Marche du 5 juin 2020 : la CNDH craint une radicalisation des positions

Date:

Share post:

Suite à la mobilisation du vendredi 5 juin 2020, la Commission nationale des droits de l’homme (CNH) publie un communiqué pour exprimer ses reconnaissances et ses craintes.
Le 5 juin 2020 continue de faire parler d’elle. Les uns, pour féliciter les organisateurs de cette grande mobilisation, les autres, pour critiquer certaines dérives survenues.
Dans un communiqué publié ce mercredi 10 juin 2020, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) se réjouit du respect « du droit et de la liberté de manifester pacifiquement » par les autorités maliennes. Toutefois, l’institution nationale des droits de l’homme se dit préoccupées « par la suite des événements ». Elle craint une « radicalisation des positions de différents acteurs sociopolitiques ».
Partant de ces constats, la CNDH adresse des recommandations aux deux parties :gouvernement et acteurs sociopolitiques. Au premier, elle demande de se porter toujours garant du droit et de la liberté de manifester pacifiquement. Aux seconds, l’institution nationale des droits de l’homme recommande de privilégier le dialogue. Outre cela, elle demande l’observance des mesures barrières contre la Covid_19 afin de « se protéger et protéger les autres. »
La CNDH « prévient que l’escalade de violences pourrait engendrer des troubles porteurs de violations ou d’abus des droits de l’homme. » Or, la protection des droits de l’homme est une « responsabilité partagée », estime-t-elle.
Rappelons que suite à cette manifestation, 19 personnes ont été blessées, selon le communiqué officiel du gouvernement malien, parmi lesquelles des éléments des forces de l’ordre. Des incidents matériels ont également été enregistrés. Notons aussi que ce même vendredi 5 juin 2020, une tentative d’évasion à la maison centrale d’arrêt de Bamako a fait des morts et des blessés. La CNDH, à travers ce communiqué, s’incline « devant la mémoire des victimes ayant perdu la vie » et souhaite « prompt rétablissement aux blessés ».

Daou

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Gouvernement de transition : le retour de Choguel Kokalla Maïga annoncé

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a été reçu, ce vendredi 25 novembre 2022, par le président de la transition, le colonel Assimi Goïta. Le retour du Premier ministre à la tête du gouvernement de transition est attendu dans les prochains jours. 

 Sommet des dirigeants États-Unis–Afrique : vers une coopération accrue sur les priorités mondiales communes 

Le Sommet des dirigeants États-Unis–Afrique rassemblera, du 13 au 15 décembre 2022, des leaders de l’ensemble du continent africain à Washington.

Avant-projet de constitution : les observations du parti Adema

Après un "examen approfondi" de cet avant-projet, le parti africain pour la solidarité et la justice (Adema PASJ) a décidé de partager ses observations sur le nouveau projet.

Relations Bamako-Paris : le Mali interdit les activités d’ONG opérant sur financement français

Le Mali décide d’interdire, toutes les activités menées par les ONG « opérant au Mali sur financement ou avec l’appui matériel ou technique de la France, y compris dans le domaine humanitaire ».
%d blogueurs aiment cette page :