Home A la Une La justice gronde au Mali : Des barreaux pour les barons de la corruption

La justice gronde au Mali : Des barreaux pour les barons de la corruption

0 comment 293 views

Au Mali, le processus de la lutte contre la corruption et la délinquance financière semble avoir pris une nouvelle dynamique ces dernières semaines. Pour « atteinte aux biens publics », plusieurs personnalités, tant politiques que publiques du pays, croupissent actuellement en prison.

Il n’échappe à personne que parmi les engagements pris par les autorités de la transition, figure la lutte contre la corruption et la délinquance financière. Si certains dossiers sulfureux ont connu une évolution notable avec l’interpellation de plusieurs hauts cadres de l’État, le processus semble suivre son bon train. Il s’agit d’une nouvelle phase dans la lutte contre la corruption et la délinquance financière au Mali.

Après la mise en détention de l’ancien président de l’Assemblée nationale (AN), Issiaka Sidibé, et le président de la Fédération malienne de football (Fémafoot), Mamadou Touré dit Bavieux, c’est le tour de l’ancien ministre de l’Énergie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, et l’opérateur économique, Mama Lah, d’être placés sous mandat de dépôt. Si les dossiers d’Issiaka Sidibé et Bavieux Touré sont liés à la gestion calamiteuse du parlement, sous l’ancien régime d’Ibrahim Boubacar Keïta (2013-2020), ceux du ministre Lamine Seydou Traoré et l’opérateur économique Mama Lah, seraient liés à la gestion calamiteuse de l’Énergie du Mali, qui a profondément impacté sur l’accès à l’électricité dans le pays.

Un défi de taille

Malgré les efforts entrepris pour lutter contre la corruption au Mali, plusieurs services tant publics que privés souffrent de ce fléau. Pourtant, il est évident que ces cas de corruption peuvent avoir de graves répercussions sur l’efficacité de ces services et la transparence dans les marchés publics.

En effet, la lutte contre la corruption et la délinquance financière est un défi de taille, mais c’est un effort crucial pour établir une gouvernance plus saine, responsable et équitable au Mali. Il s’agit d’un processus essentiel pour renforcer la gouvernance, restaurer la confiance des citoyens dans les institutions et promouvoir la transparence.

Cependant, la lutte contre la corruption au Mali nécessite une approche globale et collective, impliquant tous les acteurs de la société : gouvernement, institutions, société civile et citoyens.

Il convient de soutenir ces efforts des autorités en espérant que les mesures prises contribueront à instaurer un climat de confiance et de transparence dans le pays. Seul un engagement fort et soutenu de tous pourra permettre de faire reculer la corruption et de restaurer la confiance dans les institutions et dans l’État de droit.

Il est également important de veiller à ce que les réformes visant à lutter contre ce fléau soient intégrées dans toutes les sphères de la gouvernance, y compris dans les secteurs public et privé, et à tous les niveaux de l’administration.

Un signal fort

Arrivées à la tête du pays depuis fin mai 2021, suite à la rectification de la trajectoire de la transition, les autorités de la transition avaient promis de lutter efficacement contre la corruption et la délinquance financière au Mali. Moins de trois ans après, cet engagement semble porter ses fruits d’autant plus que plusieurs personnalités qu’on croyait intouchables croupissent actuellement en prison. Ces actions témoignent à suffisance de l’engagement des autorités de la transition à poursuivre les individus soupçonnés de corruption à des niveaux élevés de l’État.

Cependant, la poursuite de ces cas est un élément crucial de la lutte contre la corruption et la promotion d’une gouvernance transparente et responsable. Aussi, la mise en détention de personnalités politiques ou publiques accusées de corruption envoie un signal fort sur la volonté de lutter contre ce fléau. L’interpellation de hauts cadres de l’État démontre une volonté de s’attaquer à ces problèmes de front.

À ce jour, plusieurs autres personnalités tant politiques que publiques séjournent en prison, pour des présumées atteintes aux deniers publics.

Bakary Fomba

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate