Mali : Alioune Tine, expert indépendant de l’ONU, note une amélioration de la situation sécuritaire

Date:

Share post:

Depuis le dernier trimestre 2021, la situation sécuritaire au Mali connaît une amélioration significative. C’est le constat de l’expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme au Mali, qui invite à faire face à des défis comme l’ouverture des écoles fermées, la protection des droits de la femme et de la jeune fille.

Après une visite de dix (10) jours au Mali, au cours de laquelle des rencontres avec les autorités maliennes, la société civile et les associations de victimes, les organisations non gouvernementales, les diplomates et les Nations unies, Alioune Tine constate une amélioration de la situation sécuritaire dans ce pays dirigé par des militaires depuis près de deux ans.

« Pour la première fois depuis le début de mes visites en 2018, j’ai noté une amélioration tangible de la situation sécuritaire, de la situation des personnes déplacées internes, de la situation des droits de l’homme ainsi que des dynamiques de paix endogènes, notamment dans le Centre du Mali », a déclaré l’expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme au Mali.

Droits humains

Au cours du dernier trimestre 2021, Alioune Tine, dans sa déclaration de fin de mission, souligne une baisse considérable du nombre des violations des droits humains et atteintes à ceux-ci. De 594, ces violations sont passées à 433, soit une baisse de 27,10 %.

Selon la Matrice de suivi des déplacements (DTM), « le nombre des personnes déplacées internes est passé de 401736 personnes en septembre 2021 à 350 110 en décembre 2021, soit une baisse de 13 13 % ». Le Cluster Protection a noté une baisse significative des violations des droits de l’homme en fin d’année en général, à l’exception des violations du droit à la vie. Où le plus grand nombre a été enregistré au cours du dernier trimestre de l’année 2021.

Cette amélioration de la situation sécuritaire est tributaire de la pacification « progressive de certaines localités du centre et du Nord ». Depuis des mois, l’armée malienne multiplie des offensives dans plusieurs régions. Des patrouilles aussi. Des actions qui viennent à l’issue de l’acquisition de plusieurs équipements militaires.

Faire face aux défis

Toutefois, « les améliorations tangibles de la situation ne doivent pas occulter les défis sérieux en matière de sécurité et des droits humains auxquels le Mali et la communauté internationale doivent s’attaquer pour consolider les progrès réalisés sur le terrain », a souligné Alioune Tine. Le fondateur du Think-tank Afrikajom center recommande que « les succès engrangés sur le plan militaire » soient accompagnés du « retour effectif de l’autorité de l’État et des services sociaux de base sur toute l’étendu du territoire malien ».

Outre cette nécessité et en plus des menaces de certains groupes extrémistes violents, de groupes armés communautaires dits d’autodéfense, l’expert indépendant onusien invite à s’attaquer à une autre bombe plus grave qui « se profile à l’horizon avec l’effondrement du système éducatif ». En raison de la situation sécuritaire, le nombre d’écoles fermées est passé de 1344 en janvier 2021 avec 403000 élèves affectés à 1664 écoles en décembre 2021 avec 499200 élèves affectés.

Cette situation a eu des impacts sur la protection des droits des femmes et de la jeune fille. « […] Les fermetures d’écoles auraient contribué à l’augmentation des mariages précoces et à l’exode rural des filles, un phénomène qui a augmenté le risque d’exploitation et d’abus sexuels contre ces filles », a-t-il souligné dans une déclaration. Avant de poursuivre : « L’insécurité continue d’avoir un impact considérable sur la situation des droits fondamentaux des femmes, avec la récurrence inquiétante de cas de violence basée sur le genre ».

Dans sa déclaration, il se dit également « très préoccupé par le rétrécissement de l’espace civique, notamment du rôle des médias, et de l’opposition politique ». Enfin, l’expert Alioune Tine exhorte la Cédéao à lever, dans les meilleurs délais, les sanctions contre le Mali.

La rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Sécurité routière : ce que pensent les Maliens du port obligatoire du casque 

À partir de janvier 2023, le gouvernement malien entend rendre obligatoire le port du casque pour les motocyclistes. Cette décision est diversement appréciée par les Maliens, en cette période de grande inflation des produits de première nécessité.

Tchad : une dizaine de militaires tués dans l’ouest du pays

Une unité des Forces de défense et de sécurité tchadienne a fait l’objet d’une attaque « surprise », menée par des éléments de la « secte Boko Haram »

Qatar 2022 : Al-Qaïda appelle au boycott de la Coupe du monde

À la veille de la coupe du monde, Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) a exhorté les musulmans à boycotter la compétition.

Mali : camp des déplacés de Faladiè, dures conditions d’accouchement pour des femmes

Au centre du Mali, de nombreuses personnes, dont des femmes et des enfants ont fui les conflits pour trouver refuge, pour la plupart, dans les nombreux sites aménagés à Bamako pour les accueillir. Dans ces camps de déplacés, des femmes donnent naissance sans avoir les moyens de recourir à des services médicaux.
%d blogueurs aiment cette page :