[Récit] L’appui du CICR au centre de santé de Kidal sauve la petite Aminate

Date:

Share post:

Dans la région de Kidal, au Mali,  le CICR apporte son appui au seul centre de Santé de référence faisant office d’hôpital dans la ville. Témoignage d’Aïcha qui, pour soigner sa fille Aminate, a dû faire face à une odyssée sinistre.

Aïcha est native de Talahandak, une bourgade saharienne située à 250 kilomètres de Kidal, cercle d’Abeibara. Elle est âgée de 31 ans et mère d’une fillette de 2 ans, Aminate. A l’aurore d’un jeudi matin, Aminate est frappée à son réveil par la fièvre. La médecine traditionnelle n’a donné aucun résultat significatif. Sa maman n’a plus d’autre choix que de l’amener dans un hôpital. Mais comment et où trouver un centre de santé dans ce milieu en proie  à l’insécurité ? Rares sont les moyens de transport disponibles pour relier les centres urbains, les routes pas faciles à parcourir et le personnel soignant est en nombre insuffisant en raison de la situation sécuritaire.

« J’ai passé plusieurs semaines à chercher un moyen pour rejoindre un centre de santé pour traiter ma fille. En dépit de l’insécurité, j’ai pris le courage de sortir du village, car il s’agissait de la santé de mon enfant », raconte Aïcha.

A Kidal, l’accroissement de la violence et l’insécurité grandissante ont entraîné l’abandon de services des personnels soignants dans la région. Ce qui a occasionné un arrêt total des soins au niveau des centres de santé communautaire (CSCOM). C’est uniquement un centre de santé de référence qui est opérationnel. Celui-ci prend la place d’un hôpital pour la délivrance de services de soins plus lourds que le personnel soignant comptabilisé en place. Ce qui s’est soldé par des graves conséquences sur l’accès au soin de santé  des communautés vulnérables.

Appui du CICR

Depuis 2015, CICR, en partenariat avec les autorités sanitaire, appuie le centre de santé de Kidal. Tenant compte du caractère particulier de la zone et du contexte humanitaire, les interventions du CICR se sont étendues progressivement de la chirurgie initiale à toutes les autres composantes des services médicaux (santé maternelle et infantile, etc.).

« Au début, on intervenait seulement dans ce centre pour la prise en charge de blessés de guerre, des enfants de zéro à cinq ans, des femmes enceintes et des urgences. Vu la situation humanitaire, nous avons décidé de soutenir le comité de gestion du centre pour faire fonctionner tous services médicaux et assurer un meilleur accès aux soins de santé », fait savoir Diere Badji, chef du projet santé du CICR à Kidal.

Mais, il manque un service aux offres du centre, celui de la pédiatrie. Le bâtiment réservé à ce service est resté longtemps inachevé. Ainsi, en 2021, le CICR a terminé la construction du bloc et offert des équipements nécessaires pour son fonctionnement au grand bonheur des enfants et des parents comme Aïcha.

« J’étais angoissé et inquiète »

Portant son enfant au dos, ses bagages sur la tête, à moto sur une piste minée d’insécurité, Aïcha se rend à Tenzouatane à l’exploration de services de santé pour sa fille. Peine perdue, les conflits armés ont laissé des marques macabres sur cette bourgade, plus de structure sanitaire susceptible à donner de soins à la petite Aminate.

« J’étais angoissé et inquiète. Je ne savais plus quoi faire. Dans ma quête de recherche de solutions, j’ai appris qu’un nouveau service de pédiatrie a été ouvert à Kidal alors je n’ai pas hésité à reprendre les routes », relate Aïcha, désespérée.

Néanmoins, elle garde espoir, surtout à son arrivée dans la ville de Kidal. L’unique centre de santé de la région a déjà un nouveau service de pédiatrie, équipé de matériel ultramodernes. Aminate a immédiatement été prise en charge, et une pneumonie est diagnostiquée. « Dès notre arrivée, une équipe s’est chargée de traiter ma fille. Elle a reçu les soins gratuitement et aujourd’hui, elle se porte bien. Je peux retourner chez moi avec l’esprit tranquille », se réjouit Aicha.

À Kidal, à l’instar de toutes ses interventions, le CICR se charge de former les personnels soignants, offre des matériels médicaux, des médicaments et consommables pour rendre les soins gratuits pour les patients vulnérables dont les enfants de 0 à 5 ans.

Mohamed Camara

Mohamed Camara
Mohamed Camarahttps://saheltribune.com
Mohamed Camara est détenteur d’une licence en lettres modernes, décrochée en 2019 à la Faculté des lettres, des langues et des sciences du langage (FSL), Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Il évolue dans la presse, son métier de prédilection, depuis 2018. En 2021, il est certifié journaliste culturel suite à une formation de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Il a travaillé pour plusieurs journaux dont le projet Kéniéba Média dont il était le coordinateur, et lemalien.com. Il travaille actuellement pour Reflet d’Afrique (Journal hebdomadaire local de Bamako, depuis 2020) et Sahel Tribune (mai 2022). Mohamed Camara aime la lecture, la musique et les échanges interindividuels afin de mieux affiner ses connaissances.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Burkina Faso : onze militaires tués et plus de cinquante civils portés disparus (communiqué)

Le terrorisme a encore fait des ravages dans le « pays des hommes intègres ». Le lundi 26 septembre 2022,...

Massacre du 28 septembre 2009 : Moussa Dadis Camara en Guinée  pour comparaître devant la justice

Treize ans après le massacre du 28 septembre 2009, le procès sur le carnage, au cours duquel des cas de violation des droits humains ont été commis, s'ouvre mercredi 28 septembre 2022 à Conakry.

Burkina Faso : deux militaires et deux VDP tués dans une attaque terroriste (communiqué)

Une unité du détachement militaire de l’armée burkinabè et un groupe de Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) ont fait l’objet d’une attaque terroriste entre Sakoani et Sampieri (région de l’est)

CANAM : La liste des produits pharmaceutiques AMO révisée !

La Direction Générale de la CANAM a mis en place une commission technique chargée de la mise à jour de la liste des médicaments. Dans le souci de la rendre plus inclusive, la CANAM a organisé un atelier de validation de la liste des médicaments avec la participation de tous les acteurs impliqués, notamment les sociétés savantes.
%d blogueurs aiment cette page :