Justice pour les victimes de juillet 2020 au Mali : les lignes semblent bougées

Date:

Share post:

La mort des citoyens maliens au cours des événements de juillet 2020 ayant conduit au renversement du régime IBK ne resterait pas impunie. Le Procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune Ill, chargé du Pôle économique et financier de Bamako a déjà donné le ton.

Au cours des manifestations de désobéissance civile du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) des 10,11 et 12 juillet 2020, au moins 18 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessés par balle, selon Amnesty International. La plupart des victimes ont été touchées ou blessées majoritairement à la poitrine ou dans le dos. Cette organisation de défense des droits humains indique que certaines de ces victimes n’étaient que des passants ou de simples citoyens se trouvant chez eux ou sur leur lieu de travail au moment des faits.

Amnesty International recommande que « l’utilisation par les forces de sécurité de la force meurtrière » fasse l’objet d’une enquête ». Les manifestants aussi bien que leurs proches « ont le droit de savoir qui a autorisé les forces de sécurité à tirer sur eux ».

Invitation aux victimes et témoins

On se rappelle que le 14 juillet 2020, l’ex-Premier ministre d’IBK, Boubou Cissé avait adressé une correspondance au ministre de la Sécurité et de la Protection civile pour lui instruire des investigations afin, entre autres, de savoir : « les raisons de l’engagement de la FORSAT [Force Spéciale anti-terroriste ndlr], l’autorité ayant ordonné l’engagement de la FORSAT et le respect ou non de la procédure prévue en la matière ». Mais depuis le coup d’État, les victimes ou leur famille attendent justice.

La résolution de la crise politique, voire de l’instabilité dans le pays ne sera pourtant qu’un mirage tant que « les droits humains ne sont pas respectés et si justice n’est pas rendue ». Les victimes « du recours illégal à la force et aux armes à feu, ainsi que leurs familles, doivent obtenir justice, vérité et des réparations complètes », recommandait Amnesty International dans un nouveau rapport publié le 23 avril dernier.

Le Procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune Ill, chargé du Pôle économique et financier de Bamako, Mamoudou Kassogué, dans un communiqué du 29 avril 2021, a invité « les victimes qui n’ont pas encore été auditionnées, à se présenter à son cabinet pour être mises en rapport avec le juge d’instruction en charge du dossier ». Et de préciser que « cette invitation s’adresse également aux éventuels témoins pouvant contribuer à la manifestation de la vérité ».

Fousseni Togola

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Sécurité routière : ce que pensent les Maliens du port obligatoire du casque 

À partir de janvier 2023, le gouvernement malien entend rendre obligatoire le port du casque pour les motocyclistes. Cette décision est diversement appréciée par les Maliens, en cette période de grande inflation des produits de première nécessité.

Tchad : une dizaine de militaires tués dans l’ouest du pays

Une unité des Forces de défense et de sécurité tchadienne a fait l’objet d’une attaque « surprise », menée par des éléments de la « secte Boko Haram »

Qatar 2022 : Al-Qaïda appelle au boycott de la Coupe du monde

À la veille de la coupe du monde, Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) a exhorté les musulmans à boycotter la compétition.

Mali : camp des déplacés de Faladiè, dures conditions d’accouchement pour des femmes

Au centre du Mali, de nombreuses personnes, dont des femmes et des enfants ont fui les conflits pour trouver refuge, pour la plupart, dans les nombreux sites aménagés à Bamako pour les accueillir. Dans ces camps de déplacés, des femmes donnent naissance sans avoir les moyens de recourir à des services médicaux.
%d blogueurs aiment cette page :