Burkina Faso : baisse du nombre de déplacés internes (gouvernement)

Date:

Share post:

Malgré la poursuite des attaques terroristes, le nombre de déplacés internes est en baisse au Burkina Faso.

Le Burkina Faso compte désormais moins de personnes déplacées internes. De 1 902 150, le nombre de personnes déplacées internes dans le pays des « hommes intègres » revient à 1 520 012 personnes au 30 avril 2022, a annoncé le 7 septembre dernier, le gouvernement burkinabè, à l’issue du Conseil des ministres. Cette réduction s’explique certains retours spontanés volontaires. Elleest surtout due à une opération de toilettage du fichier d’enregistrement, qui a permis d’isoler 382 138 personnes.

La situation des personnes déplacées internes actualisée

Cette baisse considérable est « principalement due au retour des personnes déplacées internes dans leurs localités d’origines que nous avons enregistrées ces temps-ci. Mais également du fait que des personnes déplacées internes avaient été enregistrées doublement. Parce que les zones qui initialement étaient des zones d’accueil, par la force des choses, sont devenues des zones de départ », indique dans une vidéo sur la Radio Oméga, Lazare Zoungrana, ministre burkinabè de la Solidarité et de l’Action humanitaire.

Sur la base de critère précis, explique M. Zoungrana dans le communiqué du Conseil des ministres burkinabè, tenu le 7 septembre dernier, l’équipe technique d’épuration des données, composée de techniciens du Secrétariat permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (SP/CONASUR) et du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), est parvenue à la consolidation des données.

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes, qui ont fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés internes. La toute dernière attaque terroriste dans le pays, avec un engin explosif contre un convoi de ravitaillement sur l’axe Djibo-Bourzanga, dans le Sahel, remonte au lundi 5 septembre 2022. Un incident qui a entraîné la mort de 35 civils et a fait 37 blessés.

Bakary Fomba    

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Massacre du 28 septembre 2009 : Moussa Dadis Camara en Guinée  pour comparaître devant la justice

Treize ans après le massacre du 28 septembre 2009, le procès sur le carnage, au cours duquel des cas de violation des droits humains ont été commis, s'ouvre mercredi 28 septembre 2022 à Conakry.

Burkina Faso : deux militaires et deux VDP tués dans une attaque terroriste (communiqué)

Une unité du détachement militaire de l’armée burkinabè et un groupe de Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) ont fait l’objet d’une attaque terroriste entre Sakoani et Sampieri (région de l’est)

De Ménaka à Kidal : en quête de sécurité

À Ménaka, au Mali, la dégradation de la situation sécuritaire a contraint environ 54 000 personnes à quitter les lieux. Vivant principalement d’élevage et de maraîchage grâce à la marre de la ville, elles affluent pour la plupart vers la commune voisine de Kidal, une région pastorale de plusieurs milliers d’habitants où les conditions de vie restent rudes.
%d blogueurs aiment cette page :