Home A la Une Vivons-nous dans un fake monde ?

Vivons-nous dans un fake monde ?

0 comment 395 views

Dans un monde où les fake news prolifèrent, la question de la réalité et de la vérité devient plus pressante que jamais. Vivons-nous finalement dans un fake monde où tout n’est qu’illusion et apparence, et comment cette dynamique influence-t-elle notre compréhension de l’information et de la connaissance ?

Dans une ère où la vérité semble de plus en plus insaisissable, il devient légitime de se demander si nous vivons finalement dans un fake monde. Cette interrogation n’est pas sans fondement, surtout lorsque l’on considère les fluctuations incessantes de l’information et la montée en puissance des fake news, particulièrement marquée depuis les élections présidentielles de 2016 aux États Unis. Ce phénomène n’est pas une simple anomalie, mais pourrait bien être une caractéristique intrinsèque de notre monde contemporain.

Un monde en mutation constante

Karl Popper, célèbre philosophe des sciences, affirmait que la naissance est le grand péché de l’homme. Par cette assertion, il souligne la condition imparfaite de l’existence humaine. Selon lui, cette imperfection originelle rend l’homme incapable d’atteindre une vérité absolue. La connaissance humaine est ainsi perçue comme un processus infini de correction des erreurs, où chaque vérité affirmée n’est qu’une approximation provisoire, susceptible d’être contredite par de nouvelles découvertes.

Cette idée rejoint celle de Platon, qui séparait le monde en deux réalités distinctes : le monde sensible et le monde intelligible. Le monde sensible, celui des apparences et des simulacres, est éphémère et trompeur. En revanche, le monde intelligible est le domaine des vérités éternelles et immuables. Dans notre contexte actuel, dominé par les fake news, il semble que nous soyons davantage ancrés dans ce monde sensible, où tout est en perpétuelle transformation et rien n’est définitivement certain.

La science : une vérité en perpétuelle révision

Popper introduit également le concept de « vérisimilitude », signifiant que la vérité est une cible mouvante à laquelle on ne peut que se rapprocher sans jamais l’atteindre pleinement. La science, en tant qu’entreprise humaine, fonctionne selon ce principe. Les théories scientifiques évoluent constamment, corrigeant les erreurs passées pour proposer des explications de plus en plus précises. Cependant, ces explications demeurent provisoires et sujettes à révision.

Dans ce cadre, les fake news ne sont pas simplement des erreurs ou des manipulations intentionnelles. Elles sont aussi le reflet de notre condition humaine limitée. La mésinformation nous confronte à notre finitude et met en lumière les frontières de notre connaissance. Ce que nous considérons comme vrai aujourd’hui peut être réfuté demain, illustrant ainsi l’instabilité intrinsèque de notre compréhension du monde.

Le défi de la désinformation

La prolifération des fake news pose un défi majeur aux fact-checkeurs, dont la mission est de rétablir la vérité. Toutefois, cette tâche s’avère souvent herculéenne dans un environnement où les sources d’information elles-mêmes peuvent être biaisées ou erronées. Les campagnes de désinformation deviennent alors une lutte sans fin, où chaque correction peut être elle-même contestée.

Platon, dans son allégorie de la caverne, décrit les êtres humains comme des prisonniers, enchainés et contraints de voir uniquement les ombres projetées sur les murs de la caverne, prenant ces ombres pour la réalité. Dans notre monde moderne, les ombres pourraient être assimilées aux informations manipulées et aux fake news, tandis que la réalité véritable demeure hors de portée pour beaucoup.

Vers une réinitialisation mondiale de la solidarité

Il devient donc impératif de reconnaître les limites de notre connaissance et de nos systèmes d’information. Admettre notre finitude ne signifie pas abandonner la quête de vérité, mais plutôt adopter une posture d’humilité et de vigilance. C’est en cultivant un esprit critique et en encourageant la transparence que nous pourrons espérer atténuer les effets délétères des fake news et progresser vers un monde plus éclairé et solidaire.

La lutte contre les fake news et la désinformation est une entreprise collective qui nécessite la coopération de toutes les parties prenantes — des médias aux citoyens. C’est en acceptant notre propre imperfection et en travaillant ensemble que nous pourrons espérer naviguer dans ce fake monde avec une boussole plus fiable.

F. Togola 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate