Santé et droit sexuel de la reproduction (SDSR) : vaincre les préjugés et distiller les vraies informations

Date:

Share post:

Les rideaux de l’atelier de formation des formateurs du projet « Féministes en action », organisé par le réseau des femmes Alumini Yali (Rfay), sont tombés le 30 septembre dernier. Durant 5 jours, à l’hôtel Les Colonnes de Bamako, une trentaine de personnes, dont 3 hommes, venus de l’intérieur du Mali et du District de Bamako, ont vu leurs connaissances améliorées sur les SDSR.

Renforcer la capacité des femmes et hommes leaders d’associations féministes sur la santé et le droit sexuel de la reproduction (SDSR) et en mobilisation communautaire, tels étaient les objectifs de cette formation des formateurs initiée par le Rfay. Selon les initiateurs, durant les 5 jours d’activité, les participants ont été renforcés sur la santé et le droit sexuel de la reproduction et la promotion des méthodes contraceptives. Ces formateurs vont, à leur retour, former les membres de leurs organisations respectives.

Selon Jocelyne Marina Bolou, membre fondatrice du réseau Aliminu Yali, et non moins coordinatrice de l’initiative « Musso lafiale » ou « Femme épanouie » en français, « la formation des formateurs est l’un des volets du projet “Muso Lafiale” qui s’étale sur 10 mois au Mali et entre dans le cadre du projet “féministe en action.” Un projet qui est dirigé par un consortium de trois (3) ONG internationales et de trois (3) Fonds féministes, dont CARE France, comme chef de file et financé par l’Agence française de développement.

Trop de préjugés autour du féminisme 

Concernant ladite formation, elle a évoqué la nécessité de renforcer l’aptitude les femmes leaders d’associations. De son avis, “en Afrique il y a trop de préjugés autour du féminisme” et cette formation a permis de disséminer, selon ses dires, “les vraies informations sur la SDSR auprès des participants qui a leur tour feront des restitutions dans leurs différentes communautés.”

Pour Sidy Lamine Diarra, président de l’association Voie de la famille du Mali de Mopti, un participant, cette initiative du RFAY “est bénéfique pour toute la jeunesse”. Selon ses précisions, les 5 jours de formation riches en échange et partage d’expériences ont permis aux participants de découvrir de nouveaux aspects sur les droits des femmes méconnus du grand public. Il conclut ses propos en invitant le RFAY à élargir son champ d’action pour permettre à d’autres de bénéficier de cette formation instructive.  

Soulignons qu’à la suite de cette formation, le projet “Mousso Lafiale” se poursuivra à travers l’organisation de campagnes de sensibilisation, en langue locale, des femmes et des filles sur la SDSR, les caravanes de sensibilisation, la consultation des femmes et des filles par les professionnels de la santé en vue de proposer des méthodes contraceptives adaptées à leur situation. Aussi à travers la formation des femmes et des filles à des activités génératrices de revenus ans le but d’assurer leur autonomisation financière.

Cheickna Coulibaly

Cheickna Coulibaly
Cheickna Coulibaly
Cheickna Coulibaly est journaliste reporter au compte du journal Le Démocrate Mali. Ses centres d'intérêt sont entre autres : les nouvelles technologies, les activités sportives ainsi que la lecture. Il est contributeur à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

[Tribune] Gouvernance : le mal-être de l’être-malien dans la gestion de la transition

Le Mali Kura, c’est surtout le changement dans la gestion des affaires publiques, avec à la clé la participation et la prise en compte des aspirations des Maliens ainsi que de leurs besoins vitaux. À cela s’ajoute la gouvernance du peuple avec le peuple sans entremise.

[Tribune] Mali : dans un pays miné par les maux, le port du casque n’est pas une priorité

Abdoulaye dit Allaye Koita est le président du mouvement En Avant. Un mouvement créé suite à l’élection législative de 2017 à laquelle il a participé comme candidat indépendant à Mopti. Dans cette tribune, il aborde l’épineuse problématique du port obligatoire du casque.

Cotonculture : le Mali annonce la création de deux unités de filature

Dans le cadre de la promotion de la culture du coton au Mali et d’une véritable émergence économique, le Mali et la Chine ont signé, le 21 novembre 2022, un protocole d’accord pour l’installation de deux unités de filature, dont l’une à Koutiala et l’autre à Bamako.

Gouvernement de transition : le retour de Choguel Kokalla Maïga annoncé

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a été reçu, ce vendredi 25 novembre 2022, par le président de la transition, le colonel Assimi Goïta. Le retour du Premier ministre à la tête du gouvernement de transition est attendu dans les prochains jours. 
%d blogueurs aiment cette page :