Depuis la chute d’IBK, l’Armée malienne monte-t-elle en puissance?

Date:

Share post:

La chute du régime d’Ibrahim Boubacar Kéïta, ex-président de la République du Mali, aurait été une bouffée d’oxygène pour les Forces armées maliennes (FAMA) qui enregistrent de grandes prouesses sur le terrain.

Depuis la chute du président Ibrahim Boubacar Keita, le 18 août 2020, les Forces armées maliennes (FAMA) gagnent de combat en combat. Elle a remporté plusieurs victoires sur les djihadistes après le renversement de l’ex-président.

Jeudi 27 août 2020, les Forces armées maliennes ont fait l’objet d’attaque lors de laquelle elles ont neutralisé une vingtaine de terroristes, de groupes Armés terroristes (GAT). Ce n’est pas tout, au cours de la même opération, elles ont récupéré deux (2) Pick-up et détruit une dizaine de motos grâce à une intervention aérienne, précise la Direction de l’information et des relations publiques de l’armée (DIRPA) dans un Communiqué du 28 août 2020.

À la même date, les FAMa ont appréhendé sept (7) suspects à Sevaré, dans la région de Mopti, 6e région administrative du pays. À noter que ces suspects s’attaquaient aux installations de la SOTELMA. Ils ont aussitôt été conduits à la Brigade de Recherche de la Gendarmerie de ladite zone.

Notons également que ces éléments ont été arrêtés grâce à la vigilance des populations, note la cellule de communication des FAMA dans une annonce.

Soulignons aussi les nouvelles acquisitions matérielles de l’armée malienne. En effet, le 24 août 2020, les FAMA, notamment le secteur 3 de l’opération Maliko, ont bénéficié de trois drones. Le même secteur a également acquis des véhicules blindés de combats de type Typhon.

Au regard de tous ces succès remportés et de ces accompagnements, on se demanderait si ce n’était pas le régime IBK qui était le véritable problème dans la lutte contre les groupes armés terroristes. Mais il serait très tôt de se prononcer dessus dans l’affirmatif. Laissons le temps au temps.

Notons quand même que depuis l’avènement des nouveaux hommes forts à la tête du pays, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), les rencontres d’échange afin de mettre en confiance les militaires sur le terrain et connaitre leurs besoins se multiplient.

Le 26 août dernier, le Commandant de la force Barkhane, le Général Marc Conruyt a été reçu au Théâtre-Centre de l’Opération Maliko par le Colonel-major Diallo. Les entretiens ont surtout porté sur le renseignement, les échanges d’informations en amont des opérations pour une meilleure anticipation des menaces et attaques. À titre de rappel, la mission principale de Barkhane est la lutte contre les terroristes dans la zone du Liptako-Gourma.

À la même date, une délégation du CNSP a effectué une visite dans la 6e région militaire (Sevaré). Ladite délégation était conduite par le 2e Vice-président du CNSP, le Colonel Sadio Camara. Une occasion saisie pour mettre les militaires sur le terrain en confiance en leur expliquant les raisons du renversement du régime IBK. « Nous n’avons qu’un seul pays, le Mali. Que nous allons léguer à nos enfants et petits-enfants. Et il était sur le chemin de disparaître. C’est pourquoi les militaires se sont impliqués. La situation sociopolitique du pays nécessitait une réponse pour éviter cette disparition », a affirmé le Colonel Sadio Camara. L’amélioration des conditions de vie et de travail des FAMA a été également au cœur de ces échanges.

Au cours de cette semaine également, l’aviation militaire a reçu une visite du CNSP. Conduite par le 3e vice-président du Comité, colonel Modibo Koné, cette visite a permis de s’enquérir des conditions de vie et de travail des aviateurs. Là également, le CNSP a su mettre les aviateurs en confiance pour la bonne exécution des tâches qui les incombent.

Toutes ces rencontres ne peuvent que mettre l’armée malienne en confiance et l’amener à monter en puissance contre les ennemis de la nation.

Bakary FOMA, stagiaire

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Contre des « actes d’agression » français, le Mali « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense »

Accusant la France d’« actes d’agression », le Mali a saisi le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), à travers une lettre du 15 août. Le Mali dit qu’il « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense » si les « activités considérées comme de l’espionnage » et des tentatives « d’intimidation » de la France persistent.

Tchad : deux soldats tués dans une attaque terroriste, près du lac Tchad

Ce lundi 15 août 2022, deux soldats tchadiens ont été tués par des djihadistes à Dabantchali, dans la région du lac Tchad, a annoncé le président tchadien, Mahamat Idriss Déby Itno.

Macky Sall : « Le Mali mérite le soutien de toute la communauté africaine et internationale »

En tournée sous-régionale, le président sénégalais Macky Sall s’est rendu au Mali, ce lundi 15 août 2022. À sa descente d’avion, vers 10 h 20, il a été accueilli par son homologue malien de la transition, colonel Assimi Goïta, à aéroport international président Modibo Kéïta de Bamako-senou. Le président sénégalais a invité à soutenir le Mali.

Gestion des prisons maliennes : des régisseurs formés sur les bonnes pratiques

Le CICR, depuis 2013, a contribué financièrement aux travaux de réhabilitation et d’équipements des établissements pénitentiaires, à travers le Mali, pour un coût évalué à « près de 900 000 000 de franc CFA. »
%d blogueurs aiment cette page :