Home Actu Le président Goïta : « au cours de l’année 2024, les efforts tendant à retourner à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé ne faibliront point »

Le président Goïta : « au cours de l’année 2024, les efforts tendant à retourner à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé ne faibliront point »

0 comment 138 views

À l’aube du Nouvel An 2024, le Mali se prépare à une nouvelle ère politique. Le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, annonce la poursuite des efforts pour le retour à l’ordre constitutionnel.

Le 25 septembre 2023, les autorités maliennes ont annoncé un ajustement du calendrier électoral, reportant légèrement les élections présidentielles, initialement prévues en février 2024. Cette décision, présentée comme nécessaire, avait soulevé des questions cruciales sur l’impact sur la stabilité politique et le retour à l’ordre constitutionnel tant espéré.

Dans sa traditionnelle adresse à la nation, à l’occasion du Nouvel An, le 31 décembre 2023, le Colonel Assimi Goïta, Président malien de la Transition, a dévoilé une feuille de route ambitieuse, marquant le retour tant attendu à l’ordre constitutionnel. Un moment crucial pour un pays en quête de stabilité politique après des années d’instabilité. « Au cours de l’année 2024, les efforts tendant à retourner à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé ne faibliront point », a-t-il déclaré dans son intervention à la télévision nationale.

Retour a l’ordre constitutionnel: Vers une démocratie renforcée

Les « soubresauts politiques » du Mali ont dicté l’impératif de réformes. Les Assises nationales de la Refondation, en décembre 2021, ont été le point de départ. Le peuple malien, à travers un exercice de diagnostic, a insisté sur la nécessité de réformes politiques avant tout retour à l’ordre constitutionnel. Cette démarche a marqué une rupture avec le passé tumultueux du pays.

La vision collective était claire : établir un ordre constitutionnel différent, apaisant et sécurisé. La révision de la loi électorale, la création d’un organe unique de gestion des élections, et l’adoption d’une nouvelle Constitution par référendum ont façonné la 4e République du Mali. Ces actions concrètes ont renforcé les fondations de la démocratie, transcendant les échecs passés.

En 2024, les efforts persisteront pour consolider l’ordre constitutionnel. Les défis sont nombreux, mais la détermination à instaurer un environnement politique stable reste intacte. Les réformes en cours démontrent une volonté collective de bâtir un avenir où la gouvernance repose sur des bases solides et transparentes.

Renforcement des institutions électorales

La nouvelle Constitution, « fruit d’un processus participatif », incarne les aspirations d’un peuple en quête de stabilité. Ses contours redéfinissent les pouvoirs, les responsabilités et les droits, marquant une avancée significative vers une gouvernance équilibrée. Le texte fondamental devient le pilier inébranlable de la quatrième République.

Dans le cadre du renforcement des institutions électorales, il convient de mentionner également la refonte de la loi électorale. Une refonte qui vise à garantir des élections justes et transparentes. La création d’un organe unique de gestion des élections renforce l’intégrité du processus démocratique, offrant ainsi une plateforme équitable pour l’expression du choix populaire.

L’adoption de la nouvelle Constitution par référendum est un témoignage fort de l’engagement démocratique. Les Maliens ont eu l’occasion de se prononcer sur le texte fondamental qui guidera le pays vers l’avenir. Cet exercice démocratique renforce la légitimité de la nouvelle République.

L’avenir de la démocratie malienne 

Alors que le Mali s’engage sur la voie d’une nouvelle ère constitutionnelle, la stabilité et la sécurité demeurent des priorités constantes. Les défis sécuritaires internes et externes nécessitent à ce titre une gestion stratégique pour préserver les acquis démocratiques.

Le retour à l’ordre constitutionnel au Mali ne concerne pas seulement les Maliens, mais aussi la communauté internationale. Les décideurs politiques mondiaux jouent un rôle crucial en soutenant le processus de transition et en veillant à ce que la démocratie malienne prospère. Dans le même cadre, l’Alliance des États du Sahel, créée par le Mali, le Burkina Faso et le Niger en septembre 2023, peut également jouer un rôle crucial dans ce sens. 

A l’orée de cette nouvelle année, le Mali s’apprête à tourner une page décisive de son histoire politique. Le retour à l’ordre constitutionnel, impulsé par des réformes majeures et l’adoption d’une nouvelle Constitution, ouvre une ère d’espoir et de stabilité. Les défis subsistent, mais la détermination à bâtir une démocratie solide persiste. Le peuple malien, par son engagement actif, façonne son destin démocratique. En 2024, le monde observe avec intérêt la transformation en cours au cœur du Sahel, un exemple tangible de la capacité d’un pays à renouer avec la démocratie et à construire un avenir prometteur. 

Cheincoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate