Décès de Hissène Habré au Sénégal : la chute finale d’un dictateur qui doit servir de leçon ?

Date:

Share post:

Au Sénégal, l’ancien président tchadien, Hissène Habré, est décédé ce  mardi 24 août. Cette mort, survenue à Dakar, est la chute d’un dictateur. Elle doit servir de conseil à une humanité toujours déchirée

Dictateur pendant neuf ans, musulman pieux pendant le restant de sa vie, tel fut le parcours de Hissène Habré, ex-président tchadien. Celui dont le règne a été marqué par de graves violations des droits de l’homme au Tchad a cassé la pipe, mardi. L’information a été donnée par le ministre de la Justice sénégalais, Malick Sall. Il aurait succombé au Covid-19 alors qu’il était hospitalisé à Dakar, où il purgeait sa peine à perpétuité.

Reed Brody, membre du Comité international de justice, décrit cet homme politique comme celui qui « restera dans l’histoire comme l’un des dictateurs les plus impitoyables, comme un homme qui a massacré son propre peuple pour s’emparer du pouvoir et s’y maintenir, qui a incendié des villages entiers, condamné des femmes à servir d’esclaves sexuelles à ses soldats et fait construire des cachots secrets pour infliger à ses ennemis des tortures moyenâgeuses ».

De la dictature à la mosquée

Selon une commission d’enquête tchadienne, près de 40 000 assassinats politiques ont été perpétrés par le régime Habré. Condamné à la prison à perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires, en mai 2016, pour des crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement, le prédécesseur de feu Idriss Déby Itno avait trouvé refuge à Dakar, où il « a été remis entre les mains de son Seigneur », mardi 24 août 2021.

Comme le général Moussa Traoré, également dictateur dans l’histoire politique du Mali, Hissène Habré, en exil au Sénégal, était très vite devenu un musulman pieux, assez fréquenté par les fidèles. Il troque son treillis et sa casquette kaki pour un grand boubou et un calot blanc. Très vite, il se fait de la notoriété dans la communauté musulmane dakaroise.

Toute mort est certes une consolation pour les croyants, mais la chute des grands dictateurs de l’histoire doit énormément servir de conseil dans ce monde déchiré par la course aux intérêts, l’arrogance, le manque d’humilité. Dans les familles, les communautés, les nations, la coopération entre les États, les plus puissants se considèrent comme ayant le droit de vie et de mort sur les faibles. Les décideurs politiques ne cessent de bafouer les droits de leurs citoyens, en raison d’un pouvoir éphémère qu’il détiendrait. Pourtant, on oublie sûrement que nul ne détient, sur terre, le véritable pouvoir.

Fousseni Togola

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Coups d’État récurrents : comment faut-il comprendre ce sort de l’Afrique ?

L’Afrique est le seul continent au monde qui a subi et n’a cessé de subir des malheurs et conflits sanglants depuis des millénaires voire des siècles. Des conflits dus généralement à des instabilités politiques, selon Bocar Harouna Daillo. Quel triste sort pour l’Afrique ! Qu’a-t-elle fait pour mériter autant de maltraitances ?

« Mercenaires ivoiriens » : ballet diplomatique au Mali depuis le sommet de la Cédéao

Après la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), tenue à New York le 22 septembre 2022, en marge de la 77e tribune des Nations unies, l’on assiste à un véritable ballet diplomatique au Mali. Au menu des échanges, la question des « soldats » ivoiriens détenus au Mali.

Burkina Faso : retour sur le second coup d’État

Le Burkina Faso a connu, vendredi 30 septembre 2022, un second coup de force, en l’espace de huit mois. Le Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch, le 24 janvier dernier, a été démis de ses fonctions par des militaires.

Affaires des 46 soldats ivoiriens : « L’option diplomatique demeure la plus efficace », selon le politologue Ballan Diakité (interview)

La crise diplomatique entre le Mali et la Côte d’Ivoire, née le 10 juillet dernier suite à l’arrestation de 49 militaires ivoiriens, continue de susciter de nombreux commentaires de part et d’autre. Les deux pays s’attaquent continuellement à travers des communiqués officiels au point que le dialogue devient de plus en plus difficile pour la libération des soldats détenus à Bamako.
%d blogueurs aiment cette page :