Côte d’Ivoire : le dialogue politique à tout prix

Date:

Share post:

En Côte d’Ivoire, après une année de suspension, le dialogue politique a redémarré, le jeudi 16 décembre, entre le gouvernement et les principaux partis politiques du pays.

Quatre années séparent la Côte d’Ivoire d’une élection présidentielle, prévue pour octobre 2025. Les acteurs politiques du pays ne semblent pas toujours tenir le même langage. L’ouverture du dialogue politique reste une occasion, pour eux, , de tourner définitivement la page de la sanglante crise de 2010 – 2011.

Le premier dialogue politique, initié par Amadou Gon Coulibaly, début 2019, avait duré six mois dans un climat préélectoral tendu. Le deuxième, il y a un an, sous la houlette d’Hamed Bakayoko, avait permis d’apaiser les tensions politiques exacerbées par la présidentielle de 2020. Cette fois, Patrick Achi est à la manœuvre pour préparer les élections locales de 2023.

Assainir l’environnement politique

Malgré les déclarations d’intention des dirigeants, les obstacles politiques aux réformes sont nombreux. Et, parfois, en contradiction avec l’objectif avoué de la réconciliation. Cette reprise des négociations entre les différents acteurs politiques ivoiriens s’inscrit dans le cadre de la réconciliation nationale. Elle permettra, si tous les ingrédients sont réunis, d’assainir l’environnement politique avant les échéances électorales de 2025.

En Côte d’Ivoire, l’analyse des possibilités et des limites de la réconciliation nationale démontre : non seulement la consolidation de la paix piétine, mais aussi la situation politique qui favorise un gel des positions. Les limites de la réconciliation ivoirienne se retrouvent dans un équilibre de forces politiques qui profitent des conditions de sécurité précaires et d’un processus de réconciliation qui exacerbe la polarisation de la société ivoirienne.

Il s’agit donc d’engager un véritable dialogue avec les acteurs concernés afin d’aplanir les frustrations. Un possible échec du processus de ce dialogue politique en Côte d’Ivoire constitue un risque qui pourrait conduire le pays vers un tournant dangereux.

« Nous à GPS, on a toujours réclamé un dialogue inclusif »

L’année 2021 a été marquée par une décrispation politique palpable en Côte d’Ivoire. Malgré les efforts consentis par les autorités, ce dialogue, censé éradiquer les violences et réconcilier les Ivoiriens risque, encore une fois, d’être un échec. Car certaines grandes forces politiques du pays se sentent exclues. Comme Générations et Peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée de Côte d’Ivoire, actuellement en exil.

« Nous à GPS, on a toujours réclamé un dialogue inclusif. Et dialogue inclusif signifie le fait d’associer tous les leaders, dont Guillaume Soro. On constate aujourd’hui que le dialogue qui s’ouvre est un dialogue exclusif. Au-delà de lui, les cadres de son parti ne sont pas associés », regrette Mamadou Traoré, Conseiller spécial de G. Soro, dans un article paru sur Actualité Ivoire.info.

Pour rappel, le gouvernement ivoirien avait ouvert, fin 2020, la troisième phase du dialogue politique avec les partis politiques et les organisations de la société civile. Mais avait été suspendu sans aucun accord avec l’opposition.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Dialogue national inclusif : l’appel de Macky Sall aux groupes rebelles tchadiens

Alors en visite bilatérale au Tchad, le président en exercice de l’Union africaine a lancé un appel aux groupes rebelles tchadiens, qui n’ont pas encore signé l’accord de paix de Doha. Il les invite à rejoindre le dialogue national inclusif, qui s’ouvre le 20 août 2022, pour « donner le maximum de chance de parvenir à une paix inclusive, globale et durable ».

Macky Sall : « Le Mali mérite le soutien de toute la communauté africaine et internationale »

En tournée sous-régionale, le président sénégalais Macky Sall s’est rendu au Mali, ce lundi 15 août 2022. À sa descente d’avion, vers 10 h 20, il a été accueilli par son homologue malien de la transition, colonel Assimi Goïta, à aéroport international président Modibo Kéïta de Bamako-senou. Le président sénégalais a invité à soutenir le Mali.

Législatives au Sénégal : le camp présidentiel retrouve la majorité

Plus d’une semaine après les élections législatives, le député sénégalais, Pape Diop, rallie la coalition présidentielle et lui donne la majorité à l’Assemblée nationale.

Côte d’Ivoire : le PPA-CI reçoit froidement la grâce accordée à Laurent Gbagbo

« Dans le souci de renforcer la cohésion sociale », le président ivoirien a accordé la grâce à l’ex-chef d’État Laurent Gbagbo. Suite à cette décision, le Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI), Parti de l’ex-Président Laurent Gbagbo, a fait une déclaration pour juger cette grâce insuffisante.
%d blogueurs aiment cette page :