Lutte contre le trafic illicite des drogues : en Côte d’Ivoire, plus de deux tonnes de cocaïne saisie

Date:

Share post:

Dans le cadre de la lutte contre le trafic illicite des drogues, la Côte d’Ivoire a effectué une opération de grande envergure qui s’est soldée par la saisie de plus de deux tonnes de cocaïne sur son territoire. 

Deux tonnes et cinquante-sept (2057) kilogrammes de cocaïne, c’est la quantité de drogue saisie par la police nationale ivoirienne, le 15 avril 2022, dans la commune de Koumassi et San Pedro. Sans donner des détails sur l’identité des suspects, la provenance et la destination de la marchandise, la police ivoirienne a indiqué, dans un communiqué du 23 avril, avoir interpellé neuf personnes dont « deux (2) ont déjà été déférés devant les juridictions compétentes ». 

Selon le film de cette saisie record dans ce pays côtier de l’Afrique de l’Ouest — devenue une plaque tournante du trafic de cocaïne ces dernières années — une investigation suivie d’une perquisition a été initiée par la police ivoirienne dans la commune de Koumassi Sopim. « Cette action policière a permis la découverte de cent quarante-cinq (145) plaquettes de cocaïne estimées à cent soixante-huit (168) kilogrammes, ainsi que la saisie de divers objets et matériels servant au conditionnement de la cocaïne », précise le communiqué de la Direction générale de la police. 

Selon les révélations du magazine Jeune Afrique, la « Direction de la police des stupéfiants et des drogues (DPSD) a été informée par le commissariat de police du XXe arrondissement de Koumassi de la découverte de 48 plaques de cocaïne dans un appartement de Koumassi Sopim ». Selon les détails de ce magasine panafricain, « l’enquête ouverte par la DPSD a permis de saisir dans le même appartement 97 autres plaques, soit un total de 145 ». 

Bouffée d’oxygène pour le Mali voisin 

La Direction générale de la police précise que c’est à partir des indices trouvés sur les lieux que les enquêteurs ont poursuivi leurs « investigations dans la ville portuaire de San Pedro où mille six cent cinquante (1650) autres plaquettes ont été saisies, soit une tonne et huit cent quatre-vingt-neuf kilogrammes de cocaïne (1 889 tonnes de cocaïne) ». Elle précise que « l’enquête s’est soldée par la saisie de deux tonnes et cinquante-sept (2057) kilogrammes de cocaïne et l’interpellation de neuf (9) individus suspects ».  

Cette opération de la police ivoirienne a été bien appréciée au Mali, pays frontalier de la Côte d’Ivoire. Selon l’Office central de lutte contre les stupéfiants (OCS), cette saisie pourrait énormément contribuer à la lutte contre la circulation des stupéfiants au Mali « dans la mesure où notre pays est devenu un marché florissant pour les narcotrafiquants ivoiriens ».

La Direction générale de la police ivoirienne, en présence du Procureur de la République, a procédé, le 27 avril dernier, à l’incinération de ces tonnes de Cocaïnes saisies. 

Chiencoro Diarra 

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Sahel : la France retirera ses troupes du Burkina d’ici « un mois »

La France retirera ses troupes du Burkina Faso, d’ici « un mois ». L’information a été donnée ce mercredi par une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, qui confirme que la France a reçu la demande du Burkina Faso de retrait de ses troupes déployées dans le pays

Côte d’Ivoire : décoration des 49 soldats, récemment détenus au Mali

Libérés le 7 janvier 2023 par les autorités maliennes de la transition, qui les détenaient depuis juillet 2022, les 49 soldats ivoiriens ont reçu ce mardi, la distinction honorifique de Chevalier de l’ordre national

Sécurité : le gouvernement burkinabè confirme la demande de retrait des troupes françaises

Ce lundi 23 janvier 2023, le porte-parole du gouvernement burkinabè a confirmé la demande de retrait des forces françaises, dans un délai d’un mois.

Mali : l’accession à la souveraineté n’est pas un mot, mais un long processus

Dans le souci de permettre à l’État d’assurer, en pleine autonomie, les besoins primaires des populations, les autorités maliennes de la transition travaillent à la professionnalisation de l’armée nationale, véritable outil de restauration de la sécurité.
%d blogueurs aiment cette page :