Sécurisation de l’espace universitaire : le ministre Kéïta engage à la mise en œuvre des décisions prises

Sécurisation de l’espace universitaire : le ministre Kéïta engage à la mise en œuvre des décisions prises
Amadou Keita ministre de lEnseignement superieur et de la Recherche scientifique 1

Pour la sécurisation de l’espace scolaire et universitaire, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique engage à la mise en œuvre des mesures prises pour la sécurisation de l’espace scolaire et universitaire du Mali.

Les Plans d’action issus des feuilles de route des recommandations du Forum national sur l’insécurité en milieu scolaire et universitaire ne resteront pas cette fois-ci une lettre morte. En effet, après la rencontre du 27 novembre 2020, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Kéïta a adressé des correspondances, le 15 décembre 2020, aux recteurs d’université ; aux directeurs des grandes écoles, des Instituts ; au directeur du Centre national des œuvres universitaires (CENOU) ; au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, pour les engager dans la mise en œuvre diligente des mesures adoptées.

Mise en place des groupes de sécurité universitaire (GSU)

Pour résoudre la situation « sécuritaire préoccupante » dans les espaces universitaires du Mali, le ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a ordonné aux recteurs des différentes universités d’élaborer des décisions fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement des GSU.

Pour l’opérationnalisation de ces groupes de sécurité universitaire (GSU), le ministre Kéïta demande à celui de la Sécurité et de la Protection civile d’affecter à son département ministériel cinq (5) fonctionnaires (Sous-Officiers supérieurs) de Sécurité Défense pour animer ces GSU.

Au sujet de la sécurité dans les Cités universitaires, le ministre Amadou Keïta demande l’opérationnalisation des postes de sécurité crées dans les Cités universitaires de Kabala (04), Badalabougou (03) et de l’IPR/IFRA de Katibougou (01). En plus de cela, avec la collaboration des recteurs, Pr Kéïta demande l’organisation des patrouilles et fouilles périodiques dans les Cités universitaires de Kabala, de Badalabougou, du Point G, de Ségou et de l’IPR/IFRA de Katibougou.

Libération des domaines universitaires illégalement occupés

Pr Kéïta invite à déguerpir tous les domaines universitaires illégalement occupés par les parkings, gargotes, kiosques et autres installations dans un délai d’un (1) mois. Le ministre rappelle à cette occasion que « les parkings, gargotes, kiosques et autres installations dans les espaces sociaux des domaines universitaires sont gérés par le CENOU et ceux dans les espaces pédagogiques ainsi que leurs servitudes (alentours) sont gérés par les Institutions d’Enseignement supérieur et de recherche respectives. »

Protocoles signés entre l’AEEM et le CENOU

Pr Kéïta, s’adressant cette fois-ci au directeur général du CENOU, demande la dénonciation de tous les protocoles signés entre cette structure et l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) et de lui « rendre compte sous
dizaine ».

Notons que depuis l’adoption de cette feuille de route en 2018 et la Charte sur le vivre-ensemble dans les institutions d’enseignements supérieurs et les campus sociaux, en 2019, la violence continue d’être une réalité qui gangrène le milieu universitaire au Mali. Pr Kéïta s’est engagé, depuis son arrivée, à trouver une solution à ce fléau.

Bakary Fomba, stagiaire

Sahel Tribune

Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image