Covid-19 : pour un accès équitable aux vaccins, « nous devons travailler ensemble »

Date:

Share post:

Pour un accès équitable aux vaccins anti-Covid-19 dans le monde entier, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a lancé mardi 19 janvier 2021, un appel en faveur de la solidarité internationale.

Bien que commencée depuis début 2020, la pandémie de Covid-19 ne semble toujours pas prête à arrêter son carnage. Sur toute la planète, de nouveaux variants plus infectieux de la maladie font leur apparition.

Face à une telle situation épidémiologique, « nous devons travailler ensemble », selon le Chef de l’ONU, dans un message vidéo diffusé lors d’un événement organisé au Royaume-Uni sur l’accès aux vaccins.

Distribution des vaccins

En un temps record, le développement des vaccins anti-Covid-19 a permis de commencer l’année 2021 avec un sentiment d’espoir, rappelle M. Guterres.

Cependant, force est de constater que les approvisionnements de ceux-ci sont rares. Leur distribution reste également inégale. « Nous constatons une énorme différence entre les pays à revenu élevé où les vaccins parviennent rapidement et les pays les plus pauvres du monde qui n’en ont pas du tout », déplore M. Guterres qui souligne que « les fabricants et certains pays sont en train de conclure des accords bilatéraux au détriment d’une approche multilatérale, allant même jusqu’à acheter au-delà des leurs besoins ».

Selon M. Guterres, « tous les pays ont besoin de doses maintenant pour vacciner tous les agents de santé et en première ligne, au lieu que certains pays les reçoivent toutes ». Il invite à « veiller à ce que ces vaccins soient considérés comme un bien public mondial [ndlr] accessibles et abordables pour tous. »

Selon le Chef de l’ONU, l’accès équitable aux vaccins anti-Covid-19 est dans un intérêt commun. Celui-ci reste le moyen le plus rapide pour donner un nouveau souffle à l’économie mondiale tout en entamant une reprise durable.

En plus des 600 millions doses du mécanisme covax, l’union africaine a également réussi à obtenir 270 millions de doses de vaccin pour le continent auprès des laboratoires Pfizer, AstraZeneca (par l’intermédiaire du Serum Institute of India) et Johnson & Johnson. Plusieurs pays africains ont également réussi à passer des commandes individuelles afin d’entamer très prochainement des campagnes de vaccination de leur population contre cette pandémie.  

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Journée mondiale de l’audition : la musique et les sons récréatifs exposent des milliards de personnes

Le 3 mars de chaque année, le monde commémore la Journée mondiale de l’audition. Cette année, le thème retenu est « Pour entendre à vie, ménageons notre audition ! » Des milliards de personnes risquent de souffrir de déficience auditive liée à la musique et aux sons récréatifs.

Commercialisation du lait maternisé : l’OMS et l’Unicef tirent la sonnette d’alarme

Dans un nouveau rapport collectif, rendu public le 23 février 2022 , l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) tirent la sonnette d’alarme sur la commercialisation du lait maternisé

Afrique de l’ouest : un rapport conjoint met en lumière les impacts socio-économiques de la Covid-19

la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont présenté un rapport conjoint intitulé « Suivi sur les impacts de la Covid-19 en Afrique de l’ouest ».

La précarité menstruelle en Afrique subsaharienne : une question taboue

La question de la précarité menstruelle, c’est-à-dire de la difficulté pour des filles et des femmes à avoir accès à des protections hygiéniques, émerge depuis quelques années, notamment grâce aux médias.
%d blogueurs aiment cette page :