Les ‘’va-t’en-la-France’’ et leur crise de solution

Les ‘’va-t’en-la-France’’ et leur crise de solution
Marche du 11 août

Depuis quelques années, une vague de protestations existe autour de la présence française dans le Sahel. La plupart des dénonciations naissent ex nihilo et les ‘’va-t’en-la-France’’ ne parviennent pas à proposer d’alternatives concrètes pour la stabilité et la sécurité des pays du Sahel une fois que les forces françaises auront plié leurs bagages. Ces protestations rendent-elles service à ces pays sous le poids du terrorisme ?

La présence de l’armée française dans le sahel devient problématique pour des citoyens de ces pays. Cela, depuis quelques années. Comme cause de cette marée humaine autour de ces forces étrangères : accusation de financement du terrorisme, d’exploitation économique des richesses souterraines des pays du sahel, d’oppression des populations de cette partie de l’Afrique. La liste n’est malheureusement pas exhaustive.

Les preuves

Au rang de ces  »va-t’en-la-France », de grands hommes politiques, de personnalités de grande renommée, de la société civile, des associations de jeunesse ou dites panafricaines, etc. Tous rejettent la faute de la situation sécuritaire dans ces pays indépendants du Sahel sur la figure de cet autre pays indépendant (la France). Je me demande bien s’il y a des dirigeants dans les pays du sahel.

Quel est le fondement de ces « théories du complot » ? Ces victimisations rendent-elles service à ces pays qui s’écroulent sous le poids du terrorisme ? les accusateurs savent-ils que la France elle aussi ne vit pas dans un eldorado ? Oublient-ils leur responsabilité ainsi que celle de leurs dirigeants dans la résolution de ces crises qui menacent l’existence de leur pays?  Autant de questions que je jette sur du papier pour dire que je ne comprends pas encore les raisons de ces marées humaines. Mais comme dit un proverbe malien, « Ne regarde pas l’endroit où tu es tombé, regarde plutôt l’endroit où tu t’es cogné ». Ne nous trompons pas sur les causes des malheurs de nos pays. La mauvaise gouvernance, le favoritisme, l’indifférence des citoyens, la corruption et j’en passe, constituent des causes quasi invisibles du malheur de la plupart des pays du G5 Sahel.

A découvrir: Que fait l’armée française en Afrique?

Je reste persuadé que la plupart des accusateurs de la France agissent par opportunisme et populisme. Rares sont ceux d’entre eux qui refuseront de coopérer avec la France une fois qu’on leur proposera un poste de responsabilité. D’ailleurs, la famille de certains d’entre eux ne réside-t-elle en France ? Pourquoi garder sa famille chez son ennemi ? Un peu de cohérence et d’objectivité est nécessaire. 

À l’état des choses dans ces pays, ces dénonciations, sans fondements solides, rendent peu service au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, au Niger ou encore à la Mauritanie.

Alternatives à son départ

Face à l’international terrorisme qui n’épargne aucun pays, il s’avère important qu’on sorte des théories du complot au profit de la proposition de solution de sortie de crise concrète ainsi que de la recherche de preuves palpables d’implication de tel ou tel pays ou de telles ou telles personnalités dans le financement de ce phénomène.

A découvrir: Histoire de l’armée française en Afrique

Le drame, c’est que ces vagues de dénonciations se font rarement accompagner d’alternatives concrètes pour la stabilité et la sécurité dans le Sahel. Après la France, quelle mesure adoptée pour bouter hors de ces pays les terroristes ? Si la France est responsable de l’alimentation du terrorisme ou encore ne vit qu’en exploitant les richesses de ces pays, son départ la fera-t-il rompre avec sa politique africaine ? Que proposez pour l’empêcher d’alimenter davantage ce fléau dans ces pays une fois forcée de quitter ? Des réponses assumées de ces préoccupations pouvaient être encore plus rassurantes et importantes pour ces pays.

Qu’on n’oublie pas

Une sagesse populaire nous prévient qu’il n’est pas prudent de jeter le bébé avec son eau de bain. Quelle chose évidente ! Il ne faudrait pas oublier si vite le contexte d’intervention de la France dans ces pays du Sahel. Elle a été applaudie lorsqu’elle arrivait parce que les mêmes qui les dénoncent aujourd’hui se trouvaient dans la confusion totale face à l’avenir de leur pays respectif.

A découvrir: Mémoires vives

Le départ de la France n’est pas synonyme de retour de la paix et de stabilité dans le sahel. Contre l’international terroriste, la solution qui me semble la mieux indiquée reste la formation d’une coalition internationale autour du phénomène.

Si l’on souhaite marcher malgré tout à tue-tête, qu’on sache qu’on se libère de la main d’un lépreux sans la forcer, comme dit une sagesse malienne.

Source: fasomali.com

Phileingora

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

%d blogueurs aiment cette page :