IPR/IFRA de Katibougou : « Aucun étudiant n’a été expulsé par le CENOU »

Date:

Share post:

Plusieurs étudiants de la résidence universitaire de l’IPR/IFRA de Katibougou ont pris d’assaut, ce lundi 8 février 2021, l’administration de l’institut. Motif : l’arrestation des membres de l’AEEM, la semaine dernière, et l’hébergement.  

Après l’arrestation du secrétaire général ainsi que plusieurs autres membres de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), suite à une plainte du Centre national des œuvres universitaires (CENOU), l’Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche appliquée (IPR/IFRA) a été pris d’assaut, ce lundi 8 février 2021 par les étudiants de la résidence universitaire de l’Institut. Sur les affiches des manifestants, nous pouvions lire : « Libérez nos frères ! », « Pas d’injustice ! », « On a des droits », « Hébergez-nous ! »  

« Aucun étudiant n’a été expulsé »

Selon les explications rapportées par une page Facebook, le motif de cette manifestation est que « plus de 1000 étudiants [ont été NDLR] expulsés par le représentant du CENOU de Koulikoro » pour le motif que le Centre ne peut pas héberger tous les étudiants.

Contacté par téléphone, le chef du Centre des œuvres universitaires de Koulikoro (CROU-K) précise qu’aucun « étudiant n’a été expulsé par le CENOU ». Et de poursuivre : « Ce matin [lundi 8 février 2021, NDLR], les occupants illégaux de la résidence universitaire de Katibougou ont pris leurs effets pour se rendre à l’administration de l’IPR demandant de les faire loger ».

Des critères pour bénéficier des résidences

Amadou Z. Traoré, chef de la cellule communication du CENOU, souligne que des critères clairs et précis sont établis pour bénéficier un logement dans une résidence universitaire. « Les bénéficiaires de logement sont déterminés par décision du DG du CENOU », lit-on dans un communiqué du 5 février 2021 sur la demande de logements des étudiants inscriptibles à l’IPR/IFRA de Katibougou au titre de l’année 2020-2021.

En effet, comme chaque année, le Centre des œuvres universitaires de Koulikoro (CROU-K) a lancé, au seuil de la rentrée universitaire, un appel à candidatures à l’intention des étudiants désirant obtenir un logement à la résidence universitaire de l’IPR de Katibougou. Après réception des dossiers, une liste des étudiants bénéficiaires a été publiée et il leur avait été demandé de s’acquitter des frais de logement, fixé à 10 000 FCFA, avant leur installation dans les résidences, nous explique Amadou Traoré.

Suite à un appel de l’AEEM pour « faire face au CROUK », le 29 janvier 2021, des étudiants avaient occupé illégalement les chambres des résidences de l’IPR, explique M. Diakité. Une situation qui a conduit à l’arrestation des membres de ce comité.

Une mise en œuvre qui frustre

Dans un communiqué du 2 février 2021, le chef du CROU-K avait lancé une invitation aux occupants « illégaux » des résidences universitaires de Katibougou à libérer les chambres au plus tard le 4 février, afin de permettre l’installation des bénéficiaires.

Contacté au sujet de cette manifestation des étudiants, le directeur adjoint de l’IPR/IFRA, Moussa Tangara explique que l’administration de l’institut se bat afin de trouver rapidement un dénouement heureux entre le CENOU et les étudiants.

Notons que dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du forum sur l’insécurité dans les espaces scolaires et universitaires, la gestion des résidences a été retirée de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) pour la confier au CENOU. Une situation qui a frustré certains membres de cette association qui se voient priver de certaines sources de revenus.

Amadou Traoré ne fait aucun doute que cette manifestation des étudiants de l’IPR/IFRA soit une politique visant à empêcher la mise en œuvre des recommandations du forum.

Fousseni Togola

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Résultats DEF 2022 : 100 374 admis sur 209 705 candidats présentés

Un mois après les examens du Diplôme d’études fondamental (DEF), le gouvernement malien s’apprête a proclamé les résultats, demain vendredi avec un taux d’admission de 47,86 %, soit 20,81 % de moins que la session de l’année 2021

DEF à Lobougoula, trois écoles accompagnées par l’association RJDL

Au Mali, les examens du DEF (Diplôme d’études fondamentales) ont pris fin, mercredi 29 juin 2022. Ils étaient 237 540 candidats inscrits cette année, selon les chiffres du ministère de l'éducation nationale, répartis entre 1801 centres à travers le pays.

Guinée : le préfet de Siguiri limogé pour avoir « coiffé » un candidat au Bac

« Le lieutenant-colonel Ibrahima Douramoudou Keïta, matricule 18342G, précédemment préfet de Siguiri, est relevé de ses fonctions et mis à la disposition de l'état-major général des armées »

École malienne : ProEDIC, une plateforme virtuelle avec des contenus pédagogiques

Lancé au Mali le jeudi 17 décembre 2020, le ProEDIC vise à promouvoir la création d’environnement adapté aux apprentissages innovants, à travers la collaboration entre le lycée technique de Ségou (Mali) et deux écoles en Espagne via une plateforme virtuelle.
%d blogueurs aiment cette page :