour l’année 2022, le Mali a perdu son rang de 99e sur 180 pays dans le classement annuel de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières (RSF). Il s’est classé 111e sur 180 pays évalués.

Conscient du travail colossal du CICR et de la CRM dans la protection des populations victimes des effets néfastes des violences et du changement climatique, le coordinateur de la plateforme Benbere a invité les participants à profiter de cette opportunité pour « se familiariser avec les notions de DIH et par la même occasion, se former sur les techniques de reportages en milieu de conflit. »   

Modibo Fofana, le président de l’Association des professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali), a précisé que la surabondance informationnelle des médias sociaux causée par l’essor fulgurant du numérique, conduit parfois des hommes de médias à tomber dans le piège de la désinformation, des infox, pouvant aboutir à l’aggravation d’une situation de crise. Pour y remédier, le patron de Appel Mali a invité les journalistes « à plus de rigueur et de professionnalisme dans le traitement des questions sensibles surtout celles liées à des situations humanitaires. »  

Rôle de médiateur

Selon le représentant de la maison de la presse, Mahamadou Talata Maiga, la crise multidimensionnelle que connait le Mali depuis 2012, interpelle toute la profession à jouer son rôle d’informateur dans le respect du Code déontologique. « En temps normal nous informons, nous divertissons, mais en temps de confit, nous avons le rôle de médiateur (…) Cette situation requière de nous d’être la solution et non le problème », avance-t-il tout en louant les efforts du Cicr à aider les professionnels des médias à prendre connaissance avec le DIH.

Le chef de la délégation du CICR au Mali, Antoine Grand, a indiqué la place stratégique qu’occupent les médias dans la diffusion d’informations relatives à la situation humanitaire, au sein de son organisation. Selon lui, il est très difficile de jouer pleinement son rôle de journaliste dans un monde où règnent les médias sociaux. Il estimera également que « des discours de haine, des fake news », relayés sur la toile, souvent par des non-journalistes, sont à la base des complications de certaines crises humanitaires à travers le monde. D’où la nécessité d’aider et former les professionnels de média.                               

Avant de prononcer l’ouverture officielle des activités, la présidente de la Croix-Rouge malienne, Mme Assitan Coulibaly, a salué le CICR pour les avoir associés à cette importante formation. Elle n’a pas manqué d’encourager les participants à s’informer et se former sur « les pratiques journalistiques à adopter avec des outils de vérifications des faits nécessaires » en vue de produire des papiers et reportages à hauteur de souhait.

Les hommes de médias ainsi que les facilitateurs du CICR, de la CRM ont saisi l’occasion pour échanger sur les origines et missions des deux structures humanitaires appartenant au plus important regroupement d’organisations humanitaires au monde à savoir « le mouvement international de la Croix-Rouge et du croissant-Rouge ».          

Cheickna Coulibaly

Cheickna Coulibaly
Cheickna Coulibaly
Cheickna Coulibaly est journaliste reporter au compte du journal Le Démocrate Mali. Ses centres d'intérêt sont entre autres : les nouvelles technologies, les activités sportives ainsi que la lecture. Il est contributeur à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Sortie de la 3e cohorte du SNJ : « nous ne faisons que lier l’acte à la parole », dixit le président Goïta

C’est une première au Mali. Les admis de la fonction publique de l’État et des collectivités territoriales, envoyés, il y a six mois, dans le camp de Bapho, à Ségou, pour leur formation militaire obligatoire au service national des jeunes (SNJ), ont achevé leur session avec brio.

Mali : la présence des militaires allemands, une « perte de temps et d’argent »

L’Allemagne remet en cause le déploiement de ses troupes au Mali. Selon le nouveau ministre de la Défense, Boris Pistorius, la présence des militaires allemands sur le sol malien est une «perte de temps et d’argent

« Semaine de la justice » : briser le mur de glace entre les acteurs et les justiciables  

Les activités de la 1re édition de la Semaine de la justice ont été lancées, le 23 janvier 2023, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB). Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des sceaux, Mamoudou Kassogué, a invité à briser le mur de glace qui existe entre les acteurs et les justiciables.

Mali : prêt de 8 milliards de FCFA pour la mise en valeur des plaines rizicoles de Tombouctou

Le Mali obtient de  la Banque ouest africaine de développement un accord de prêt d’un montant de 8 milliards de FCFA pour le financement partiel du Projet de mise en valeur des plaines rizicoles de Tombouctou.
%d blogueurs aiment cette page :